Goscinny à New York

Couverture de Goscinny à New York par Michaël BarilClément Lemoine. Goscinny à New York. La Déviation, 2022, 242 pages. 979-10-96373-41-3


Note de lecture par Nicolas Labarre


Les séjours de René Goscinny aux Etats-Unis et ses relations avec Harvey Kurtzman ont fait l’objet de nombreux témoignages et analyses, dans la presse critique, dans la recherche universitaire et dans la bande dessinée contemporaine. Cette présence américaine discontinue, qui court de son arrivée à New York en 1945 à son départ en 1954, est bien connue dans ses grandes lignes : arrivée depuis l’Argentine avec sa mère, service militaire en France, rencontre avec Harvey Kurtzman, Will Elder et John Severin, puis une série d’aller-retours entre Europe et Etats-Unis, au moment où se construit sa carrière de scénariste. Ces séjours paraissent aussi servir de matrice, au moins partielle, à la carrière de Goscinny, expliquant notamment le tropisme américain de bon nombre de ses scénarios (il partage cette fascination informée avec plusieurs de ses contemporains, dont Morrris, Franquin, Jijé ou Charlier), mais aussi, et de façon plus spécifique, les ressemblances entre le Pilote de la fin des années 60 et le Mad de Kurtzman (1952-1956). C’est à cette période fondatrice, à la fois pour la carrière de Goscinny lui-même et pour l’ensemble de la bande dessinée d’expression française des décennies ultérieures, que se consacre Goscinny à New York.

Ce court ouvrage, précédé d’une préface élogieuse de Pascal Ory, est divisé en trois parties, qui excèdent ce que promet son titre. Si la première partie est bien consacrée aux séjours de Goscinny à New York (« Un gaulois dans la pomme »), les deux suivantes s’interrogent d’abord sur les traces laissées par cette période dans son travail (« Les classes américaines »), puis sur la représentation de l’Amérique dans sa production (« Une vision du monde »). La structure est limpide, avec un passage graduel de l’archive à l’interprétation.

La première partie constitue en effet une reconstitution particulièrement minutieuse et informée des différents séjours du scénariste, qui corrige ou nuance des lieux communs sur cette période. Clément Lemoine s’appuie notamment sur les archives officielles américaines accessibles en ligne pour reconstituer avec une très grande précision la chronologie interne de ce séjour. Croisant ces données avec de nombreuses interviews des différents protagonistes, il propose un récit étayé de ces années difficiles, corrigeant au passage des erreurs répétées dans de nombreuses sources secondaires et écartant des raccourcis fréquents : il souligne par exemple que l’atelier Harvey, animé par Kurtzman jusqu’en 1951, ne recoupait pas entièrement l’équipe du futur Mad. Goscinny ne fréquente ainsi Jack Davis – influence majeure pour lui, pour Morris et plus tard pour Mézières entre autres – que lors d’un second séjour aux Etats-Unis, en 1952-1953, au moment où il revient à New York pour s’occuper de l’éphémère magazine TV Family, pour le compte des éditions Dupuis. Cette étude biographique, qui occupe la moitié de l’ouvrage, constitue au sens propre un travail de référence, un compte-rendu méticuleux – parfois à la limite de l’excès pour quelques protagonistes secondaires – et toujours parfaitement sourcé. Le récit va un peu vite sur la panique morale face aux comic books en 1954, reprenant très ponctuellement les lieux communs qu’il conteste par ailleurs,[1] mais c’est très loin d’être le cœur du propos. La nature même de cette partie du texte le destine à des spécialistes, ayant sans doute déjà lu d’autres biographies plus amples – celle que Pascal Ory a consacrée à Goscinny[2]ou celle de Bill Schelly sur Harvey Kurtzman[3] par exemple, avec lesquelles Lemoine dialogue.

La deuxième partie Goscinny à New York se livre à un exercice plus délicat, mais pas moins utile, en essayant de comprendre ce que Goscinny a gardé de ces séjours new yorkais, sur le plan du rythme, des références ou du découpage. Certains de ces aspects ont été bien documentés – Lemoine est loin d’être le premier à noter que Pilote de la fin des années 60 épouse si étroitement certains des formats de Mad – quand d’autres sont plus neufs et souvent très convaincants, notamment lorsque Lemoine compare la pratique du récit à chute dans les comics EC et chez Goscinny. En dehors d’une remarque contestable sur la relégation à la marge du gag dans les grands journaux pour enfants de la Libération (120), qui donne un crédit excessif à Goscinny dans la réintroduction du format, Lemoine avance avec minutie, déployant une connaissance précise de la production de l’auteur, sans se livrer à une quelconque hagiographie. La conclusion, qui met l’accent sur la singularité de Goscinny et sur les contraintes spécifiques de la presse francophone par rapport aux modèles américains, est à ce titre des plus convaincantes.

Le livre s’achève sur une troisième partie aussi érudite que les précédentes, qui s’intéresse aux figures de l’Amérique dans l’œuvre de Goscinny et conclut sans surprise à une forme d’adhésion réticente, que Lemoine résume ainsi : « tirer le meilleur de l’Empire mais […] ne pas lui ressembler » (p. 214). Utile, convaincante, cette partie pâtit à mon sens de ne pas prendre pleinement en compte les multiples collaborations de Goscinny, dans son rôle de scénariste mais surtout de rédacteur en chef. Le format de la biographie touche ici ses limites, en centrant son sujet au détriment du contexte, surtout dans la cinquantaine de pages dédiée à cet essai[4]. Face à l’exhaustivité de la première partie, ce travail plus impressionniste se révèle un peu frustrant.

Agréablement écrit, Goscinny à New York bénéficie aussi de la présence d’illustrations bien choisies, même si le format du livre et le noir et blanc ne permettent pas toujours de leur rendre justice. Il s’agit d’un livre pour spécialistes, à la focale étroite, mais aussi d’une contribution riche et singulière sur un sujet central dans l’histoire de la bande dessinée francophone et des échanges transationaux.

[1] Et ce sur deux points : Clément Lemoine laisse entendre que cette panique morale était centrée sur les EC Comics, et que Seduction of the Innocent avait servi à déclencher la commission d’enquête sénatoriale de 1954. Sur ces points, voir Lawrence Watt-Evans, “The Other Guys: Pre-Code Horror Comics,” Alter Ego, 1997 2010; Warren Bernard, “Bloody Massacre: How Fredric Wertham, Publish Backlash and the 1954 Senate Delinquency Hearings Threw the Comics Industry on the Bonfire,” The Comics Journal, January 2013; Terrence R. Wandtke, The Comics Scare Returns: The Contemporary Resurgence of Horror Comics, Comics Studies Monograph Series (Rochester, New York: RIT Press, 2018). Il est possible que ces deux effets de sens résultent de l’extrême brièveté du récit historique proposé pages 99-100.

[2] Pascal Ory, Goscinny, 1926-1977 : La Liberté d’en Rire (Paris: Perrin, 2007).

[3] Bill Schelly, Harvey Kurtzman: The Man Who Created <em>MAD</Em> and Revolutionized Humor in America (Seattle: Fantagraphics, 2015).

[4] Voir sur ce contexte Wendy Michallat, French Cartoon Art in the 1960s and 1970s: Pilote Hebdomadaire and the Teenager Bande Dessinée, Studies in European Comics and Graphic Novels (Leuven: Leuven Univ. Press, 2018).

 

 

 

 



Citer ce billet
Admin (2023, 28 novembre). Goscinny à New York. La Brèche - Lectures. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4rp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.