Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture

Benjamin Woo, Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2018, 268 pages, ISBN 9780773552845

Recension d’Isabelle Licari-Guillaume

Image tirée du compte Twitter de l’auteur – https://twitter.com/geek_worlds/status/974660274237124608

Getting a Life aborde, sous l’angle sociologique, les communautés culturelles de fans que l’on désigne habituellement sous le nom de « nerds » ou « geeks » (deux termes dont Woo montre qu’ils ont en fait un sens à peu près analogue). L’ouvrage est une enquête pour laquelle l’auteur a observé durant plusieurs mois un échantillon paritaire de six individus se réclamant d’une identité nerd / geek, et investis dans un ou plusieurs fandoms[1], souvent via leur participation aux événements menés par les structures locales (associations de cinéphiles ou de reconstitution historique, boutiques de comics, etc.). En cela, le travail de Benjamin Woo se place dans le domaine des fan studies, emmenées notamment par Henry Jenkins et Mizuko Ito.

Bien que l’étude ait été conduite majoritairement en Amérique du Nord (l’auteur ne précise pas dans quelle ville), sa validité ne paraît pas limitée à cette aire géographique. En effet, la plupart des pratiques associées à la communauté geek sont également répandues en Europe, qu’il s’agisse de jeux de cartes ou de plateau, de jeu de rôle en ligne ou sur table, ou encore de comics et de science-fiction. On peut donc supposer que les conclusions qu’il tire sont susceptibles de nous éclairer sur les usages geek en France et en Europe, particulièrement dans la mesure où les communautés concernées doublent leurs pratiques locales d’un usage intense des médias numériques qui, par nature, tendent à abolir les distances.

Continuer la lecture

Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, collection « Erudition », 2017

Recension de Côme Martin

Les Rouages de l’intrigue, paru en 2017, est le dernier ouvrage du narratologue suisse Raphaël Baroni. S’il s’inscrit dans la droite lignée de ses ouvrages précédents, La Tension narrative (2007) et L’Œuvre du temps (2009), et peut en être considéré comme une récapitulation partielle, il s’agit surtout d’un ouvrage de vulgarisation, comme l’indique sa préface, écrit dans un effort de redynamiser l’enseignement littéraire en y faisant la part belle à l’intrigue, domaine de recherche de Baroni depuis plus de quinze ans. Cet ouvrage, qui ne traite pas explicitement ni exclusivement de bande dessinée, est pourtant une lecture importante pour tout chercheur s’intéressant à la narrativité graphique, tant l’une de ses affirmations récurrentes – l’intrigue est présente dans tout récit, même le plus apparemment intellectuel et détaché de toute considération narrative – peut s’appliquer à nos propres sujets d’étude. Continuer la lecture