Éric Losfeld et le Terrain Vague, Éditer des bandes dessinées pour adultes

Couverture de Benoît Preteseille - Editer des bandes dessinées pour adultesBenoît Preteseille, Éric Losfeld et le Terrain Vague, Éditer des bandes dessinées pour adultes, Bruxelles, les Impressions Nouvelles, 2024, 296p, ISBN: 978-2-39070-108-8


Recension parJulie Demange, docteure en histoire, CHS, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.


À la fois dessinateur, éditeur et chercheur, Benoît Preteseille a mené ce travail de recherche conjointement à la création de deux bandes dessinées : Le Jaune, bande dessinée numérique publiée en 2019 par Hécatombe, et l’album Les Poupées sanglantes, publié en 2020 par Atrabile. Il a soutenu sa thèse de 2020 à l’Université de Poitiers, une des seules universités françaises à compter une spécialité de Recherche et création en Bande Dessinée.

Son livre se compose de deux parties clairement distinctes, séparées par une double page graphique très intéressante où l’auteur propose une cartographie sous la forme d’une carte mentale illustrée des 19 albums de la collection « Bandes dessinées et Recherches graphiques » publiés par Éric Losfeld entre 1964 et 1973.

Intitulé Éditer des bandes dessinées pour adultes. Éric Losfeld et le Terrain Vague (1964-1973), l’ouvrage revient sur un éditeur qui a fait date dans l’histoire de la bande dessinée et qui a été largement médiatisé, mais dont les albums de bande dessinée sont cependant assez largement méconnus aujourd’hui, car ils ont peu été réédités.

Pour mener son enquête, Benoît Preteseille a réalisé 20 entretiens avec plusieurs auteurs de la collection, avec des collaborateurs et employés d’Éric Losfeld ainsi qu’avec sa fille, Joëlle Losfeld, qui a repris le fonds éditorial de son père. Il s’appuie en outre sur la biographie d’Éric Losfeld : Endetté comme une mule,  publiée en 1979 [rééditée en 2017], et sur des interviews parues dans la presse des années 1960 ou postérieures. En dernier ressort, il s’appuie sur une bonne revue de presse, sûrement consultée dans le Fonds Éric Losfeld à l’IMEC. Deux autres sources sont aussi intéressantes à noter : l’ouvrage de Jacques Marny, Le monde étonnant des bandes dessinée publié en 1968 contenant des transcriptions d’échanges avec des dessinateurs de bande dessinée et éditeurs, dont Éric Losfeld, ainsi que la collection des catalogues Arcanes, de l’éditeur dont le nom est tiré de celui de la première structure éditoriale créé par Losfeld, à laquelle ont suivi Les « Éditions le Terrain Vague » puis « Éric Losfeld éditeur ». Benoît Preteseille, cite abondamment l’ensemble de ces sources, ce qui est captivant et rend la lecture du livre extrêmement vivante. En revanche, comme il souligne dès l’introduction, il « a tenté de retrouver des traces matérielles du travail d’édition de Losfeld, mais elles sont très rares. » (p. 14)

La première partie construite en trois temps permet de découvrir la ligne éditoriale d’Éric Losfeld, puis la façon dont les bandes dessinées prennent place dans son catalogue, leurs particularités et dans un dernier temps les limites qui conduisent à une entreprise éditoriale finalement relativement brève – moins de 10 ans – mais qui a pris place dans la mémoire culturelle de la bande dessinée en France. Cet éditeur, qui démarre ses activités au début des années 1950, en traitant du surréalisme, d’érotisme, mais aussi de cinéma et de fantastique. Éditeur public, il développa également une activité éditoriale clandestine pour passer outre la censure comme ce fut le cas pour le plus grand succès public d’Éric Losfeld : Emmanuelle, un livre initialement publié en 1958 de façon clandestine avant de l’être officiellement en 1967. La majorité de son travail demeure la publication de textes et il est difficile de retracer comment Éric Losfeld s’est intéressé à la bande dessinée. Benoît Preteseille souligne également les liens qui ont uni Losfeld à un certain milieu culturel dans lequel s’est formé le terreau d’une première bédéphile, celle du CELEG. L’auteur souligne une proximité entre Losfeld et le CELEG. Il est vrai que de nombreux membres du CBD-CELEG ont fréquenté la libraire de Losfeld puis encore davantage celle du Minotaure, mais en dehors de la librairie, ces relations ont été ténues. Par exemple, dans les archives de Francis Lacassin qui fut le président de cette association, il n’y a pas beaucoup de traces d’échanges effectifs. Néanmoins, le CBD-CELEG offrit dans sa publication Giff-Wiff, une place de choix aux publications dessinées et graphiques de Losfeld. Il souligne aussi la proximité entre les éditions Losfeld et l’équipe de la revue Hara-Kiri qui était, à la même période, « un espace très fécond en créations marquantes dans la bande dessinée pour adultes » (p. 31).

L’édition de Barbarella en 1964 est la première bande dessinée entreprise par Éric Losfeld. L’album est conçu par Jean-Claude Forest qui a, auparavant, publié les aventures de cette héroïne en feuilleton dans V magazine, un magazine au contenu léger et grivois. Cette bande dessinée inaugure une collection de bande dessinée qui, dans le catalogue de l’éditeur, prend place au côté d’une autre collection « Recherches graphiques » : deux collections dont les limites demeurent floues et entre lesquelles les croisements, correspondances se font sensibles. Benoît Preteseille revient sur la genèse de ce projet éditorial. Il évoque la rencontre entre les deux hommes,  la gageure de créer un livre à partir d’une série auparavant publiée dans la presse et qui n’a pas été conçu par l’album. Il souligne ensuite la difficulté de clairement fixer le périmètre de cette double collection « bande dessinée et recherches graphiques » . Il propose au lecteur de mieux la cerner par ce qui n’y entre pas et les projets inaboutis. Cette partie est très intéressante et témoigne de la connaissance approfondie que possède Benoît Preteseille de son sujet d’étude.

Dans un deuxième temps, l’auteur revient sur « trois étapes majeures » pour la construction de cette collection de 19 titres. Premièrement, la publication de Barbarella et le succès médiatique. Benoît Preteseille souligne que « Forest connaisseur de la bande dessinée, s’affirme aussi comme un auteur en utilisant [une] artificialité volontaire » (p. 69). La bande dessinée se présente avec cet album comme une lecture pour un public adulte et la présente comme une activité artistique. Deuxième temps, la publication, en 1966, des Aventures de Jodelle de Guy Pellaert et Pierre Bartier qui vient « intégre[r] des codes graphiques venus du pop art, qui constituait alors un style ultra-contemporain » (p. 71) dans la bande dessinée. Enfin, troisième étape, la publication de La Saga de Xam de Nicolas Devil et Jean Rollin, en 1967, qui a « fortement remis en cause l’idéal de la ligne claire selon lequel une bande dessinée doit respecter une graphiation homogène et claire, aidant à la compréhension et à la fluidité » (p. 73). À travers l’ensemble des 19 titres publiés, Éric Losfeld donne la possibilité à des auteurs de bande dessinée d’expérimenter cette forme d’expression graphique. Benoît Preteseille présente ensuite ce qui peut donner une cohésion a cette collection : un rapport particulier donc à la démarche créative, à la stratégie « d’attraction » que l’auteur reprend à Thierry Smolderen qui l’a utilisé pour les comic strips américains du début du XXe siècle. Losfeld a « développé des contenus susceptibles d’attirer un public nouveau. Les éléments les plus efficaces étant souvent “le mignon l’insolite, l’atroce” auxquels on peut ajouter dans les années 1960, le sexe. “Cette dynamique des attractions sollicite en général un public dont l’identité sociale est typiquement indéterminée” » (p. 91) Dans cette collection, est aussi présent un goût marqué pour l’expression de l’érotisme conduisant à des représentations des femmes contrastées entre les différents albums de cette collection. Le positionnement clairement contestataire de Losfeld et « la torsion de la morale traditionnelle sont sensibles dans les bandes dessinées du corpus » (p. 103), mais l’auteur souligne aussitôt après que « malgré cet affichage, ces questions affleurent de façon très anecdotique, voire superficielle et dérisoire » (p. 103) et ce sont davantage des revues comme Hara-Kiri qui, à cette époque, ont porté une « critique directe contre le conservatisme de la société française » (p. 109).

Pour conclure cette première partie, Benoît Preteseille revient sur les limites de l’expérience. Il souligne que les problèmes financiers qui ont poursuivi Éric Losfeld tout au long de sa carrière d’éditeur indépendant ont contribué à l’arrêt brutal de la production de bandes dessinées. Pour l’éditeur, la production d’albums de bande dessinée demeure bien plus chère que celle de livres. Mais ce n’est pas le seul motif, « Losfeld a souvent affirmé son manque de sensibilité aux arts visuels » (p. 115) dans son autobiographie ou dans ses entretiens, son intérêt premier demeure le surréalisme, jusqu’à rattacher comme le note Benoît Preteseille « de façon un peu forcée ses best-sellers à ce domaine : Barbarella et Emmanuelle. » (p. 115). L’auteur montre ensuite comment cette collection et la démarche qui fut celle d’Éric Losfeld ont pu marquer plusieurs générations d’éditeurs spécialisés en bandes dessinées – et il y a lieu de rappeler ici l’activité éditoriale qu’exerce Benoît Preteseille depuis plusieurs années – et comment ainsi cet éditeur non spécialisé a pu s’inscrire dans la mémoire culturelle de la bande dessinée . « C’est en se repositionnant toujours à la marge de l’édition dominante que l’édition défriche des nouveaux modes de création avec la passion qui animait Éric Losfeld » (p. 130).

La seconde partie de l’ouvrage propose d’analyser un à un les dix-neuf titres de cette collection : un catalogue raisonné qui traite cependant de manière inégale les différents albums, ce qui rend la lecture de cette seconde partie assez déroutante. Il fait très souvent, plus ou moins longuement, le résumé de chaque intrigue alors qu’il s’attarde parfois trop succinctement à l’analyse graphique, bien que, pour certains albums, elle soit tout de même bien développée. Cette seconde partie a un grand mérite : elle permet au lecteur de mieux appréhender des albums qui n’ont pour la plupart pas fait l’objet de rééditions et qui sont donc aujourd’hui difficilement accessibles. Cette présentation exhaustive de la collection est accompagnée d’une large iconographie. Elle comprend chaque couverture d’album et parfois une ou plus plusieurs planches intérieures. Dans cette seconde partie émergent plusieurs récurrences : une alternance des formats, une récurrence des thèmes et le réemploi dans plusieurs titres de la collection de l’image de Barbarella qui est le premier livre à être publié. Barbarella véhicule une représentation des femmes vue très souvent au prisme d’un regard parfois de l’érotisme, une récurrence aussi des motifs pop et une oscillation entre un ton humoristique ou fantastico-utopique. Cette seconde partie possède de surcroît un autre intérêt, celui d’insérer, quand Benoît Preteseille a eu la possibilité de les rencontrer, les témoignages des auteurs, dessinateurs, scénaristes des bandes dessinées présentées, ainsi que la parole de personnes telles Georges Lenglet qui, comme employé du Terrain Vague, a épaulé Éric Losfeld dans la production de ces albums.

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin (14 mars 2024). Éric Losfeld et le Terrain Vague, Éditer des bandes dessinées pour adultes. La Brèche - Lectures. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0q1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.