La révolution Garo

Couverture de La révolution Garo 1945-2002Claude Leblanc, La révolution Garo, 1945-2002, Paris, Imho, 2024, 275 pages, ISBN 9782364811249

 


Recension par Jean-Charles Andrieu de Levis


Claude Leblanc est un journaliste et romancier, ancien rédacteur en chef du Courrier international et fondateur du mensuel Zoom Japon. Spécialiste de la culture et de l’histoire japonaises, il a signé de nombreux ouvrages s’intéressant à différentes facettes de ce pays dont une biographie du célèbre réalisateur Yamada Yôji (Le japon vu par Yamada Yoji, Editions Ilyfunet, 2021) et un guide ferroviaire (Le Japon vu du train, Editions Ilyfunet, 2012)[1]. Avec La Révolution Garo, 1945-2002 il brosse un portrait inédit de la célèbre revue qui apporta un véritable souffle de modernité dans un champ de création encore trop peu étudié en France.

Garo est un mensuel qui le jour en 1964 sous l’impulsion de Katsuichi Nagai et Sanpei Shirato. Durant près de quarante années d’existence, il accompagna l’émergence de divers courants artistiques et participa à façonner la vision contemporaine du manga. Il accueillit dans ses pages de nombreux chef-d’œuvre dont le monument Kamui Den de Shirato (centre névralgique de la revue à ses débuts) ainsi que plusieurs générations de dessateur.ices qui trouvèrent dans la revue un espace de liberté inédit, comme Shigeru Mizuki, Yoshiharu Tsuge, Tsurita Kuniko, Shin’ichi Abe ou encore Maki Sasaki (pour n’en citer que quelques-uns). L’importance de cette revue d’avant-garde et sa renommée au niveau mondial (rappelons que Françoise Mouly et Art Spiegelman publièrent dans la septième livraison de Raw des planches de Yoshiharu Tsuge et Teruhiko Yumura, figures marquantes du mensuel nippon) contrastent avec son faible nombre d’études. En effet, si ce n’est un seul ouvrage japonais, aucun essai n’avait encore couvert toute l’histoire de Garo (p. 245). Claude Leblanc pose ainsi une pierre essentielle à l’édification d’une histoire du manga, qui plus est en langue française. S’il existe en France des ouvrages couvrant l’histoire générale de la bande dessinée japonaise, hormis quelques biographies consacrées à Osamu Tezuka, les études adoptant un point de vue plus spécifique à une revue, à une publication, à un courant ou à un groupe d’auteurs restent bien rares. Un apport de cette nature est donc d’autant plus remarquable qu’il est particulièrement bien documenté, nourri de nombreuses références, études et entretiens (en grande partie issus de la littérature japonaise) qui permettent de croiser les regards et témoignent de la minutie adoptée par le journaliste.

Fin connaisseur du mensuel, Claude Leblanc lui avait déjà consacré une exposition en 2022 à la maison de la culture du Japon à Paris (MCJP) qu’il avait alors intitulé « Garo 1964-1974, une histoire dans l’Histoire ». Le titre de l’évènement (qui servit vraisemblablement de socle conceptuel à cette édition) et les variations opérées pour le livre annoncent l’approche scientifique menée au cours de cette étude : d’une part confronter la chronologie du mensuel à l’histoire du Japon, et d’autre part étendre la période étudiée, la seconde procédant de la première.

Une des grandes qualités de cet ouvrage est ainsi d’éclairer systématiquement les différents engouements ou fléchissements de la revue en plaçant en perspective son contenu avec l’histoire culturelle du pays[2]. Il montre ainsi que les succès et déboires du mensuel ne sont pas uniquement imputables à la qualité intrinsèque des œuvres publiées, mais aussi et surtout à leur capacité à dialoguer avec les aspirations des lecteur.ices. On comprend alors que l’avant-gardisme de Garo s’enracine dans sa capacité à évoluer et à avoir aménagé un espace de création novateur où purent s’exprimer diverses trajectoires auctoriales ancrées dans leur époque. De plus, le rappel des différents contextes politiques, économiques et sociaux du Japon semble essentiel pour étudier une revue qui, dès sa création, s’est voulue engagée et qui ne manqua pas d’articles pamphlétaires, notamment par l’entremise de la rubrique « Meyasubako » (littéralement « boîte à suggestion »), d’abord rédigée par Sanpei Shirato lui-même puis, à partir de 1966, par l’universitaire Ueno Kôshi. Cet engagement à condamner les institutions du pays constitue un des points d’achoppement à partir duquel la cible initialement visée, la jeunesse, va progressivement glisser vers un lectorat plus âgé, étudiants et jeunes adultes (p.89).

Cette ouverture à ce qui dépasse le cadre stricto sensu de la revue explique également l’extension de la période étudiée, qui débute non plus à la sortie du premier numéro en 1964 mais à l’apparition des librairies de prêt au lendemain de la seconde guerre mondiale. Les deux chapitres liminaires dressent ainsi le portrait d’un pays en pleine mutation dont les répercussions vont considérablement influer sur les trajectoires des deux fondateurs de Garo. À travers cette longue introduction, Claude Leblanc réalise un travail biographique sur Senpei Shirato et Katsuichi Nagai[3], indispensable tant leur amitié et leurs ambitions respectives demeurent inextricablement liées au destin du mensuel.

Lancé un peu précipitamment en 1964 (chapitre 3), Garo se construit d’abord autour de Kamui Den, série phare de Sanpei Shirato alors au sommet de sa carrière. Shigeru Mizuki et quelques auteurs prêtent main-forte au dessinateur, mais c’est véritablement à partir de 1966 que l’ambition de la revue s’affiche (chapitre 4), lorsque Shirato lance un appel à contribution. Ce texte peut véritablement se lire comme un manifeste (pp. 98-99) au sein duquel il s’engage à accompagner une jeune génération d’auteur.ice.s qui présentent de réelles ambitions narratives, le récit primant sur les qualités formelles qui, avec la pratique, iront en s’améliorant. Yoshiharu Tsuge y répond et inspire un grand nombre de lecteur.ices et d’auteur.ices. L’attention se décentre alors sensiblement de Kamui den pour se focaliser sur le modernisme apporté par Yoshiharu Tsuge (p. 105) et, en deux ans seulement, Garo atteint un « état de grâce » (p. 119) aussi bien formellement et conceptuellement. Durant les manifestations de mai 68 (chapitre 5), le mensuel accompagne la contestation étudiante (p. 122) et devient le symbole des mutations et de l’engagement des jeunes (p. 135). Le nouveau rédacteur en chef de Garo, Shinzô Takano, ancre désormais la publication dans la contre-culturelle. Cette nouvelle orientation marque « une ligne de fracture (…) entre la génération de Shirato Sanpei et les plus jeunes auteurs » (p. 154). Alors que le premier, porté par des idéaux communistes, promeut des réflexions collectives, les seconds souhaitent davantage mettre la sensibilité individuelle en avant. On assiste à cette époque à une « vague du ‘moi’ » qui submerge aussi bien la revue que le pays (p. 159). Minami Shinbô devient rédacteur en chef et bouleverse le paradigme de la revue : ouvrant les pages à des auteur.ice.s qui ne proviennent pas tous nécessairement du manga, il «  privilégie le graphisme à la narration » (p. 175,chapitre 7). Les ventes chutent alors considérablement. Garo rompt définitivement avec son passé (p. 189) et s’ancre à la pointe de l’avant-garde, s’ouvrant à la photographie et accompagnant l’émergence d’un nouveau style, l’Heta-Uma dont Anzai Mizumaru et Yumura Teruhiko sont les figures de proue. Entre 1982 et 2002 (dernier chapitre), après le départ de Minami Shinbô, la revue oscille entre diverses orientations éditoriales mais sa paupérisation a finalement raison de sa cohérence. Garo termine tristement sa course en 2002 dans un silence collectif, conséquence des errements des dernières années.

Claude Leblanc décrit habilement comment le journal s’ouvre à la modernité sous l’influence de divers rédacteurs en chef, au détriment de son orientation initiale et dessine une ligne éditoriale fluctuante. Pour guider le lecteur à travers ces évolutions, il choisit judicieusement des figures emblématiques pour représenter les différentes orientations éditoriales, offrant ainsi une cartographie claire plutôt qu’une liste confuse de noms qui se succèdent.

On pourra cependant regretter le manque d’iconographie de cette étude. Chaque chapitre s’ouvre par une couverture paradigmatique de la période examinée, mais à part ces quelques extraits, aucun autre dessin n’accompagne le texte. Le carnet iconographique en milieu d’ouvrage présente quant à lui trois planches seulement (et non pas des pages extraites de la revue), assez mineures dans l’histoire du mensuel, ainsi qu’une série de photographies plutôt anecdotiques. La présence d’images aurait permis de démontrer avec éloquence les bouleversements de la revue, de poursuivre visuellement la réflexion et de mieux percevoir l’audace de publier Sanpei Shirato, Yoshiharu Tsuge et Yumura Teruhiko[4]. Heureusement, de nombreuses œuvres parues dans Garo sont publiées ces dernières années en France, en partie grâce à l’énergie de Cornelius et d’autres éditeurs alternatifs (Atrabile, Le Lézard noir ou encore Imho) qui continuent encore d’enrichir leurs catalogues avec des auteur.ices passé.es par le mensuel.

Plus négligeable peut-être, la lecture de cet essai a ceci d’étonnant que de nombreux éléments de l’histoire mouvementée de Garo présentent une proximité notable avec plusieurs revues françaises de la même période. Par exemple, la description de la personnalité de Katsuichi Nagai rappelle la figure du professeur Choron (en moins polémique évidemment), notamment dans sa capacité à entrainer avec lui auteur.ice.s et financiers par son magnétisme et son sens de la fête (voir p. 224). De même, pour caricaturer quelque peu, la direction bicéphale du journal rappelle celle de Pilote : Nagai en défenseur de la tradition et du récit pourrait s’assimiler à Charlier, tandis que Shinzô Takano et Minami Shinbô, plus ouverts à des audaces formelles rappellent certains choix audacieux réalisés par Goscinny. Le plus confondant reste probablement la fulgurance de la revue qui a su, en quelques années seulement, symboliser le berceau de l’innovation en manga et qui accueillit, à l’instar de Charlie Mensuel, de nombreux styles graphiques et des récits s’adressant à un lectorat adulte.

La révolution Garo, 1945-2002 est une étude historique sérieusement réalisée, qui donne envie d’en voir fleurir d’autres et de lire des mangas issus de Garo. D’une certaine manière, Claude Leblanc rappelle l’importance fondamentale des revues comme incubateurs de talents et que si les créations s’ancrent dans un parcours humain, leur publication leur réception ont des implications plus vastes. Cet essai permet aussi de comprendre l’engouement actuel des éditeurs alternatifs français pour cette publication, dont l’intérêt continue de témoigner de sa profonde modernité.

 

 

[1] Il poursuit la réflexion entamée à cette occasion dans un court texte publié dans Mangapolis, la ville japonaise contemporaine dans le manga (Le Lézard noir, 2012), recueil coordonné par Xavier Guilbert.

[2] Suivant par-là travail ouvert par Pascal Ory, et poursuivi depuis par, entre autres, Sylvain Lesage, Jessica Kohn ou Florian Moine.

[3] Assez malin, Claude Leblanc dissémine au fil des chapitres de courts portraits biographiques des dessinateur.ices influent.es qui permettent de mieux les situer, de percevoir leur trajectoire, leur pratiques et leurs influences.

[4] Évidemment, à l’air d’internet, il est aisé de trouver des pages de chacun ; mais d’une part celles-ci sont décontextualisées et d’autre part, avec le grand nombre d’auteur.ices présenté.es, cette démarche, bien qu’essentielle, savoir parfois fastidieuse.

 

 

 



Citer ce billet
Admin (2024, 5 mars). La révolution Garo. La Brèche - Lectures. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyfw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.