Bande dessinée et grand public

L.L. de Mars, Bande dessinée et grand public, Adverse, 2019, 16 pages, ISBN : 979-10-95922-21-6


Recension par Norbert Danysz


Très bref ouvrage paru en 2019, Bande dessinée et grand public est d’abord une simple réaction de l’auteur à un courrier qui le taxe de mépris pour le « grand public ». Il s’agit alors pour L.L. de Mars, à la fois auteur et critique de bande dessinée, de remettre en question l’existence de ce « grand public », de se défendre de toute considération méprisante envers quelque public que ce soit, et finalement de répondre à son accusateur (anonymisé) en dévoilant tout ce qu’implique réellement cette accusation, sur les plans esthétique, poétique, mais aussi éthique, éditorial et politique.

Ce texte s’inscrit dans le catalogue d’une maison récente fondée en 2016, les éditions Adverse, qui accueille de plus en plus de textes sur la bande dessinée, outre les œuvres de création qu’elle publie depuis quelques années, selon les principes de l’auto-édition. Ce petit ouvrage fait donc partie d’une entreprise plus grande, constituée d’autres courts écrits, principalement du même auteur (L.L. de Mars 2017, 2019a, 2019b, 2020), qui sont loin d’être indépendants les uns envers les autres, et qui déploient peu à peu une pensée singulière sur la bande dessinée. Ces textes entrent également en résonance avec d’autres publications des éditions Adverse, depuis le manifeste inaugural (Balcaen 2016) jusqu’au récent livret sur l’édition face à la pandémie (Balcaen & LeGlatin 2020), tandis que se construit progressivement la nouvelle revue théorique À partir de (deux numéros parus depuis 2019)1. Enfin, en plus de faire paraître régulièrement des textes de critique sur l’art et sur la bande dessinée (notamment dans la revue Pré Carré qu’il a cofondée en 2013), L.L. de Mars est lui-même auteur de bandes dessinées, et ses œuvres écrites, dessinées, mixtes ou autres forment « un réseau d’activités2 » qui gagne à être abordé dans son ensemble.

Continuer la lecture
  1. Certains de ces textes sont disponibles gratuitement au format PDF sur le site des éditions Adverse : https://www.adverse.fr/livres/ []
  2. L.L. de Mars, « Comment j’ai écrit certains de mes textes (1) », du9, l’autre bande dessinée, 4 juillet 2016, consulté le 05/11/20, disponible sur : https://www.du9.org/entretien/preambule/ []

La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?

Pierre Huard, La Parodie dans la bande dessinée franco-belge, critique ou esthétisme ?, édition posthume par Raymond Corriveau, Jason Luckerhoff et Claude Martin, Presses de l’Université du Québec, 2016, 272 pages.

Recension de Louise Jambou.

La collection « Culture et publics » des Presses de l’Université du Québec publie des ouvrages qui étudient le champ culturel en travaillant spécifiquement sur les relations entre ses différents acteurs, et la question de « la démocratisation de la culture élaborée » intéresse particulièrement les directeurs de cette collection, Anik Meunier et Jason Luckerhoff, sans restriction quant aux méthodologies employées : investigations théoriques, recherches historiques, études statistiques, enquêtes sur les pratiques culturelles, muséologie, « éducation non formelle » sont autant de pistes que ces derniers souhaitent explorer.

Dans ce cadre, l’ouvrage de Pierre Huard interroge la place de la bande dessinée en reliant la question de sa légitimation à l’étude de la parodie, dans une perspective sémiotique autant que communicationnelle. L’auteur, enseignant et chercheur à l’université du Québec à Trois-Rivières, livre ici sa thèse de doctorat, jamais soutenue mais publiée de manière posthume grâce à son directeur de recherches, Claude Martin, appuyé par Raymond Corriveau et Jason Luckerhoff. Le texte que ces derniers nous donnent à lire est présenté « tel que [Pierre Huard] l’avait rédigé », reconstitué à partir de ses documents numériques et papier, avec des modifications « apportées pour tenir compte de la parution du texte comme livre plutôt que comme thèse » (préface, p. X). L’ensemble conserve néanmoins un caractère universitaire et académique très marqué, dû à sa nature, ainsi qu’à la grande rigueur méthodologique de son auteur.

Continuer la lecture

Anthologie de la fellation en BD

 

Nicolas Cartelet (dir.), Anthologie de la fellation en BD, Paris, éditions Dynamite, 2018

De la resucée des vieilles recettes

Avec, en guise de mise en bouche, une image de couverture attendue mais ingénieuse, Nicolas Cartelet propose pour une anthologie érotique un angle original et précis : celui du geste fellateur. Ce faisant, il aurait pu renvoyer aux oubliettes de la ringardise les compilations X généralistes faiblement commentées de ces dernières années1, mais il n’en est rien… Continuer la lecture

  1. Vincent Bernière (dir.), Anthologie de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2012 ; Vincent Bernière (dir.) Les 100 plus belles planches de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2015 []

Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives

David Herman (dir.), Animal Comics: Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives, London / New York, Bloomsbury Academic, 2018

Si l’animal comme thème, motif ou spécificité de la bande dessinée a déjà fait l’objet de plusieurs travaux1, David Herman sonne clairement avec l’ouvrage collectif Animal Comics. Multispecies Storyworlds in Graphic Narratives l’arrivée théorique dans les études sur la bande dessinée des études animales, de leurs concepts critiques et d’auteurs cruciaux comme Haraway, Derrida ou Deleuze et Guattari, susceptibles d’apporter de nouveaux éclairages sur l’animal de bande dessinée. Continuer la lecture

  1. Voir Thierry Groensteen (dir.), Animaux en cases : une histoire critique de la bande dessinée animalière, Paris, Futuropolis, 1987 ; Glenn Willmott, Modern Animalism: Habitats of Scarcity and Wealth in Comics and Literature, Toronto, University of Toronto Press, 2012 ; voir également les articles publiés par la revue Neuvième art rassemblés sur Neuvième art 2.0 : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique34 et Harry Morgan, « Animaux », dans « Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée », Neuvième art 2.0, 2012 []

Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, collection « Erudition », 2017

Recension de Côme Martin

Les Rouages de l’intrigue, paru en 2017, est le dernier ouvrage du narratologue suisse Raphaël Baroni. S’il s’inscrit dans la droite lignée de ses ouvrages précédents, La Tension narrative (2007) et L’Œuvre du temps (2009), et peut en être considéré comme une récapitulation partielle, il s’agit surtout d’un ouvrage de vulgarisation, comme l’indique sa préface, écrit dans un effort de redynamiser l’enseignement littéraire en y faisant la part belle à l’intrigue, domaine de recherche de Baroni depuis plus de quinze ans. Cet ouvrage, qui ne traite pas explicitement ni exclusivement de bande dessinée, est pourtant une lecture importante pour tout chercheur s’intéressant à la narrativité graphique, tant l’une de ses affirmations récurrentes – l’intrigue est présente dans tout récit, même le plus apparemment intellectuel et détaché de toute considération narrative – peut s’appliquer à nos propres sujets d’étude. Continuer la lecture