Souvenirs de Captain Marvel

Couverture par Keiler Roberts (© Keiler Roberts 2016)

Brian Cremins, Captain Marvel and the Art of Nostalgia, Jackson, University Press of Mississippi, 2016, 203 pages, ISBN 978-1-4968-0876-9.

Note critique de Benoît Crucifix

Le premier souvenir de Captain Marvel est peut-être celui d’une forme de mort légale : le personnage de Fawcett serait une pâle copie de Superman et son éditeur, National Comics (aujourd’hui DC), n’entend pas laisser passer l’affaire. Après un long procès, ponctué de plusieurs appels et différentes auditions, l’affaire se conclut en 1952, quand Fawcett concède de cesser la publication du Captain Marvel de C.C. Beck et Otto Binder.1 Alors que les superhéros habitaient un « présent immobile », selon la formule d’Umberto Eco (1976, 33), l’accord juridique entre les deux éditeurs condamnait définitivement Captain Marvel au passé2, si ce n’est pour subsister dans les mémoires de ses lecteurs, conférant au personnage une valeur nostalgique toute particulière :

Pour les lecteurs, c’est la disparition de Captain Marvel des kiosques et des drugstores. C’est une fin qui inspire des sentiments de nostalgie, puisqu’on tente de retrouver ce qui a été perdu, négligé, ce qui semble impossible (Cremins 2016, 8).3

Cette fin n’en est pas vraiment une et ne fait qu’inspirer de nouveaux départs : c’est cette expérience nostalgique comme imagination utopique qui est au cœur de la monographie de Brian Cremins. Plutôt que de voir dans la nostalgie un sentiment réactionnaire, opposé au changement et s’évadant dans un passé de papier mâché, Captain Marvel and the Art of Nostalgia revendique une nostalgie orientée vers le futur, qui trouve dans le passé des lectures alternatives. Ce cadre est largement basé sur la théorie de la nostalgie élaborée par Svetlana Boym (2001) ; un parti pris assumé dès le départ et qui se permet donc d’être plus économe avec ce champ de recherche autour de la nostalgie.4 Pour autant, le cadre n’est pas plaqué tel quel et est au contraire appliqué avec beaucoup de justesse à l’histoire de la bande dessinée. L’originalité de l’approche de Cremins réside justement dans la manière dont il se saisit du rapport complexe qu’entretient la recherche en bande dessinée à la nostalgie et au fandom.

Continuer la lecture

Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960

Philippe Delisle, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960, Paris, Éditions Karthala, Collection « Esprit BD », 2016.

Recension de Jessica Kohn

Philippe Delisle dirige la collection « Esprit BD » depuis 2008 aux Éditions Karthala. Celle-ci développe l’étude de divers thèmes historiques et sociologiques repérables dans les récits en bande dessinée, qu’il s’agisse de l’imaginaire colonial (2008 ; 2011), du catholicisme (2010 ; 2016) ou des représentations du Moyen Âge (2016). Son but est de faire ressortir les représentations construites par la bande dessinée et qui participent ainsi à l’édification d’une culture partagée. Dans son dernier ouvrage, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, Philippe Delisle s’attache de cette manière à explorer certains aspects politiques particulièrement prééminents dans la bande dessinée des années 1920 aux années 1960. Il limite toutefois son corpus aux productions éditées en Belgique francophone, productions qu’il désigne comme « wallono-bruxelloises ». Ses principales sources sont les récits publiés par des auteurs belges ou français dans les illustrés Tintin et Spirou, complétés par certaines histoires parues dans Héroïc-Albums et Petits Belges. Continuer la lecture

Cultures of Comics Work

Brienza, Casey, and Paddy Johnston (eds.), Cultures of Comics Work, Palgrave, 2016, 308 pages, ISBN 978-1-137-55090-3

Recension de Bounthavy Suvilay 

Même si dans la presse grand public, l’auteur reste l’équivalent d’un démiurge solitaire pour les besoins des récits médiatiques et des stratégies de promotion commerciale, la sociologie et l’histoire littéraire ont depuis assez longtemps tordu le cou à cette idée reçue. Howard Becker (1988) rappelait dans Les Mondes de l’art que la croyance en l’excellence d’un artiste se reflétant dans le génie d’une œuvre est une idée historiquement datée et spécifique à certaines cultures. De son côté, Alain Vaillant (2010) a montré de quelle manière Pierre Bourdieu s’est laissé influencé par le discours scolaire de canonisation des auteurs dans sa présentation de l’autonomisation de la littérature. Les sociologues de l’art et de la culture en France (Jeanpierre et Roueff 2014, Lizé et alii 2011, Lizé et alii 2014) ont également produit de nombreux travaux récents sur les intermédiaires culturels et leur rôle sur la création de valeurs. Jean-Matthieu Méon (2014) consacre d’ailleurs un article aux « Logiques et pratiques de l’intermédiation dans l’édition de bande dessinée en France ». Dans le même temps, la crise du livre a poussé les auteurs de bande dessinée à se rassembler pour défendre leurs droits et une vaste enquête supervisée par des sociologues a permis de dresser un état des lieux de la profession en 2015[1]. Continuer la lecture