La Bande dessinée et le temps.

La bande dessinée et le temps - couverture Thierry Groensteen. La Bande dessinée et le temps. Presses Universitaires François Rabelais, collection Iconotextes, 2022, 154 pages. ISBN : 978-2-86906-808-7


Note de lecture par Nicolas Labarre


Thierry Groensteen est l’un des acteurs les plus importants de la recherche en bande dessinée, dans l’aire francophone et au-delà. Auteur principal de plus de trente ouvrages depuis 1980, sans compter ses nombreux textes de revue ou de recueil, il couvre et a couvert l’ensemble du champ — légitimité, parodie, intermédialité, etc. — et parfois au-delà, comme l’illustre son travail sur le storyboard, produisant souvent des textes qui ont fait date. Pour les chercheurs universitaires, sa contribution principale est sans doute à chercher dans les deux tomes de Système de la bande dessinée, publiés par les Presses universitaires de France en 1999 et 2011. Le premier tome, en particulier, présente une thèse claire, déclinée avec précision et toujours utilisable aujourd’hui, quand beaucoup d’ouvrages de la même époque ont mal vieilli ; il a d’ailleurs été traduit en anglais en 2007, et reste également un texte important pour nos collèges anglophones (Paul Fisher Davis l’utilise abondamment dans Comics as Communication, 2019, par exemple). Le deuxième tome, plus fragmenté, présente une analyse fructueuse de la narratologie de la bande dessinée, mais ne parvenait pas entièrement son pari de compléter l’analyse « essentiellement anhistorique » (Système 2, p. 3) du premier volume par des considérations plus en prise sur l’époque, en dehors d’un chapitre bienvenu sur le phénomène émergent de la bande dessinée abstraite.

La Bande dessinée et le temps est largement distribué sous le titre de Système de la bande dessinée 3, même si le site de l’éditeur et la quatrième de couverture indiquent simplement qu’il « complète » les deux tomes précédents ; le passage des PUF à la remarquable collection Iconotextes des presses universitaires de Tours explique peut-être cette incertitude.

Il s’agit d’un court ouvrage — 150 pages aérées et illustrées, dans une maquette élégante — comportant une partie théorique de 55 pages, « De l’élasticité du temps dessiné » et cinq études de cas allant d’une dizaine à une vingtaine de pages. Son ambition annoncée est de combler un vide dans l’édifice théorique des deux premiers volumes du Système « en développant la problématique du temps dans la bande dessinée, sinon sous tous ses aspects, du moins à travers plusieurs approches couvrant un large éventail de questions » (p.9).

De façon surprenante, l’essai théorique s’ouvre sur une large réponse à Scott McCloud et en particulier à sa taxonomie des transitions entre cases, poursuivant un dialogue entamé en 1999. Il n’était sans doute pas nécessaire de revenir à nouveau sur ce découpage largement contesté, et dont l’expérience a montré qu’il était peu applicable à des situations concrètes (« Moment-to-Moment », « Action to Action » et « Aspect-to-Aspect » étant notamment des catégories poreuses ; Understanding Comics, p.70-72). Le génie de Scott McCloud a été de présenter un système complet, avec une présentation limpide et des formules frappantes, mais cette ambition irrépressible a produit un ouvrage valant plus pour les pistes qu’il ouvre que pour ses réponses spécifiques — avec 30 ans de recul, il est difficile de ne pas le voir comme un Marshall McLuhan de la bande dessinée (une ressemblance plus marquée encore dans Reinventing Comics), méritant une reconnaissance, mais plus nécessairement une réfutation.

Thierry Groensteen décrit ensuite plus en détail le projet de son essai : constatant qu’il n’existe pas de règle, pas de corrélation mécanique (par exemple entre la taille des cases et le temps représenté, ou entre le temps du récit et le temps de la lecture), il propose d’examiner les « trouvailles visuelles » (p.19) par lesquelles les auteurs ont su tirer parti de l’élasticité du temps dans le médium. Les exemples choisis sont frappants et bien décrits, incluant le surdécoupage, le sous-découpage oubapien, le refus de la temporalité ou encore la dislocation temporelle à l’œuvre dans les planches de Frank King (Gasoline Alley) et Chris Ware.

Chacune de ces questions, traitées en quelques pages, donne à voir des exemples singuliers de traitement du temps, démontrant amplement la flexibilité de la forme. Cependant, l’essai reste frustrant en ce qu’il essaye peu de se confronter à la « norme », quelle que soit la manière dont celle-ci peut être définie. Les objets choisis sont tous des détournements, des exceptions ou des chefs d’œuvres, produisant des effets complexes ou contre-intuitifs. Groensteen ne se confronte pas directement à une notion pourtant cruciale dans la bande dessinée narrative, la construction de ce qu’il appelle l’« advenu » (p.17, 47-48) ou la « logique de l’action » (p.61), c’est-à-dire la façon dont les actions représentées en bande dessinée épousent notre connaissance du monde. Il est bien sûr possible de mettre le système en tension de multiples façons — et les exemples qu’il choisit le démontrent amplement — mais ce rapport au monde et aux corps construit une temporalité référentielle qui n’est pas systématique mise en crise. C’est sans doute là que se situe un rapport au temps certes moins intéressant à étudier, mais représentatif d’une bonne part de la bande dessinée, dont il n’est finalement question que dans l’espace de trois pages, consacrées au « temps d’une case ».

Le livre présente donc un rapport difficile à la notion de norme, ou de bande dessinée habituelle. Il se heurte au fond à un éclatement considérable du champ, qui me semble rendre difficile toute généralisation des attentes et des effets. La bande dessinée de reportage, l’essai en bande dessinée ou la biographie impliquent nécessairement des rapports au temps bien différents de celui d’un gag de Pilote en une planche ou d’une page de Tintin. Les exemples mobilisés par Thierry Groensteen au cours de son essai contournent cette difficulté en s’appuyant sur une palette d’exemples à la fois singuliers (Marcel Gotlib plutôt que Tibet, Frank King plutôt que Frank Godwin) et tout à fait canoniques. En notant que « chacun aura en mémoire » l’ouverture du Sceptre d’Ottokar (p.39), Thierry Groensteen construit un lecteur idéal qui ne ressemble pas nécessairement aux chercheur.ses et étudiant.es en bande dessinée actuels. Les fréquentes autocitations et les renvois à des ouvrages précédents renforcent ce sentiment d’un livre visant à récapituler plutôt qu’à ouvrir.

Les « éclairages » qui suivent cet essai couvrent des rapports spécifiques au temps. « Le Temps long et ses représentations », qui s’intéresse à trois cas distincts (« A Short History of America » de Crumb, Here de Richard McGuire dans sa version livre et Le Grand récit, de Jens Harder), aurait sans doute eu sa place au sein de l’essai principal. « Le Temps des séries » et « Le Temps du feuilleton » se répondent et examinent la façon dont le temps de la publication — et de la réception — interagissent avec les représentations internes au récit ; il aurait à mon sens été pertinent de combiner ces deux brefs chapitres, pour donner une vue plus intégrée des effets sériels.[1] Une brève étude consacrée à Chris Ware et une « promenade » dans quelques récits de voyage dans le temps complètent l’ouvrage.

La Bande dessinée et le temps offre une série d’éclairages plutôt qu’une thèse unique, une coda aux deux premiers volumes du Système et aux autres ouvrages de Thierry Groensteen, plus qu’une nouvelle étape de cette construction théorique. Paradoxalement, l’ouvrage ressemble plus à Un art en expansion : Dix Chefs-d’œuvre de la bande dessinée moderne (2015), par sa façon d’offrir un regard perçant sur certains récits, certaines planches, qu’à ses deux prédécesseurs directs.

 

 

 

[1] Dans la section consacrée au feuilleton, et à Blueberry en particulier, Thierry Groensteen note que les albums postérieurs à Angel Face omettent les résumés d’une intrigue pourtant devenue touffue (p.110). Cependant, cette affirmation, qui relève à la fois de l’effet de série et du feuilleton, n’est pas nécessairement vraie dans tous les supports. Ainsi, La Tribu fantôme (1981) est bien précédé d’un résumé dans l’Écho des Savanes n° 81 — pris dans une temporalité très contrainte — mais effectivement pas dans l’album.

De façon plus anecdotique, cette section comporte une des très rares coquilles du livre, donnant 1973 plutôt que 1963 comme date de début de publication de la série.



Citer ce billet
Nicolas Labarre (2023, 2 juin). La Bande dessinée et le temps. La Brèche - Lectures. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4rn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.