Heavy Metal/Métal Hurlant : une étude transatlantique

 

Nicolas Labarre, Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, collection « SF Incognita », 2017. ISBN 9791030001297.

Note critique de Julien Baudry.

Le statut iconique du magazine français Métal Hurlant (1975-1987) en fait un objet bien connu des spécialistes de la bande dessinée : en 2005 il est le sujet d’une monographie par Gilles Poussin et Christian Marmonnier (Métal Hurlant, la machine à rêver. 1975-1987 chez Denoël), ainsi que d’une exposition dont le catalogue a été publié en 2013 sous la direction de Jean-Baptiste Barbier (La bande dessinée fait sa révolution … Métal Hurlant(À suivre) : Catalogue de l’exposition, dont on peut compléter la lecture par un dossier sur Neuvième art 2.0. L’un des faits de l’histoire de la revue est la création en 1977 d’une version américaine, sous le titre Heavy Metal. Mais cette version est généralement citée pour insister sur le caractère international de la revue française ; elle n’avait jamais donné lieu à une étude extensive, en français ou en anglais.

L’ouvrage de Nicolas Labarre Heavy Metal, l’autre Métal Hurlant est à la fois un prolongement des travaux sur Métal Hurlant qui interroge la transposition du modèle français dans un contexte éditorial états-unien, et un travail autonome autour de la revue Heavy Metal puisque, comme le démontre l’auteur, Heavy Metal dépasse son statut initial de déclinaison américaine de Métal Hurlant pour devenir un objet culturel capable de s’inscrire dans, et même faire évoluer, la bande dessinée nord-américaine. Là réside toute l’originalité (et la difficulté) de l’étude proposée par Nicolas Labarre : faire l’analyse d’une revue américaine qui, bien qu’étant initialement issue d’un titre européen, ne peut se comprendre uniquement à la lumière de son origine française.

Approche monographique et pragmatisme méthodologique

Se présentant sans ambiguïtés comme une monographie sur Heavy Metal, l’ouvrage est composé de façon assez classique. Hors l’introduction, la préface (par Gilles Poussin, co-auteur de l’ouvrage de 2005 sur Métal Hurlant) et la conclusion, l’étude se divise en cinq parties entremêlées : trois servent à périodiser les grandes phases de la revue (« Le point de contact : 1977 », « Heavy Metal, 1977-1981, les années Métal Hurlant » et « Heavy Metal, 1981-1993, après Métal Hurlant ») et deux se veulent plus synchroniques, se concentrant respectivement sur l’internationalisation du contexte éditorial (« Les imitateurs et la diffusion internationale ») et la question de l’identité éditoriale de la revue (« Des filles sur des chevaux, et RAW »). S’ajoute à ces cinq parties une présentation des sources et de la bibliographie, un index, et deux annexes : la liste précise et datée des albums francophones republiés dans Heavy Metal, et la retranscription traduite d’un entretien mené avec Julie Simmons-Lynch, collaboratrice de longue date de la revue et rédactrice en chef jusqu’en 1993.

De cette composition simple, il ressort une lecture fluide et claire qui répond aux principales questions attendues  : Comment a été fondée la revue ? Quels ont été les rapports entre les rédactions françaises et américaines ? Comment Heavy Metal s’inscrit-elle dans le contexte éditorial américain et international ? Quelle a été l’influence de la revue sur la création graphique aux États-Unis ? Le pari monographique est tenu.

Sur le plan méthodologique, l’auteur opte pour une approche que l’on pourrait qualifier de « mixte » ou « pragmatique ». Faisant feu de tout bois, Nicolas Labarre mène de front analyse éditoriale, analyse médiatique de la réception, étude historique et analyse de contenus graphiques. On trouvera donc dans l’ouvrage, conjointement, des descriptions strictement éditoriales (évolution commentée des équipes, des contrats, des tirages…) des recours aux méthodes de l’histoire orale (entretien avec la plupart des personnalités impliquées dans la revue pour reconstituer des faits), des analyses de réception (courrier des lecteurs, presse contemporaine sur la revue), et des analyses esthétiques des bandes dessinées publiées.

La place de l’analyse de contenu est particulièrement intéressante et semble avoir été dûment pensée : les œuvres et dessins ne sont jamais commentés en tant que tels, indépendamment de la revue, mais en ce qu’ils éclairent l’analyse éditoriale générale. On ne trouvera donc pas, à proprement parler, d’analyse du style graphique de Richard Corben, par exemple. En revanche, l’auteur fait le choix original de proposer sur plus de vingt pages (p. 62-86) une « vue en coupe » d’un numéro (celui de février 1979) comprenant l’analyse d’un récit complet entièrement reproduit, « Lulea », d’Arthur Suydam, ainsi qu’une lecture plus poussée de la série The Bus de Paul Kirchner, mais aussi une étude des éléments rédactionnels et publicitaires. En isolant ainsi une analyse de contenu au centre de sa monographie éditoriale, Nicolas Labarre résout la difficile équation de l’analyse esthétique d’une revue, objet forcément hétérogène et évolutif. La représentativité du numéro choisi peut être questionné (n’a-t-il pas été choisi parce qu’il illustrait bien le propos de l’auteur?), mais, au moins structurellement, la méthode vaut d’être remarquée.

Enfin, le problème des analyses extensives du contenu de revue est également comblé par un emploi récurrent d’analyses statistiques, simples mais illustratives, ainsi que le recours à des tableaux et schémas. Par exemple, p. 83, la question de la représentation des nudités masculine et féminine est traitée au moyen d’un relevé d’occurrences qualitatif et comparatif, qui lui permet d’établir que le magazine est un « lieu d’une hégémonie marquée mais imparfaite des représentations sexistes ». Dans son approche pragmatique, l’auteur emploie souvent ces méthodologies ad hoc dont on peut regretter qu’elles ne soient pas plus systématisées.

Le pragmatisme méthodologique de l’auteur lui permet de proposer une étude sur Heavy Metal en couvrant le plus d’angles possibles. Heavy Metal… ne s’inscrit pas dans une discipline académique donnée, ce qui est un avantage certain, offrant une vraie accessibilité et une bonne lisibilité, mais limite aussi la portée de certaines réflexions. C’est le cas par exemple dans le recours à une méthodologie historique. Comme il est rappelé p. 31, « une bonne part » des archives du magazine a « disparu », et là se situe l’absence principale. Les seules sources dont a pu disposer Nicolas Labarre sont indirectes : entretiens et sources secondaires. Le manque d’archives se fait sentir lors des analyses plus strictement éditoriales, telle que celle du contrat liant la rédaction de Métal Hurlant à celle d’Heavy Metal, qui n’a pas pu être retrouvé et est donc seulement « reconstitué » (p. 31) d’après les témoins. Se pose alors le double problème de la réutilisabilité des sources et du nombre assez limité des annexes, le seul entretien transcrit étant celui avec Julie Simmons-Lynch, assurément riche mais ne dévoilant pas dans son intégralité le laboratoire qui a permis à Nicolas Labarre d’élaborer son étude (on peut toutefois compléter la lecture par quelques aperçus méthodologiques des coulisses de l’écriture du livre sur le blog de recherche de Nicolas Labarre). On remarquera à ce propos que, même si la précieuse liste des entretiens est citée en source (p.218), garantissant la qualité scientifique de l’ouvrage, il n’est jamais fait référence à ceux-ci dans le corps du texte. La complexité, tant matérielle que juridique, d’une retranscription complète des entretiens explique sans doute cette limite.

Choix chronologique et subjectivité du chercheur

L’originalité de la démarche de Nicolas Labarre vient donc moins de l’exercice de départ, finalement assez classique (une monographie complète sur une revue), que d’un certain nombre de partis pris théoriques. Le principal est la question de la transnationalisation de l’étude éditoriale et historique de la bande dessinée, que je me propose de développer plus loin. Examinons quelques autres de ces choix qui positionnent l’auteur dans le champ des études sur la bande dessinée.

Il faut d’abord dire un mot du choix chronologique : l’auteur distingue deux périodes (1977-1981 et 1981-1993) et les articule d’une façon convaincante en fonction du degré d’influence de la revue française originale. L’interruption en 1993 est justifiée par le même enjeu comparatif : la période 1977-1993 est celle durant laquelle « Heavy Metal était ou aurait pu être l’autre Métal Hurlant » (p. 15) ; plus concrètement, la date correspond au départ de Julie Simmons-Lynch, dernière personne présente à la création du magazine, et au rachat par une autre maison d’édition. Mais il est important de savoir que Heavy Metal continue de paraître jusqu’à nos jours. Plus largement, et cet argument est sans doute plus convaincant que les explications strictement conjoncturelles, les années 1990 introduisent un autre type de rapports entre la création européenne et l’édition états-unienne et marque donc un autre moment (celui des scénaristes britanniques) pour le sujet qui occupe le livre (p. 208).

On le voit à travers le choix chronologique : la perspective de Nicolas Labarre est bien comparative. Il s’agit d’abord d’analyser Heavy Metal en fonction de Métal Hurlant (sans s’y limiter toutefois), et pour ce faire, l’auteur part d’un jugement de Jean-Pierre Dionnet, fondateur du second, sur le premier (p. 12) : Heavy Metal ne correspond pas à la vision que Dionnet a d’un « Métal Hurlant américain » (il est établi plus loin, p.190, que Raw est ce contre-modèle idéal). De cette citation découle l’ensemble d’une réflexion qui pense en termes d’écarts et d’attentes comparées de part et d’autre de l’Atlantique. S’il est possible de discuter ce parti pris, qui laisse sans doute dans l’ombre une partie de l’analyse de la revue, force est de constater qu’il donne toute sa cohérence à l’ouvrage, et qu’il n’amène pas l’auteur à oublier de replacer Heavy Metal dans son propre contexte national.

Partant d’un jugement de goût, celui de Dionnet, Heavy Métal… comporte aussi, sous-jacente, une réflexion sur la place du jugement de goût chez le chercheur. C’est un parti pris original pour une étude universitaire que de laisser une place à la subjectivité du chercheur, même si on la retrouve plus fréquemment qu’ailleurs dans les études sur la bande dessinée. De fait, l’auteur n’hésite pas à donner un avis sur son objet d’étude, ou à tout le moins à avancer prudemment des opinions difficilement mesurables par l’analyse car dépendant de critères subjectifs, ou non-explicites, tel qu’à la première ligne de la conclusion générale : « Il serait tentant d’écrire autre chose en conclusion de cet ouvrage, mais Heavy Metal souffre de la comparaison avec les meilleurs numéros de Métal Hurlant » (p.205). Cette phrase résume assez bien le fait que l’auteur prend pour acquis une hiérarchie nette entre les deux revues dans l’histoire de la bande dessinée, tout en témoignant d’une vraie tendresse pour son objet d’étude, y compris dans ce qu’il a de médiocre. En témoigne la curieuse note de bas de page n°12 p.153 où l’auteur quitte le « nous » de majesté pour un « je » plus direct et livre, cette fois sans filtre, une anecdote personnelle sur le film Heavy Metal.

Soyons clair : cette question de la subjectivité du chercheur face à son objet ne gêne pas réellement la lecture, ni ne compromet la qualité scientifique du présent livre. Nous la mentionnons à titre prospectif, pour inciter à la réflexion et identifier un sentiment de lecture personnel. Il s’agit d’une question importante, notamment dans le cadre d’études portant sur des objets culturels populaires et/ou dénués d’une réelle exceptionnalité, esthétique ou éditoriale : quelle place donner au jugement de goût du chercheur ? La bande dessinée demeure un sujet de recherche saisie entre d’un côté la tradition plus ancienne de l’étude de fan et des travaux non-académiques (qui n’ont donc pas de « gages » scientifiques à offrir et peuvent laisser visible la subjectivité des auteurs), et de l’autre l’hypertrophie méthodologique de certaines études universitaires, notamment sémiotiques, à la recherche d’une légitimité scientifique. De ce point de vue, Heavy Metal… est à mi-chemin entre ces deux pôles et semble nous inviter à la recherche d’une voie moyenne, ni trop subjective, ni trop jargonnante.

Ébauche d’une histoire internationale de la bande dessinée

Parmi les partis pris de l’auteur, il en est un que nous n’avons qu’évoqué au passage et qui constitue l’apport principal de l’étude de Nicolas Labarre : la transnationalisation de l’étude de la bande dessinée.

Le problème est récurrent dans l’étude de la bande dessinée : on distingue généralement trois aires géographiques clairement identifiées par des caractéristiques propres (Europe ou plutôt « franco-belgie » ; Amérique du Nord ; Asie surtout par le tandem Corée-Japon). Sur ce sujet, le chapitre de Matteo Stefanelli sur la recherche en bande dessinée dans La bande dessinée: une médiaculture est éclairant (Stefanelli 2012, 23). Cette segmentation, qui s’appuie sur des prémisses justes, entraîne souvent une segmentation des analyses, comme si un comic book ne pouvait se comprendre sur les mêmes critères qu’un album de bande dessinée français à cause de déterminants culturels irréductibles. Quelques études ont traité des échanges entre les deux premières aires – notamment, mentionnée en bibliographie BD-US de Marc Atallah et Alain Boillat (2016), et non mentionnée mais sur une période bien antérieure « Haro sur le gangster ! » de Crépin (2002) –, mais Heavy Metal… est la première monographie à étendre la réflexion au-delà des années 1970 et donc de la thématique déjà bien étudiée de « l’américanisation » de la bande dessinée pour enfants de la première moitié du siècle. Significativement, Nicolas Labarre introduit le concept pour le moins disruptif de « l’européanisation » de la bande dessinée nord-américaine. Il prolonge la suggestion de Jean-Paul Gabilliet exprimée dans un article de 2005 (Gabilliet 2005).

La volonté de l’auteur de proposer une histoire transnationale de la bande dessinée est particulièrement présente dans la section « Une généalogie croisée » (p.35-54, pour nous le moment le plus fort du livre) puis dans le chapitre « Les imitateurs et la diffusion internationale », (p.121-143). Ces paragraphes sont sous-tendus par l’idée que, pour bien étudier Heavy Metal, il faut comprendre à la fois Pilote, Métal Hurlant, Epic Illustrated, National Lampoon, Mad, et Hara-Kiri, ainsi que les éditions allemandes de Métal Hurlant. Ce d’autant plus que l’histoire de la création de Métal Hurlant révèle aussi des influences américaines, démontrant la réciprocité des échanges (p.49). La bande dessinée peut s’envisager selon une histoire globale qui ne soit pas une succession d’histoires nationales. Heavy Metal… est un exemple de la façon dont il est possible d’éclaircir ce qui, dans un objet culturel, relève d’une influence locale, et ce qui relève d’une influence internationalisée.

La réflexion engagée par Nicolas Labarre ouvre dès lors des pistes fécondes. Elle permet de se détacher du paradigme d’un rapport de force à sens unique entre création graphique nord-américaine et création graphique européenne. Heavy Metal est décrit comme un moment européen dans l’histoire du comic book. Un même raisonnement pourrait être appliqué à d’autres périodes comme dans le cas de l’internationalisation de l’édition alternative (Dejasse 2014, 27-45). Par moment, l’étude livre même discrètement des pistes d’approfondissement qui dépassent la création graphique : la place du dessinateur Moebius, que l’on peut mettre en relation avec la littérature britannique (Jerry Cornelius de Michael Moorcock, p.57) et avec le cinéma américain (Alien de Ridley Scott, p.113), est l’exemple le plus frappant de l’internationalisation et de l’intermédiatisation de la science-fiction. A ce titre, il a été suggéré par Sylvain Lesage lors de la soutenance d’HDR de Nicolas Labarre que Heavy Metal… dessinait en filigrane une histoire transatlantique et transmédiatique de Moebius, qui reste à concevoir.

Plus amplement, cette réflexion souligne l’intérêt d’une convergence des histoires nationales, non pour considérer la bande dessinée comme un immense continuum sans frontière, mais pour mieux comprendre la part prise par chaque aire dans une évolution globale. L’influence du manga sur les créations européennes et nord-américaines depuis les années 1990 attend par exemple son étude.

Le seul regret que nous exprimons est que cet aspect transfrontalier de l’analyse ne soit jamais traité dans le livre que par sections isolées, la conclusion générale recentrant curieusement le propos sur la place de Heavy Metal dans le seul paysage américain. Il aurait été utile d’avoir une synthèse plus approfondie sur le rôle de l’axe transatlantique dans la bande dessinée des années 1970-1980, ce qui aurait permis d’ouvrir davantage la réflexion.

S’il est un apport minimal du livre Heavy Métal, l’autre Métal Hurlant de Nicolas Labarre c’est, dès son titre, de prendre le parti d’interroger et remettre en cause l’obsession franco-belge et la segmentation des études sur la bande dessinée ; peut-être pour ouvrir un nouveau champ d’étude ?

Références

Atallah, Marc et Alin Boillat (dir.). 2016. BD-US : les comics vus par l’Europe. Lausanne: Infolio.

Crépin, Thierry. 2002. « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine 1934-1954, Paris : CNRS éditions.

Dejasse, Erwin. 2014. « Le regard cosmopolite et rétrospectif de la bande dessinée alternative » In  La bande dessinée en dissidence : alternative, indépendance, auto-édition, dirs. Christophe Dony, Tanguy Habrand et Gert Meesters, 27-45. Liège: Presses Universitaires de Liège.

Gabilliet, Jean-Paul. 2005. « Du comic book au graphic novel : l’européanisation de la bande dessinée américaine », Image and Narrative 12, url : http://www.imageandnarrative.be/inarchive/tulseluper/gabilliet.htm.

Labarre, Nicolas. Picturing it! Blog de recherche, url : http://picturing.hypotheses.org/tag/heavy-metal.

Stefanelli, Matteo. 2012. « Un siècle de recherches sur la bande dessinée » In La bande dessinée : une médiaculture, dirs. Eric Maigret et Matteo Stefanelli, 23. Paris: Armand Colin.

Citer ce billet: Admin, « Heavy Metal/Métal Hurlant : une étude transatlantique », La Brèche - Lectures, 11/01/2018, https://brechebiblio.hypotheses.org/17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.