The Comics of Alison Bechdel: From the Outside In

Janine Utell (dir.), The Comics of Alison Bechdel : From the Outside In, University Press of Mississippi, Décembre 2019, 282 pages, 30$ (paperback), ISBN 9781496825780.

Ce nouveau volume de la série Critical Approaches to Comics Artists bénéficie d’une réalisation soignée et d’une mise en page lisible. Il contient de nombreuses illustrations, reproduisant non seulement des passages des strips de Bechdel, mais également divers documents d’archive plus difficiles d’accès; la qualité de la reproduction est variable mais plutôt satisfaisante dans l’ensemble.

L’ouvrage s’attache à couvrir l’ensemble de l’oeuvre de Bechdel, Fun Home et Are you My Mother bien entendu, mais également la série de presse Dykes to Watch out For, et même, dans l’article de Margaret Galvan, les 19 strips du bref et méconnu Servants to the Cause, strip paru dans le journal gay et lesbien The Advocate (dont Galvan montre qu’elle reflète métatextuellement les débats et les divergences d’opinions au sein de la presse LGBT et de ses acteurs, dans une perspective intersectionnelle). En cela, le livre propose une approche assez complète de l’œuvre de Bechdel.

Continuer la lecture

The British Comic Book Invasion

Jochen Ecke, The British Comic Book Invasion : Alan Moore, Warren Ellis, Grant Morrison and the Evolution of the American Style, Jefferson : McFarland, coll. « Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy », 2019, 274 pages, ISBN : 9781476674155.

Introduction

Cette note critique concerne le livre de Jochen Ecke, intitulé The British Comic Book Invasion : Alan Moore, Warren Ellis, Grant Morrison and the Evolution of the American Style. L’ouvrage est paru en 2019 chez McFarland dans la collection « Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy », dirigée par Donald E. Palumbo et C.W. Sullivan III. 

Dans cet ouvrage, l’auteur interroge le phénomène connu sous le nom d’Invasion britannique, qui désigne à partir du milieu des années 1980 l’arrivée massive dans le secteur de la BD mainstream états-unienne de scénaristes britanniques tels qu’Alan Moore ou Grant Morrison, souvent salués par les fans et la critique comme des sources d’innovation et de remise en cause du statu quo. Ecke se propose d’aborder ce phénomène du point de vue de la forme et de la poétique : il s’intéresse aux « activités cognitives et aux expériences esthétiques du public durant la lecture de comic books »[1]. En particulier, il décide de laisser de côté l’analyse des contenus et des thèmes au profit d’une considération de la narration (syuzhet) et de la réponse attendue du lecteur. Méthodologiquement, sa référence centrale est le théoricien du cinéma David Bordwell, auquel il fait fréquemment référence tout au long de l’étude ; il s’agit de savoir quelles informations sont données au lecteur et comment elles sont reçues afin de composer un récit. Continuer la lecture

Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture

Benjamin Woo, Getting a Life: The Social Worlds of Geek Culture, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2018, 268 pages, ISBN 9780773552845

Recension d’Isabelle Licari-Guillaume

Image tirée du compte Twitter de l’auteur – https://twitter.com/geek_worlds/status/974660274237124608

Getting a Life aborde, sous l’angle sociologique, les communautés culturelles de fans que l’on désigne habituellement sous le nom de « nerds » ou « geeks » (deux termes dont Woo montre qu’ils ont en fait un sens à peu près analogue). L’ouvrage est une enquête pour laquelle l’auteur a observé durant plusieurs mois un échantillon paritaire de six individus se réclamant d’une identité nerd / geek, et investis dans un ou plusieurs fandoms[1], souvent via leur participation aux événements menés par les structures locales (associations de cinéphiles ou de reconstitution historique, boutiques de comics, etc.). En cela, le travail de Benjamin Woo se place dans le domaine des fan studies, emmenées notamment par Henry Jenkins et Mizuko Ito.

Bien que l’étude ait été conduite majoritairement en Amérique du Nord (l’auteur ne précise pas dans quelle ville), sa validité ne paraît pas limitée à cette aire géographique. En effet, la plupart des pratiques associées à la communauté geek sont également répandues en Europe, qu’il s’agisse de jeux de cartes ou de plateau, de jeu de rôle en ligne ou sur table, ou encore de comics et de science-fiction. On peut donc supposer que les conclusions qu’il tire sont susceptibles de nous éclairer sur les usages geek en France et en Europe, particulièrement dans la mesure où les communautés concernées doublent leurs pratiques locales d’un usage intense des médias numériques qui, par nature, tendent à abolir les distances.

Continuer la lecture

Disaster Drawn: Visual Witness, Comics, and Documentary Form

Hillary Chute, Disaster Drawn: visual witness, comics, and documentary form, Harvard University Press, 2016, 359 p.

Recension d’Isabelle Licari-Guillaume

Dès réception de l’ouvrage, ce qui saute aux yeux est la qualité matérielle du volume ; publié aux Presses Universitaire de Harvard, Disaster Drawn bénéficie d’une impression soignée et de très nombreuses pages en couleur où sont reproduits des extraits des différents ouvrages de bande dessinée analysés par Chute, mais aussi des gravures et autres supports iconiques qu’elle aborde. Cette abondance d’illustrations, très appréciable à la lecture, permet de suivre aisément l’autrice dans son parcours de l’histoire des formes iconotextuelles et de leur rapport au récit traumatique. Chute maintient d’ailleurs le parti pris déjà adopté dans son précédent ouvrage, Graphic Women, qui consiste à reproduire les images au plus proche de leur format d’origine, en cohérence avec la grande attention qu’elle accorde aux supports visuels.

Toujours sur la forme, en revanche, on s’interroge quant à la pertinence d’une section bibliographique intégralement présentée sous forme de notes de fin de texte, lesquelles occupent près de 80 pages entrelardées des notes textuelles explicatives (pp. 267-346) : dans ces conditions, l’accès aux sources devient un parcours du combattant, particulièrement regrettable dans le cadre d’un projet si clairement tourné vers le lectorat universitaire. Continuer la lecture

Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature

Christopher Pizzino, Arresting Development: Comics at the Boundaries of Literature, Austin, University of Texas Press, 2016, 231 pages, ISBN 978-1-477-30977-3

Note critique d’Isabelle Licari-Guillaume

Dans Arresting Development, Christopher Pizzino s’intéresse au statut culturel de la bande dessinée états-unienne depuis le début des années 1980, postulant que le contexte social dans lequel s’opèrent la production et la réception de la bande dessinée a une influence directe sur les contenus ainsi produits. Il montre que malgré l’avènement d’un discours axé sur l’idée d’une maturation progressive du média, selon lequel la bande dessinée serait à présent pleinement « adulte » et légitime, les auteur‧trices de comics1 sont renvoyé‧es à une illégitimité de fait, d’autant plus difficile à dénoncer qu’elle est masquée par l’omniprésence de ce discours. La production des auteur‧trices de bande dessinée est donc marquée par une conscience aigüe de l’illégitimité de leur média, et cette conscience influence l’identité esthétique et narrative de l’œuvre, indépendamment du fait que l’auteur‧trice ait ou non l’intention consciente de problématiser ces questions de statut. Ces auteur‧trices de comics incorporent dans leur discours une autocritique qui peut s’apparenter à une forme d’autodestruction, et que Pizzino nomme « autoclasme » (autoclasm).

Continuer la lecture