EC Comics. Race, Shock and Social Protest

Qiana Whitted, EC Comics. Race, Shock and Social Protest, Rutgers University Press, 2019, 184 pages, ISBN 978-0-8135-6631-3

Les comics d’horreurs EC de 1950-1956 (de The Vault of Horror n°12 et The Crypt of Terror n°17 jusqu’à Terror Illustrated n°3) fonctionnent comme de puissants révélateurs des évolutions de l’historiographie de la bande dessinée aux Etats-Unis. Célébrés par le premier fandom, érigés en symboles de la myopie des mouvements de censure et d’auto-censure dans les années 50, objets d’hommages directs moins d’une décennie après leur parution, réédités massivement bien avant le développement d’une patrimonialisation des comic books,  célébrés rétrospectivement comme une critique presciente de la société américaine des années 50 (Riche et Eizykman 1976; Wright 2001), ils ont par la suite fait l’objet d’une entreprise tardive de démythification, contestant leur importance historique (Watt-Evans 2010; Wandtke 2018) autant que leurs mérites esthétiques (Ng 2003).

Continuer la lecture

The Comics Scare Returns: The Contemporary Resurgence of Horror Comics

Terrence R. Wandtke, The Comics Scare Returns: The Contemporary Resurgence of Horror Comics, Rochester, NY : RIT Press, coll. Comics Studies Monograph Series, 2018, 300 pages, ISBN : 9781939125514

Le titre de The Comics Scare Returns fait référence à The Dark Knight Returns, de Frank Miller, mais doit surtout être compris comme un écho du précédent ouvrage de Terrence Wandtke, The Dark Night Returns (2015), déjà publié par les presses universitaires du Rochester Institute of Technology. Les deux livres forment en effet un diptyque consacré aux résurgences contemporaines des crime comics[1] et des comics d’horreur. Comme son titre l’indique, c’est sur ces derniers que porte The Comics Scare Returns. Continuer la lecture

Breaking the Frames: Populism and Prestige in Comics Studies

Marc Singer, Breaking the Frames. Populism and Prestige in Comics Studies, University of Texas Press, 2019. 292 pages, 34,95$, ISBN: 978-1-4773-1710-5

Breaking the Frames est un livre dont la parution a fait grand bruit dans le milieu des comics studies nord-américaines début 2019, notamment grâce au choix de rendre disponible largement son introduction saignante, sur Amazon, Google Books ou sur le site du Comics Journal. Ce retentissement s’explique non seulement par regard critique acéré que porte Singer sur l’état de la discipline[1] mais aussi par sa volonté de désigner nommément les auteurs et les textes qui lui semblent défaillants sur le plan méthodologique. S’il n’est pas rare dans les études de bande dessinée de découvrir des désaccords théoriques marqués – lorsque Simon Grennan éreinte Neil Cohn dans A Theory of Narrative Drawing, par exemple – ou des recensions en forme de manifeste méthodologie – Martin Lund sur les lectures politiques de super-héros, ou à la critique fondatrice de l’état du champ par Bart Beaty en 2004 (« Assessing ») – il est inédit qu’un ouvrage entier soit consacré à ce type d’analyse. Singer explique cependant avoir été poussé à écrire à la fois par la lecture répétée d’articles indignes, mais aussi par son désir de redynamiser la discipline (« The (Re)Collection Agency #11 »). En ce sens, il semble introduire dans le versant universitaire de la discipline une pratique de la polémique longtemps cantonnée au versant érudit et éditorial, et dont l’exemple paradigmatique reste le courrier des lecteurs du Comics Journal dans les années 80 et 90. Si ses effets restent à vérifier sur le moyen et le long-terme, et si l’ouvrage lui-même n’est pas irréprochable, les réactions immédiates qu’il a suscitées démontrent l’utilité de cette critique franche. Continuer la lecture

Anthologie de la fellation en BD

 

Nicolas Cartelet (dir.), Anthologie de la fellation en BD, Paris, éditions Dynamite, 2018

De la resucée des vieilles recettes

Avec, en guise de mise en bouche, une image de couverture attendue mais ingénieuse, Nicolas Cartelet propose pour une anthologie érotique un angle original et précis : celui du geste fellateur. Ce faisant, il aurait pu renvoyer aux oubliettes de la ringardise les compilations X généralistes faiblement commentées de ces dernières années1, mais il n’en est rien… Continuer la lecture

  1. Vincent Bernière (dir.), Anthologie de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2012 ; Vincent Bernière (dir.) Les 100 plus belles planches de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2015 []

Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives

David Herman (dir.), Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives, London / New York, Bloomsbury Academic, 2018

Si l’animal comme thème, motif ou spécificité de la bande dessinée a déjà fait l’objet de plusieurs travaux1, David Herman sonne clairement avec l’ouvrage collectif Animal Comics. Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives l’arrivée théorique dans les études sur la bande dessinée des études animales, de leurs concepts critiques et d’auteurs cruciaux comme Haraway, Derrida ou Deleuze et Guattari, susceptibles d’apporter de nouveaux éclairages sur l’animal de bande dessinée. Continuer la lecture

  1. Voir Thierry Groensteen (dir.), Animaux en cases : une histoire critique de la bande dessinée animalière, Paris, Futuropolis, 1987 ; Glenn Willmott, Modern Animalism: Habitats of Scarcity and Wealth in Comics and Literature, Toronto, University of Toronto Press, 2012 ; voir également les articles publiés par la revue Neuvième art rassemblés sur Neuvième art 2.0 : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique34 et Harry Morgan, « Animaux », dans « Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée », Neuvième art 2.0, 2012 []

Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture

Benjamin Woo, Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2018, 268 pages, ISBN 9780773552845

Recension d’Isabelle Licari-Guillaume

Image tirée du compte Twitter de l’auteur – https://twitter.com/geek_worlds/status/974660274237124608

Getting a Life aborde, sous l’angle sociologique, les communautés culturelles de fans que l’on désigne habituellement sous le nom de « nerds » ou « geeks » (deux termes dont Woo montre qu’ils ont en fait un sens à peu près analogue). L’ouvrage est une enquête pour laquelle l’auteur a observé durant plusieurs mois un échantillon paritaire de six individus se réclamant d’une identité nerd / geek, et investis dans un ou plusieurs fandoms[1], souvent via leur participation aux événements menés par les structures locales (associations de cinéphiles ou de reconstitution historique, boutiques de comics, etc.). En cela, le travail de Benjamin Woo se place dans le domaine des fan studies, emmenées notamment par Henry Jenkins et Mizuko Ito.

Bien que l’étude ait été conduite majoritairement en Amérique du Nord (l’auteur ne précise pas dans quelle ville), sa validité ne paraît pas limitée à cette aire géographique. En effet, la plupart des pratiques associées à la communauté geek sont également répandues en Europe, qu’il s’agisse de jeux de cartes ou de plateau, de jeu de rôle en ligne ou sur table, ou encore de comics et de science-fiction. On peut donc supposer que les conclusions qu’il tire sont susceptibles de nous éclairer sur les usages geek en France et en Europe, particulièrement dans la mesure où les communautés concernées doublent leurs pratiques locales d’un usage intense des médias numériques qui, par nature, tendent à abolir les distances.

Continuer la lecture

Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, collection « Erudition », 2017

Recension de Côme Martin

Les Rouages de l’intrigue, paru en 2017, est le dernier ouvrage du narratologue suisse Raphaël Baroni. S’il s’inscrit dans la droite lignée de ses ouvrages précédents, La Tension narrative (2007) et L’Œuvre du temps (2009), et peut en être considéré comme une récapitulation partielle, il s’agit surtout d’un ouvrage de vulgarisation, comme l’indique sa préface, écrit dans un effort de redynamiser l’enseignement littéraire en y faisant la part belle à l’intrigue, domaine de recherche de Baroni depuis plus de quinze ans. Cet ouvrage, qui ne traite pas explicitement ni exclusivement de bande dessinée, est pourtant une lecture importante pour tout chercheur s’intéressant à la narrativité graphique, tant l’une de ses affirmations récurrentes – l’intrigue est présente dans tout récit, même le plus apparemment intellectuel et détaché de toute considération narrative – peut s’appliquer à nos propres sujets d’étude. Continuer la lecture

Souvenirs de Captain Marvel

Couverture par Keiler Roberts (© Keiler Roberts 2016)

Brian Cremins, Captain Marvel and the Art of Nostalgia, Jackson, University Press of Mississippi, 2016, 203 pages, ISBN 978-1-4968-0876-9.

Note critique de Benoît Crucifix

Le premier souvenir de Captain Marvel est peut-être celui d’une forme de mort légale : le personnage de Fawcett serait une pâle copie de Superman et son éditeur, National Comics (aujourd’hui DC), n’entend pas laisser passer l’affaire. Après un long procès, ponctué de plusieurs appels et différentes auditions, l’affaire se conclut en 1952, quand Fawcett concède de cesser la publication du Captain Marvel de C.C. Beck et Otto Binder.1 Alors que les superhéros habitaient un « présent immobile », selon la formule d’Umberto Eco (1976, 33), l’accord juridique entre les deux éditeurs condamnait définitivement Captain Marvel au passé2, si ce n’est pour subsister dans les mémoires de ses lecteurs, conférant au personnage une valeur nostalgique toute particulière :

Pour les lecteurs, c’est la disparition de Captain Marvel des kiosques et des drugstores. C’est une fin qui inspire des sentiments de nostalgie, puisqu’on tente de retrouver ce qui a été perdu, négligé, ce qui semble impossible (Cremins 2016, 8).3

Cette fin n’en est pas vraiment une et ne fait qu’inspirer de nouveaux départs : c’est cette expérience nostalgique comme imagination utopique qui est au cœur de la monographie de Brian Cremins. Plutôt que de voir dans la nostalgie un sentiment réactionnaire, opposé au changement et s’évadant dans un passé de papier mâché, Captain Marvel and the Art of Nostalgia revendique une nostalgie orientée vers le futur, qui trouve dans le passé des lectures alternatives. Ce cadre est largement basé sur la théorie de la nostalgie élaborée par Svetlana Boym (2001) ; un parti pris assumé dès le départ et qui se permet donc d’être plus économe avec ce champ de recherche autour de la nostalgie.4 Pour autant, le cadre n’est pas plaqué tel quel et est au contraire appliqué avec beaucoup de justesse à l’histoire de la bande dessinée. L’originalité de l’approche de Cremins réside justement dans la manière dont il se saisit du rapport complexe qu’entretient la recherche en bande dessinée à la nostalgie et au fandom.

Continuer la lecture

Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature

Christopher Pizzino, Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature, Austin, University of Texas Press, 2016, 231 pages, ISBN 978-1-477-30977-3

Note critique d’Isabelle Licari-Guillaume

Dans Arresting Development, Christopher Pizzino s’intéresse au statut culturel de la bande dessinée états-unienne depuis le début des années 1980, postulant que le contexte social dans lequel s’opèrent la production et la réception de la bande dessinée a une influence directe sur les contenus ainsi produits. Il montre que malgré l’avènement d’un discours axé sur l’idée d’une maturation progressive du média, selon lequel la bande dessinée serait à présent pleinement « adulte » et légitime, les auteur‧trices de comics1 sont renvoyé‧es à une illégitimité de fait, d’autant plus difficile à dénoncer qu’elle est masquée par l’omniprésence de ce discours. La production des auteur‧trices de bande dessinée est donc marquée par une conscience aigüe de l’illégitimité de leur média, et cette conscience influence l’identité esthétique et narrative de l’œuvre, indépendamment du fait que l’auteur‧trice ait ou non l’intention consciente de problématiser ces questions de statut. Ces auteur‧trices de comics incorporent dans leur discours une autocritique qui peut s’apparenter à une forme d’autodestruction, et que Pizzino nomme « autoclasme » (autoclasm).

Continuer la lecture