Bande dessinée et grand public

L.L. de Mars, Bande dessinée et grand public, Adverse, 2019, 16 pages, ISBN : 979-10-95922-21-6


Recension par Norbert Danysz


Très bref ouvrage paru en 2019, Bande dessinée et grand public est d’abord une simple réaction de l’auteur à un courrier qui le taxe de mépris pour le « grand public ». Il s’agit alors pour L.L. de Mars, à la fois auteur et critique de bande dessinée, de remettre en question l’existence de ce « grand public », de se défendre de toute considération méprisante envers quelque public que ce soit, et finalement de répondre à son accusateur (anonymisé) en dévoilant tout ce qu’implique réellement cette accusation, sur les plans esthétique, poétique, mais aussi éthique, éditorial et politique.

Ce texte s’inscrit dans le catalogue d’une maison récente fondée en 2016, les éditions Adverse, qui accueille de plus en plus de textes sur la bande dessinée, outre les œuvres de création qu’elle publie depuis quelques années, selon les principes de l’auto-édition. Ce petit ouvrage fait donc partie d’une entreprise plus grande, constituée d’autres courts écrits, principalement du même auteur (L.L. de Mars 2017, 2019a, 2019b, 2020), qui sont loin d’être indépendants les uns envers les autres, et qui déploient peu à peu une pensée singulière sur la bande dessinée. Ces textes entrent également en résonance avec d’autres publications des éditions Adverse, depuis le manifeste inaugural (Balcaen 2016) jusqu’au récent livret sur l’édition face à la pandémie (Balcaen & LeGlatin 2020), tandis que se construit progressivement la nouvelle revue théorique À partir de (deux numéros parus depuis 2019)1. Enfin, en plus de faire paraître régulièrement des textes de critique sur l’art et sur la bande dessinée (notamment dans la revue Pré Carré qu’il a cofondée en 2013), L.L. de Mars est lui-même auteur de bandes dessinées, et ses œuvres écrites, dessinées, mixtes ou autres forment « un réseau d’activités2 » qui gagne à être abordé dans son ensemble.

Continuer la lecture
  1. Certains de ces textes sont disponibles gratuitement au format PDF sur le site des éditions Adverse : https://www.adverse.fr/livres/ []
  2. L.L. de Mars, « Comment j’ai écrit certains de mes textes (1) », du9, l’autre bande dessinée, 4 juillet 2016, consulté le 05/11/20, disponible sur : https://www.du9.org/entretien/preambule/ []

Entretiens avec Lewis Trondheim

Thierry Groensteen, Entretiens avec Lewis Trondheim, L’Association, 2020, 302 pages, ISBN 978-2844147691


Recension par Louise Jambou


A l’occasion de l’exposition « Lewis Trondheim fait des histoires » présentée au Musée de la bande dessinée d’Angoulême et dont il est le commissaire, Thierry Groensteen publie à L’Association un livre d’entretiens avec cet auteur, qui ne s’était jamais prêté aussi sérieusement à ce jeu. C’est apparemment par amitié, au moins en partie, que Trondheim a accepté cette fois deux longues séries d’entretiens, enregistrés en avril et juillet 2019, chez lui : Thierry Groensteen n’est en effet pas étranger au démarrage de sa carrière, notamment parce qu’il est l’organisateur du colloque de Cerisy en 1987, qui permit la rencontre fructueuse de Lewis Trondheim et de Jean-Christophe Menu.

Continuer la lecture

EC Comics. Race, Shock and Social Protest

Qiana Whitted, EC Comics. Race, Shock and Social Protest, Rutgers University Press, 2019, 184 pages, ISBN 978-0-8135-6631-3

Les comics d’horreurs EC de 1950-1956 (de The Vault of Horror n°12 et The Crypt of Terror n°17 jusqu’à Terror Illustrated n°3) fonctionnent comme de puissants révélateurs des évolutions de l’historiographie de la bande dessinée aux Etats-Unis. Célébrés par le premier fandom, érigés en symboles de la myopie des mouvements de censure et d’auto-censure dans les années 50, objets d’hommages directs moins d’une décennie après leur parution, réédités massivement bien avant le développement d’une patrimonialisation des comic books,  célébrés rétrospectivement comme une critique presciente de la société américaine des années 50 (Riche et Eizykman 1976; Wright 2001), ils ont par la suite fait l’objet d’une entreprise tardive de démythification, contestant leur importance historique (Watt-Evans 2010; Wandtke 2018) autant que leurs mérites esthétiques (Ng 2003).

Continuer la lecture

Comics Art in China

John A. Lent, Xu Ying, Comics Art in China, University Press of Mississippi, 2017, 234 pages, ISBN 978-1496811745.


Recension par Norbert Danysz


Somme historique parue en 2017, Comics Art in China répond au souci d’élargir les études sur la bande dessinée au-delà du classique triptyque franco-belge, américain et japonais. Les deux auteur·rices s’attachent à redonner à la Chine un statut de foyer de la bande dessinée, le pays ayant vu le médium émerger dès la fin du XIXe siècle et se développer tout au long du XXe siècle selon des formes qui lui sont restées propres. Pour autant, il ne s’agit pas de faire de la bande dessinée chinoise une tradition hors-sol, coupée du monde, et l’on voit à quel point la Chine a pu aussi concentrer des influences diverses, depuis les modèles de journaux européens et américains au tournant du XIXe et du XXe siècles jusqu’à l’irruption des mangas et des comics à l’orée du XXIe, en passant par l’art d’inspiration soviétique dans les années 1950.

Continuer la lecture

The Comics of Alison Bechdel: From the Outside In

Janine Utell (dir.), The Comics of Alison Bechdel : From the Outside In, University Press of Mississippi, Décembre 2019, 282 pages, 30$ (paperback), ISBN 9781496825780.

Ce nouveau volume de la série Critical Approaches to Comics Artists bénéficie d’une réalisation soignée et d’une mise en page lisible. Il contient de nombreuses illustrations, reproduisant non seulement des passages des strips de Bechdel, mais également divers documents d’archive plus difficiles d’accès; la qualité de la reproduction est variable mais plutôt satisfaisante dans l’ensemble.

L’ouvrage s’attache à couvrir l’ensemble de l’oeuvre de Bechdel, Fun Home et Are you My Mother bien entendu, mais également la série de presse Dykes to Watch out For, et même, dans l’article de Margaret Galvan, les 19 strips du bref et méconnu Servants to the Cause, strip paru dans le journal gay et lesbien The Advocate (dont Galvan montre qu’elle reflète métatextuellement les débats et les divergences d’opinions au sein de la presse LGBT et de ses acteurs, dans une perspective intersectionnelle). En cela, le livre propose une approche assez complète de l’œuvre de Bechdel.

Continuer la lecture

Cases-pixels, Une histoire de la BD numérique en France

Julien Baudry, Cases-pixels, Une histoire de la BD numérique en France, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », Octobre 2018, 367 pages, 25 €, ISBN 9782869066700


Recension de Maël Rannou.


Déjà connu pour ses articles et recherches sur la bande dessinée numérique, Julien Baudry signe la première monographie brassant son histoire en France. Objet assez récent, même si son histoire débute dès le début des années 80, la bande dessinée numérique ne cesse d’être traversée par une question définitionnelle, qui évoluera avec les avancées technologiques sans être tranchée. Cette tension sera constante et assumée, l’auteur expliquant d’emblée que :

La bande dessinée numérique demeure un objet multiple, difficilement définissable. Si un début de standardisation a lieu avec le phénomène des blogs bd, il est à nuancer : cela ne concerne qu’une partie de la production, et, finalement, le blog bd est un standard lui-même très fluctuant. L’absence de réel consensus terminologique est significative d’un objet culturel encore mal identifié. (p.174).

Continuer la lecture

La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?

Pierre Huard, La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?, édition posthume par Raymond Corriveau, Jason Luckerhoff et Claude Martin, Presses de l’Université du Québec, 2016, 272 pages.

Recension de Louise Jambou.

La collection « Culture et publics » des Presses de l’Université du Québec publie des ouvrages qui étudient le champ culturel en travaillant spécifiquement sur les relations entre ses différents acteurs, et la question de « la démocratisation de la culture élaborée » intéresse particulièrement les directeurs de cette collection, Anik Meunier et Jason Luckerhoff, sans restriction quant aux méthodologies employées : investigations théoriques, recherches historiques, études statistiques, enquêtes sur les pratiques culturelles, muséologie, « éducation non formelle » sont autant de pistes que ces derniers souhaitent explorer.

Dans ce cadre, l’ouvrage de Pierre Huard interroge la place de la bande dessinée en reliant la question de sa légitimation à l’étude de la parodie, dans une perspective sémiotique autant que communicationnelle. L’auteur, enseignant et chercheur à l’université du Québec à Trois-Rivières, livre ici sa thèse de doctorat, jamais soutenue mais publiée de manière posthume grâce à son directeur de recherches, Claude Martin, appuyé par Raymond Corriveau et Jason Luckerhoff. Le texte que ces derniers nous donnent à lire est présenté « tel que [Pierre Huard] l’avait rédigé », reconstitué à partir de ses documents numériques et papier, avec des modifications « apportées pour tenir compte de la parution du texte comme livre plutôt que comme thèse » (préface, p. X). L’ensemble conserve néanmoins un caractère universitaire et académique très marqué, dû à sa nature, ainsi qu’à la grande rigueur méthodologique de son auteur.

Continuer la lecture

The Comics Scare Returns: The Contemporary Resurgence of Horror Comics

Terrence R. Wandtke, The Comics Scare Returns: The Contemporary Resurgence of Horror Comics, Rochester, NY : RIT Press, coll. Comics Studies Monograph Series, 2018, 300 pages, ISBN : 9781939125514

Le titre de The Comics Scare Returns fait référence à The Dark Knight Returns, de Frank Miller, mais doit surtout être compris comme un écho du précédent ouvrage de Terrence Wandtke, The Dark Night Returns (2015), déjà publié par les presses universitaires du Rochester Institute of Technology. Les deux livres forment en effet un diptyque consacré aux résurgences contemporaines des crime comics[1] et des comics d’horreur. Comme son titre l’indique, c’est sur ces derniers que porte The Comics Scare Returns. Continuer la lecture

The British Comic Book Invasion

Jochen Ecke, The British Comic Book Invasion : Alan Moore, Warren Ellis, Grant Morrison and the Evolution of the American Style, Jefferson : McFarland, coll. « Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy », 2019, 274 pages, ISBN : 9781476674155.

Introduction

Cette note critique concerne le livre de Jochen Ecke, intitulé The British Comic Book Invasion : Alan Moore, Warren Ellis, Grant Morrison and the Evolution of the American Style. L’ouvrage est paru en 2019 chez McFarland dans la collection « Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy », dirigée par Donald E. Palumbo et C.W. Sullivan III. 

Dans cet ouvrage, l’auteur interroge le phénomène connu sous le nom d’Invasion britannique, qui désigne à partir du milieu des années 1980 l’arrivée massive dans le secteur de la BD mainstream états-unienne de scénaristes britanniques tels qu’Alan Moore ou Grant Morrison, souvent salués par les fans et la critique comme des sources d’innovation et de remise en cause du statu quo. Ecke se propose d’aborder ce phénomène du point de vue de la forme et de la poétique : il s’intéresse aux « activités cognitives et aux expériences esthétiques du public durant la lecture de comic books »[1]. En particulier, il décide de laisser de côté l’analyse des contenus et des thèmes au profit d’une considération de la narration (syuzhet) et de la réponse attendue du lecteur. Méthodologiquement, sa référence centrale est le théoricien du cinéma David Bordwell, auquel il fait fréquemment référence tout au long de l’étude ; il s’agit de savoir quelles informations sont données au lecteur et comment elles sont reçues afin de composer un récit. Continuer la lecture

Neon Visions: The Comics of Howard Chaykin

Neon Visions - image de couverture (LSU Press)

Brannon Costello, Neon Visions. The Comics of Howard Chaykin, Louisiana State University Press, 2017, 351 pages, ISBN: 978-0-8071-6832-5

Howard Chaykin est un auteur majeur des comic books américains populaires de la fin des années 70 et des années 80. Avec Michael Kaluta, Berni Wrightson ou encore Walt Simonson, il fait partie d’une génération intermédiaire – la fin de la 3e génération des créateurs de comic books (Gabilliet 2010, 166) – celle qui commence à travailler pour des compagnies comme DC ou Marvel juste avant un bouleversement majeur à la fois du modèle économique du secteur et du statut juridique et culturel des auteurs de bande dessinée, à la fin des années 70. Chaykin est ainsi simultanément le dessinateur de l’adaptation de Star Wars pour Marvel Comics en 1977 – travail de commande et succès phénoménal à l’unisson du film – mais aussi un contributeur régulier de publications indépendantes comme Star*Reach ou Heavy Metal, qui vont tenter à partir du milieu des années 70 d’associer bande dessinée populaire et bande dessinée d’auteur, dans ce qu’on a appelé les comics « ground-level ». Il illustre aussi à cette époque plusieurs exemples précoces de « graphic novel », au moment où émerge cette notion.

Continuer la lecture

L’Anti-Atome : Franquin à l’épreuve de la vie

Le point de départ du premier essai de Nicolas Tellop, spécialiste de bande dessinée et de cinéma dont on retrouve les écrits dans Les Cahiers de la BD, Septième Obsession ou Neuvième art 2.0 est la notion de « Style Atome ». À l’instar de la « Ligne Claire », cette expression sert à qualifier le style graphique de certains dessinateurs de la presse belge pour enfants des années 1950, en particulier Jijé, André Franquin, et leurs confrères de la rédaction du Journal de Spirou (Roba, Peyo, Will, Macherot, Dino Attanasio…). Le nom de ce style, donné a posteriori et ne correspondant pas réellement à une « école » graphique historiquement identifiable, vient de l’Atomium exposé à Bruxelles lors de l’Expo 58, symbole éclatant du modernisme triomphant de la société occidentale à la fin des années 1950. Continuer la lecture

Breaking the Frames: Populism and Prestige in Comics Studies

Marc Singer, Breaking the Frames. Populism and Prestige in Comics Studies, University of Texas Press, 2019. 292 pages, 34,95$, ISBN: 978-1-4773-1710-5

Breaking the Frames est un livre dont la parution a fait grand bruit dans le milieu des comics studies nord-américaines début 2019, notamment grâce au choix de rendre disponible largement son introduction saignante, sur Amazon, Google Books ou sur le site du Comics Journal. Ce retentissement s’explique non seulement par regard critique acéré que porte Singer sur l’état de la discipline[1] mais aussi par sa volonté de désigner nommément les auteurs et les textes qui lui semblent défaillants sur le plan méthodologique. S’il n’est pas rare dans les études de bande dessinée de découvrir des désaccords théoriques marqués – lorsque Simon Grennan éreinte Neil Cohn dans A Theory of Narrative Drawing, par exemple – ou des recensions en forme de manifeste méthodologie – Martin Lund sur les lectures politiques de super-héros, ou à la critique fondatrice de l’état du champ par Bart Beaty en 2004 (« Assessing ») – il est inédit qu’un ouvrage entier soit consacré à ce type d’analyse. Singer explique cependant avoir été poussé à écrire à la fois par la lecture répétée d’articles indignes, mais aussi par son désir de redynamiser la discipline (« The (Re)Collection Agency #11 »). En ce sens, il semble introduire dans le versant universitaire de la discipline une pratique de la polémique longtemps cantonnée au versant érudit et éditorial, et dont l’exemple paradigmatique reste le courrier des lecteurs du Comics Journal dans les années 80 et 90. Si ses effets restent à vérifier sur le moyen et le long-terme, et si l’ouvrage lui-même n’est pas irréprochable, les réactions immédiates qu’il a suscitées démontrent l’utilité de cette critique franche. Continuer la lecture

(À Suivre) Archives d’une revue culte

Sylvain Lesage et Gert Meesters (dir.), (À Suivre) Archives d’une revue culte, Tours : Presses universitaires François-Rabelais, collection Iconotextes, 360 pages, 25€, ISBN : 978-2-86906-682-3

(À Suivre) Archives d’une revue culte (ci-après ASArc) est un ouvrage collectif qui ambitionne de rendre compte de l’histoire éditoriale du magazine de bande dessinée au cours de ses près de vingt ans d’existence (1978-1997), en embrassant aussi ses déclinaisons et dérivés comme la version néerlandaise Wordt Vervolgd, ou encore l’éphémère revue Corto.

ASArc contribue donc à consolider une approche institutionnelle et éditoriale au sein des études de bande dessinée, après des ouvrages comme L’Association : une utopie éditoriale et esthétique du groupe ACME, French Cartoon Art in the 1960s and 1970s. « Pilote hebdomadaire » and the Teenager « Bande Dessinée » de Wendy Michallat ou mon propre Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant, et en attendant un ouvrage consacré à Glénat, toujours sous la houlette du groupe ACME. Continuer la lecture

Anthologie de la fellation en BD

 

Nicolas Cartelet (dir.), Anthologie de la fellation en BD, Paris, éditions Dynamite, 2018

De la resucée des vieilles recettes

Avec, en guise de mise en bouche, une image de couverture attendue mais ingénieuse, Nicolas Cartelet propose pour une anthologie érotique un angle original et précis : celui du geste fellateur. Ce faisant, il aurait pu renvoyer aux oubliettes de la ringardise les compilations X généralistes faiblement commentées de ces dernières années1, mais il n’en est rien… Continuer la lecture

  1. Vincent Bernière (dir.), Anthologie de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2012 ; Vincent Bernière (dir.) Les 100 plus belles planches de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2015 []

Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives

David Herman (dir.), Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives, London / New York, Bloomsbury Academic, 2018

Si l’animal comme thème, motif ou spécificité de la bande dessinée a déjà fait l’objet de plusieurs travaux1, David Herman sonne clairement avec l’ouvrage collectif Animal Comics. Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives l’arrivée théorique dans les études sur la bande dessinée des études animales, de leurs concepts critiques et d’auteurs cruciaux comme Haraway, Derrida ou Deleuze et Guattari, susceptibles d’apporter de nouveaux éclairages sur l’animal de bande dessinée. Continuer la lecture

  1. Voir Thierry Groensteen (dir.), Animaux en cases : une histoire critique de la bande dessinée animalière, Paris, Futuropolis, 1987 ; Glenn Willmott, Modern Animalism: Habitats of Scarcity and Wealth in Comics and Literature, Toronto, University of Toronto Press, 2012 ; voir également les articles publiés par la revue Neuvième art rassemblés sur Neuvième art 2.0 : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique34 et Harry Morgan, « Animaux », dans « Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée », Neuvième art 2.0, 2012 []