Transmédialité, bande dessinée & adaptation

Évelyne Deprêtre, German A. Duarte (dir.), Transmédialité, bande dessinée & adaptation, Clermont-Ferrand: Presses universitaires Blaise Pascal, col. « Graphèmes », 2019, 312 p., 26,50€, ISBN : 9782845168275.


Recension par Lorenz Ohrmer


Comme son titre l’indique, cet ouvrage collectif se base sur le concept de transmédialité, théorisé par le spécialiste des médias et des cultures pop Henry Jenkins, ainsi que sur les différents usages qui en ont été faits. Il se présente sous la forme d’un recueil d’articles variés, présentés dans un ordre chronologique par rapport aux sujets d’étude. Transmédialité, Bande dessinée et adaptation propose de prendre un recul théorique et historiographique sur les notions de transmédialité et d’adaptation à travers le cas de la bande dessinée. Les auteur·e·s, constatant que « la bande dessinée a été, dans une certaine mesure, tenue à l’écart de cette réflexion » sur la transmédialité et l’adaptation, en raison de la focalisation de la recherche sur le cinéma et le petit écran dans un premier temps, posent la question de recherche suivante : « comment le système narratif de la bande dessinée s’insère-t-il dans le phénomène transmédial propre à l’ère numérique ? » (p. 8). Continuer la lecture

Comic Books incorporated

Shawna Kidman, Comic Books incorporated. How the Business of Comics Became the Business of Hollywood. University of California Press, 2020, 314 pages. ISBN: 978-0-520-29756-2

L’ouvrage de Shawna Kidman, qui enseigne les communications à l’université de San Diego, affiche de grandes ambitions. Elle se propose en effet d’écrire une nouvelle histoire générale des comic books nord-américains, complétant ou concurrençant les nombreux travaux sur le sujet (notamment Wright 2001; Lopes 2009; Gabilliet 2010). Kidman entend élucider le “paradoxe structurant” (3) d’un média pris entre les marges et la masse, en examinant au premier chef les infrastructures de ce média. Dans sa définition, celles-ci englobent à la fois un “réseau de relations”, “un cadre légal”, “un réseau de communautés de lecteurs” et enfin des “logiques économiques et des processus de décision au sein des entreprises” (9-10), soit des infrastructures sociales, souvent invisibles, plutôt que des dispositifs matériels. Cette invisibilité constitue le point de départ de son étude et justifie d’écrire à nouveau frais une histoire du média, dans laquelle les échanges entre les comic books et les autres médias occupent une place centrale. Kidman note en effet que les comic books sont devenus fondamentalement transmédiatiques, “traversant les secteurs” des industries culturelles, et avance que leur histoire économique est intimement liée à la question du licensing, c’est-à-dire à la fois les adaptations et les produits dérivés. Sur le plan économique et sur le plan des infrastructures, une histoire du média cantonnée aux seules publications serait donc lacunaire.

Continuer la lecture