Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives

David Herman (dir.), Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives, London / New York, Bloomsbury Academic, 2018

Si l’animal comme thème, motif ou spécificité de la bande dessinée a déjà fait l’objet de plusieurs travaux1, David Herman sonne clairement avec l’ouvrage collectif Animal Comics. Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives l’arrivée théorique dans les études sur la bande dessinée des études animales, de leurs concepts critiques et d’auteurs cruciaux comme Haraway, Derrida ou Deleuze et Guattari, susceptibles d’apporter de nouveaux éclairages sur l’animal de bande dessinée. Continuer la lecture

  1. Voir Thierry Groensteen (dir.), Animaux en cases : une histoire critique de la bande dessinée animalière, Paris, Futuropolis, 1987 ; Glenn Willmott, Modern Animalism: Habitats of Scarcity and Wealth in Comics and Literature, Toronto, University of Toronto Press, 2012 ; voir également les articles publiés par la revue Neuvième art rassemblés sur Neuvième art 2.0 : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique34 et Harry Morgan, « Animaux », dans « Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée », Neuvième art 2.0, 2012 []

Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, collection « Erudition », 2017

Recension de Côme Martin

Les Rouages de l’intrigue, paru en 2017, est le dernier ouvrage du narratologue suisse Raphaël Baroni. S’il s’inscrit dans la droite lignée de ses ouvrages précédents, La Tension narrative (2007) et L’Œuvre du temps (2009), et peut en être considéré comme une récapitulation partielle, il s’agit surtout d’un ouvrage de vulgarisation, comme l’indique sa préface, écrit dans un effort de redynamiser l’enseignement littéraire en y faisant la part belle à l’intrigue, domaine de recherche de Baroni depuis plus de quinze ans. Cet ouvrage, qui ne traite pas explicitement ni exclusivement de bande dessinée, est pourtant une lecture importante pour tout chercheur s’intéressant à la narrativité graphique, tant l’une de ses affirmations récurrentes – l’intrigue est présente dans tout récit, même le plus apparemment intellectuel et détaché de toute considération narrative – peut s’appliquer à nos propres sujets d’étude. Continuer la lecture

What Happens When Nothing Happens: une poétique de l’ennui en bande dessinée

Greice Schneider. 2016. What Happens When Nothing Happens. Boredom and Everyday Life in Contemporary Comics. Leuven: Leuven University Press.

Une poétique de l’ennui en bande dessinée : paradoxes et mérites d’une méthode glissante et dialectique

Note critique d’Irène Le Roy Ladurie

L’ouvrage What happens when nothing happens est tiré de la thèse de doctorat de Greice Schneider, actuellement professeure en communication à l’Université fédérale de Sergipe. Elle propose une exploration originale des romans graphiques contemporains nord-américains et européens sous l’angle inattendu de l’ennui et du quotidien. Greice Schneider module une approche à la fois historique, culturelle, esthétique et narratologique du phénomène. C’est la pluralité de ces angles articulés dans une combinatoire cohérente qui fait pour partie le grand mérite de l’ouvrage, renouvelant des approches par trop monolithiques dans l’exégèse des bandes dessinées. Le corrélat plus appréciable encore de cette démarche est le parti pris d’analyse complète d’œuvres de bandes dessinées, tout au long de l’ouvrage, mais également au terme de celui-ci dans trois chapitres dédiés respectivement à Adrian Tomine, Lewis Trondheim et Chris Ware, prouvant ainsi qu’il n’est pas d’étude approfondie du 9ème art sans commentaire exigeant et exhaustif d’œuvre de bande dessinée. Continuer la lecture

The Narratology of Comic Art

Kai Mikkonen, The Narratology of Comic Art, Routledge, Collection « Routledge Advances in Comics Studies », 2017.

Recension d’Anne Grand d’Esnon

Ayant commencé à apprendre à lire avec des bandes dessinées, je me suis depuis posé des questions comme « Pourquoi les récits de bandes dessinées sont-ils si intéressants et attirants ? » et « Qu’est-ce qui est particulièrement efficace dans le fait de raconter des histoires grâce à cette forme d’art et de littérature ? ». L’écriture de The Narratology of Comic Art a été l’occasion d’explorer de telles questions en profondeur.

Having first learned how to read by way of comic books, I have posed questions to myself such as: « Why are comics so interesting and appealing as narratives? » and « What is particularly effective about telling stories in this form of art and literature? ». The process of writing The Narratology of Comic Art has been a meaningful way to explore such questions. (Mikkonen 2017, 278)

Dans la conclusion de son ouvrage The Narratology of Comic Art, Kai Mikkonen insiste sur l’enrichissement et l’articulation entre expérience et plaisir de lecture d’une part, et recherche narratologique d’autre part, là où certain·es verraient une contradiction. La narratologie, pour Mikkonen, n’a véritablement d’intérêt que si elle tente de comprendre le rôle de la forme dans la production de sens. Cette conception de la théorie narrative s’appuie en même temps sur un parti-pris qui consiste à en circonscrire d’emblée le territoire en renonçant à une ambition théorique totalisante, en accordant une place essentielle à l’interprétation et aux exemples : une narratologie qui produit et affine des outils d’analyse souples au service des œuvres, susceptible de se déplacer et de se transformer en fonction des médiums et des périodes. Le résultat de cette entreprise est un ouvrage qui synthétise et approfondit un ensemble de problématiques de la narration de bande dessinée jusqu’ici plus éparses. Continuer la lecture

A Theory of Narrative Drawing

Simon Grennan, A Theory of Narrative Drawing, New York, Palgrave, collection “Palgrave Studies in Comics and Graphic Novels”, 2017, 277 pages.  ISBN 978-1-137-51844-6.

Note critique de Brigitte Friant-Kessler

Commençons par la fin. Arrêt sur image : La leçon d’anatomie du docteur Tulp de Rembrandt, peint en 1632. Rassemblés autour de celui qui officie, des chirurgiens et pairs observent et suivent avec attention les gestes qui consistent à disséquer un bras. Ma vision, fortement contingentée par la lecture que je viens de terminer, à savoir A Theory of Narrative Drawing, se superpose à ma perception du tableau, par ailleurs associé à plusieurs pastiches et parodies visuelles dont l’une me remet Astérix et le devin en mémoire. La composition et le sujet du tableau renvoient à l’idée même de mouvement entre le corps et l’âme (Descartes en Hollande), les débats sur les planètes (Galilée) et la circulation des savoirs. De cet ensemble ne peuvent s’éclipser d’autres œuvres visuelles vues, aperçues, commentées et étudiées, soit concomitantes à la période, ou datant d’une époque antérieure (La Fabrica de Vésalius). Continuer la lecture

La Bande dessinée avant l’album

Alain Boillat, Marine Borel, Raphaël Oesterlé, Françoise Revaz, Case, strip, action ! Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Genève, Infolio, 2016, 248 pages, ISBN 9782884748216.

Note critique de Sylvain Lesage.

L’ouvrage est issu d’un projet de recherche intitulé « Le découpage de l’action : analyse narratologique de périodiques de bandes dessinées (1946-1959) » mené dans le cadre du GrEBD (Groupe d’étude sur la bande dessinée de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne) à partir du dépouillement d’une partie de la collection du « Fonds Ghebali » (compte rendu du projet consultable ici). Ce fonds a été constitué à partir du legs du collectionneur Victor-Yves Ghebali (1942-2009). Avec plus de 15 000 documents pour 1 000 titres, le fonds représente un outil exceptionnel pour étudier « la BD avant l’album », pour reprendre le titre de l’exposition qui a précédé l’ouvrage (On peut retrouver les panneaux de l’exposition sur le site de l’université de Lausanne ici). Continuer la lecture