Le bouquin de la bande dessinée

Sous la dir. de Thierry Groensteen, Le bouquin de la bande dessinée. Laffont, collection Bouquin, 2021, 854p. ISBN : 978-2221247068


Recension par Chris Reyns


J’avoue que j’attendais cet ouvrage avec impatience. Reçu, j’ai passé plusieurs soirées à lire une série d’articles qui m’intéressaient davantage. Conclusion : il est à la fois intéressant et décevant. Il est impossible de parler de tous les articles que j’ai lus, je me concentrerai donc sur l’organisation générale et les entrées autour de quelques problématiques sociales (colonialisme, migrants, etc.) plutôt qu’esthétiques (abstraction, mise en page, etc.) ou thématiques (mer, nuit, etc.). En général le livre est indéniablement intéressant, utile et bien fait. Il est en grande partie la copie du «Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée disponible en ligne ( <http://neuviemeart.citebd.org>). Comme Thierry Groensteen l’écrit dans l’introduction : « ce dictionnaire […] initié en octobre 2012 sur le site de la revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, NeuviemeArt2.0. Au fil des enrichissements une centaine d’articles y ont été prépubliés jusqu’en mars 2019. La version proposée dans le présent ouvrage contient cinquante articles de plus, inédits, tandis que les textes précédemment publiés sur Internet ont tous été revus, actualisés si nécessaire et, pour quelques-uns d’entre eux, substantiellement modifiés ou enrichis » (p.xvi).

Continuer la lecture

La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?

Pierre Huard, La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?, édition posthume par Raymond Corriveau, Jason Luckerhoff et Claude Martin, Presses de l’Université du Québec, 2016, 272 pages.

Recension de Louise Jambou.

La collection « Culture et publics » des Presses de l’Université du Québec publie des ouvrages qui étudient le champ culturel en travaillant spécifiquement sur les relations entre ses différents acteurs, et la question de « la démocratisation de la culture élaborée » intéresse particulièrement les directeurs de cette collection, Anik Meunier et Jason Luckerhoff, sans restriction quant aux méthodologies employées : investigations théoriques, recherches historiques, études statistiques, enquêtes sur les pratiques culturelles, muséologie, « éducation non formelle » sont autant de pistes que ces derniers souhaitent explorer.

Dans ce cadre, l’ouvrage de Pierre Huard interroge la place de la bande dessinée en reliant la question de sa légitimation à l’étude de la parodie, dans une perspective sémiotique autant que communicationnelle. L’auteur, enseignant et chercheur à l’université du Québec à Trois-Rivières, livre ici sa thèse de doctorat, jamais soutenue mais publiée de manière posthume grâce à son directeur de recherches, Claude Martin, appuyé par Raymond Corriveau et Jason Luckerhoff. Le texte que ces derniers nous donnent à lire est présenté « tel que [Pierre Huard] l’avait rédigé », reconstitué à partir de ses documents numériques et papier, avec des modifications « apportées pour tenir compte de la parution du texte comme livre plutôt que comme thèse » (préface, p. X). L’ensemble conserve néanmoins un caractère universitaire et académique très marqué, dû à sa nature, ainsi qu’à la grande rigueur méthodologique de son auteur.

Continuer la lecture