Souvenirs de Captain Marvel

Couverture par Keiler Roberts (© Keiler Roberts 2016)

Brian Cremins, Captain Marvel and the Art of Nostalgia, Jackson, University Press of Mississippi, 2016, 203 pages, ISBN 978-1-4968-0876-9.

Note critique de Benoît Crucifix

Le premier souvenir de Captain Marvel est peut-être celui d’une forme de mort légale : le personnage de Fawcett serait une pâle copie de Superman et son éditeur, National Comics (aujourd’hui DC), n’entend pas laisser passer l’affaire. Après un long procès, ponctué de plusieurs appels et différentes auditions, l’affaire se conclut en 1952, quand Fawcett concède de cesser la publication du Captain Marvel de C.C. Beck et Otto Binder.1 Alors que les superhéros habitaient un « présent immobile », selon la formule d’Umberto Eco (1976, 33), l’accord juridique entre les deux éditeurs condamnait définitivement Captain Marvel au passé2, si ce n’est pour subsister dans les mémoires de ses lecteurs, conférant au personnage une valeur nostalgique toute particulière :

Pour les lecteurs, c’est la disparition de Captain Marvel des kiosques et des drugstores. C’est une fin qui inspire des sentiments de nostalgie, puisqu’on tente de retrouver ce qui a été perdu, négligé, ce qui semble impossible (Cremins 2016, 8).3

Cette fin n’en est pas vraiment une et ne fait qu’inspirer de nouveaux départs : c’est cette expérience nostalgique comme imagination utopique qui est au cœur de la monographie de Brian Cremins. Plutôt que de voir dans la nostalgie un sentiment réactionnaire, opposé au changement et s’évadant dans un passé de papier mâché, Captain Marvel and the Art of Nostalgia revendique une nostalgie orientée vers le futur, qui trouve dans le passé des lectures alternatives. Ce cadre est largement basé sur la théorie de la nostalgie élaborée par Svetlana Boym (2001) ; un parti pris assumé dès le départ et qui se permet donc d’être plus économe avec ce champ de recherche autour de la nostalgie.4 Pour autant, le cadre n’est pas plaqué tel quel et est au contraire appliqué avec beaucoup de justesse à l’histoire de la bande dessinée. L’originalité de l’approche de Cremins réside justement dans la manière dont il se saisit du rapport complexe qu’entretient la recherche en bande dessinée à la nostalgie et au fandom.

Continuer la lecture

Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960

Philippe Delisle, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960, Paris, Éditions Karthala, Collection « Esprit BD », 2016.

Recension de Jessica Kohn

Philippe Delisle dirige la collection « Esprit BD » depuis 2008 aux Éditions Karthala. Celle-ci développe l’étude de divers thèmes historiques et sociologiques repérables dans les récits en bande dessinée, qu’il s’agisse de l’imaginaire colonial (2008 ; 2011), du catholicisme (2010 ; 2016) ou des représentations du Moyen Âge (2016). Son but est de faire ressortir les représentations construites par la bande dessinée et qui participent ainsi à l’édification d’une culture partagée. Dans son dernier ouvrage, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, Philippe Delisle s’attache de cette manière à explorer certains aspects politiques particulièrement prééminents dans la bande dessinée des années 1920 aux années 1960. Il limite toutefois son corpus aux productions éditées en Belgique francophone, productions qu’il désigne comme « wallono-bruxelloises ». Ses principales sources sont les récits publiés par des auteurs belges ou français dans les illustrés Tintin et Spirou, complétés par certaines histoires parues dans Héroïc-Albums et Petits Belges. Continuer la lecture

Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature

Christopher Pizzino, Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature, Austin, University of Texas Press, 2016, 231 pages, ISBN 978-1-477-30977-3

Note critique d’Isabelle Licari-Guillaume

Dans Arresting Development, Christopher Pizzino s’intéresse au statut culturel de la bande dessinée états-unienne depuis le début des années 1980, postulant que le contexte social dans lequel s’opèrent la production et la réception de la bande dessinée a une influence directe sur les contenus ainsi produits. Il montre que malgré l’avènement d’un discours axé sur l’idée d’une maturation progressive du média, selon lequel la bande dessinée serait à présent pleinement « adulte » et légitime, les auteur‧trices de comics1 sont renvoyé‧es à une illégitimité de fait, d’autant plus difficile à dénoncer qu’elle est masquée par l’omniprésence de ce discours. La production des auteur‧trices de bande dessinée est donc marquée par une conscience aigüe de l’illégitimité de leur média, et cette conscience influence l’identité esthétique et narrative de l’œuvre, indépendamment du fait que l’auteur‧trice ait ou non l’intention consciente de problématiser ces questions de statut. Ces auteur‧trices de comics incorporent dans leur discours une autocritique qui peut s’apparenter à une forme d’autodestruction, et que Pizzino nomme « autoclasme » (autoclasm).

Continuer la lecture

La Balade nationale

Sylvain Venayre, Etienne Davodeau, La Balade nationale. Paris, La Découverte / La Revue dessinée, « Histoire dessinée de la France », t. 1, « Les Origines », 2017, 168 pages, ISBN 979-1092530407

Recension de Sylvain Lesage 

Il n’est pas besoin de chercher bien loin pour trouver des marques de l’intérêt grandissant pour les formes d’hybridation entre histoire et bande dessinée. Pour n’en prendre qu’un exemple récent, la collaboration d’historien·ne·s de premier plan à la collection « Ils ont fait l’histoire » des éditions Glénat (Hervé Leuwers sur Robespierre (Gabella 2017), Vincent Duclert sur Jaurès (Morvan 2014), Florence Alazard sur François Ier…) témoigne d’une capacité des historien·ne·s à s’emparer de formes visuelles d’écriture de l’histoire. Cet abaissement des frontières entre histoire et bande dessinée tient assurément, pour partie, à la vogue de la bande dessinée de non-fiction, portée notamment par l’œuvre de Joe Sacco, ainsi que par des entreprises éditoriales réussies telles que « La Petite Bédéthèque des savoirs » (Le Lombard) et La Revue dessinée. Ces formes dessinées de l’investigation journalistique et scientifique, des sociologues s’en sont déjà emparées – par exemple à travers la collection « Sociorama » (Casterman). Continuer la lecture

La Bande dessinée avant l’album

Alain Boillat, Marine Borel, Raphaël Oesterlé, Françoise Revaz, Case, strip, action ! Les feuilletons en bandes dessinées dans les magazines pour la jeunesse (1946-1959), Genève, Infolio, 2016, 248 pages, ISBN 9782884748216.

Note critique de Sylvain Lesage.

L’ouvrage est issu d’un projet de recherche intitulé « Le découpage de l’action : analyse narratologique de périodiques de bandes dessinées (1946-1959) » mené dans le cadre du GrEBD (Groupe d’étude sur la bande dessinée de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne) à partir du dépouillement d’une partie de la collection du « Fonds Ghebali » (compte rendu du projet consultable ici). Ce fonds a été constitué à partir du legs du collectionneur Victor-Yves Ghebali (1942-2009). Avec plus de 15 000 documents pour 1 000 titres, le fonds représente un outil exceptionnel pour étudier « la BD avant l’album », pour reprendre le titre de l’exposition qui a précédé l’ouvrage (On peut retrouver les panneaux de l’exposition sur le site de l’université de Lausanne ici). Continuer la lecture

Heavy Metal/Métal Hurlant : une étude transatlantique

 

Nicolas Labarre, Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, collection « SF Incognita », 2017. ISBN 9791030001297.

Note critique de Julien Baudry.

Le statut iconique du magazine français Métal Hurlant (1975-1987) en fait un objet bien connu des spécialistes de la bande dessinée : en 2005 il est le sujet d’une monographie par Gilles Poussin et Christian Marmonnier (Métal Hurlant, la machine à rêver. 1975-1987 chez Denoël), ainsi que d’une exposition dont le catalogue a été publié en 2013 sous la direction de Jean-Baptiste Barbier (La bande dessinée fait sa révolution … Métal Hurlant(À suivre) : Catalogue de l’exposition, dont on peut compléter la lecture par un dossier sur Neuvième art 2.0. L’un des faits de l’histoire de la revue est la création en 1977 d’une version américaine, sous le titre Heavy Metal. Mais cette version est généralement citée pour insister sur le caractère international de la revue française ; elle n’avait jamais donné lieu à une étude extensive, en français ou en anglais. Continuer la lecture