Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Delisle, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, années 1920-1960, Paris, Éditions Karthala, Collection « Esprit BD », 2016.

Recension de Jessica Kohn

Philippe Delisle dirige la collection « Esprit BD » depuis 2008 aux Éditions Karthala. Celle-ci développe l’étude de divers thèmes historiques et sociologiques repérables dans les récits en bande dessinée, qu’il s’agisse de l’imaginaire colonial (2008 ; 2011), du catholicisme (2010 ; 2016) ou des représentations du Moyen Âge (2016). Son but est de faire ressortir les représentations construites par la bande dessinée et qui participent ainsi à l’édification d’une culture partagée. Dans son dernier ouvrage, Petite histoire politique de la BD belge de langue française, Philippe Delisle s’attache de cette manière à explorer certains aspects politiques particulièrement prééminents dans la bande dessinée des années 1920 aux années 1960. Il limite toutefois son corpus aux productions éditées en Belgique francophone, productions qu’il désigne comme « wallono-bruxelloises ». Ses principales sources sont les récits publiés par des auteurs belges ou français dans les illustrés Tintin et Spirou, complétés par certaines histoires parues dans Héroïc-Albums et Petits Belges.

Philippe Delisle a choisi de diviser son ouvrage en cinq chapitres thématiques : « Catholicisme », « Anticommunisme », « Nationalisme », « Colonialisme » et « Monarchisme », distribués selon leur ordre d’importance pour expliquer les orientations idéologiques des bandes dessinées étudiées. Ces cinq chapitres sont bien écrits, bien menés et reliés de manière claire aux idéologies que l’auteur a choisi d’étudier. On regrette d’ailleurs que la bibliographie présente en fin d’ouvrage ne soit pas plus abondante sur l’histoire belge, d’autant plus que les thèmes traités dénotent une connaissance fine de ce contexte. Par ailleurs, ces chapitres sont abondamment illustrés et accompagnés d’analyses de planches détaillées, qui s’attardent tout autant sur des récits historiques, réalistes ou comiques.

Philippe Delisle commence d’abord par renseigner l’arrière-plan catholique des auteurs et des histoires dessinées, avant d’étudier l’apparition d’une bande dessinée à proprement parler chrétienne. Cette dernière est « centrée sur de grandes figures religieuses » et « épouse le discours ecclésiastique » (p. 24). Au sein de la bande dessinée belge francophone, étudier le catholicisme ne se limite donc pas à se pencher sur les nombreuses vies de saints, mais bien à appréhender l’imprégnation religieuse générale. L’auteur note ainsi que tous les différents supports « sont influencés par un même modèle religieux » (p. 26) qui met en avant, plus encore qu’un catholicisme social, un catholicisme de conquête, offensif, inspiré par les croisades et les missions. À ce titre, il est étonnant qu’une chercheuse comme Isabelle Saint-Martin soit absente de la bibliographie, tant son analyse des images du catéchisme aurait pu être pertinente pour comprendre les représentations catholiques.

En s’attaquant par la suite à l’anticommunisme, Philippe Delisle développe cette fois le contexte politique belge pendant la Guerre Froide. Ainsi les ministres communistes quittent-ils en 1947 le gouvernement belge parce qu’ils sont confrontés à l’antisoviétisme des autres partis politiques alors au pouvoir (p. 62). Ce courant antisoviétique touche d’autant plus les publications dessinées que s’ajoute à cela une fascination pour le modèle américain qui semble naître à la Libération, alors que la Belgique s’ouvre à la culture venue d’outre-Atlantique. La différence avec le contexte français, plus communiste et plus défiant vis-à-vis des productions américaines, est bien mise en avant pendant ces pages, expliquant les paradoxes auxquels sont confrontés les éditeurs belges. Ceux-ci doivent en effet se plier aux lois françaises, et particulièrement à la loi sur les publications destinées à la jeunesse de 1949, s’ils veulent pouvoir être publiés outre-Quiévrain. Ceci explique la prudence générale qui prévaut dans les récits, les héros belges se mêlant rarement explicitement de politique, à part peut-être dans Petits Belges, un hebdomadaire qui n’est pas destiné à être publié hors des frontières belges.

Renaat Demoen, « Au pays de la grande angoisse », Petits Belges, n°48, 26 novembre 1950.

C’est dans le troisième chapitre que Philippe Delisle développe ses idées les plus percutantes, en mettant en avant la « matrice nationaliste » (p. 91) qui préside à la bande dessinée belge francophone, fortement teintée d’une idéologie maurrassienne. Le chercheur met au jour l’origine de la Poldévie, un pays qui n’est pas inventé par Hergé pour Le Lotus bleu, mais d’abord élaboré par Alain Mellet, un journaliste de l’Action française, dans le cadre d’un canular cherchant à ridiculiser les parlementaires de la IIIe République. Philippe Delisle étudie également l’antisémitisme des auteurs, notamment à travers la figure stéréotypée du Levantin apatride, fort en affaires et reconnaissable à ses traits physiques accentués, à l’instar de Rastapopoulos dans Les cigares du Pharaon et plus tard de Papopoulos dessiné par Hubinon.

Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon, La piste de l’ivoire, 1951, réed. in : Intégrale Tiger Joe 1, 1995, Lefrancq, p. 13, détail d’une case.

Cette réflexion est d’autant plus pertinente qu’elle était absente de son précédent ouvrage sur le catholicisme, et qu’elle permet de mieux comprendre le positionnement d’Hergé pendant la Seconde Guerre mondiale. Refusant les non-dits sur le sujet, l’auteur explique ainsi que la formation catholique d’Hergé « le prédisposait à se défier de la démocratie », à tel point qu’il « avouera par la suite avoir cru, au moins un temps, à l’instauration d’un “ordre nouveau” en Europe » (p. 95). Plus généralement, et comme pour l’anticommunisme, le nationalisme pose la question de l’édition franco-belge, car il faut savoir privilégier des héros français pour pouvoir être publié outre-Quiévrain, même quand l’on est un bon patriote belge. En analysant les héros mis en valeur, Philippe Delisle dévoile ainsi en partie les politiques éditoriales des illustrés. Spirou n’ayant qu’une seule version pour les deux pays, l’illustré choisit presque toujours la France dans ses « Belles histoires de l’Oncle Paul », quand Tintin est un peu plus libre grâce à ses deux déclinaisons nationales.

De la même manière, dans le quatrième chapitre, l’auteur montre bien le glissement de l’exaltation de la domination coloniale belge à celle de la domination française, alors que « les récits africains prennent dorénavant très largement place dans des espaces indéterminés, qui pourraient aussi bien être français que belges » (p. 132). Dans tous les cas, ces récits font l’éloge de la colonisation, en dressant des portraits souvent très stéréotypés des peuples colonisés, tout en cherchant à insister sur le bénéfice de la colonisation pour les populations concernées. Le chercheur montre bien, ici, à quel point certains thèmes de la bande dessinée sont dépendants du discours majoritaire véhiculé par les médias d’une manière générale. C’est pour le monarchisme finalement que la question se pose de la manière la plus ambiguë : « comment les auteurs belges réussissent[-ils] à composer entre une identité royaliste et les impératifs du marché hexagonal » ? (p. 156). Philippe Delisle note à ce propos l’existence d’un « imaginaire monarchiste » (p. 165), présent des deux côtés du Quiévrain, et qui justifie le succès de ce thème, tout en limitant les références à la Révolution française et à la République.

Philippe Delisle développe pendant ces chapitres une idée forte : la bande dessinée wallono-bruxelloise se penserait comme une littérature de genre qui privilégie les types voire les stéréotypes plutôt que la politique. Elle promeut ainsi certaines idées parce qu’elle les répète continuellement. D’une manière générale, en France comme en Belgique, est avant tout exaltée une mémoire monarchiste, colonialiste et chrétienne. Malgré tout, on décèle bien à chaque fin de chapitre le tournant que suit la bande dessinée belge à partir des années 1960, laissant plus facilement de côté son héritage catholique social et maurrassien pour s’ouvrir à des idéaux moins conservateurs, en particulier en ce qui concerne les étrangers et les religions non-chrétiennes.

Cette vision des choses peut toutefois sembler quelque peu orientée, voire téléologique puisque Delisle décrit une bande dessinée réactionnaire qui s’ouvre irrémédiablement dans les années 1960 à une idéologie plus libérale. Le renversement en question serait peut-être moins brutal si Philippe Delisle avait choisi, à côté des thèmes qu’il met en avant, quelques autres moins conservateurs, voire moins immédiatement idéologisant. « Guerre », « Humanisme », « Socialisme », « Étranger », « Dictature », « Question sociale », sont autant de sujets qui permettent d’étudier les idéologies politiques sans effet de loupe réactionnaire. Il aurait ainsi pu, entre autres exemples, développer plus longuement celui d’André Franquin, connu pour une idéologie de gauche et proche de la pensée anarchiste, malgré (ou à cause de) son éducation catholique. Pour cela, il aurait peut-être fallu également étendre le corpus : il n’est jamais fait mention d’un dépouillement des illustrés de cette époque, encore moins des quotidiens ou des périodiques généralistes. Pourtant, certains journaux belges, Le Peuple, La Wallonie par exemple, publient quotidiennement des planches de dessinateurs qui proposent un autre type d’idéologie et permettent eux aussi de lire l’évolution politique belge sur la durée. Comment par exemple situer L’histoire des travailleurs de Suzanne André publiée dans Le Peuple ? Publiée dans un journal socialiste, cette bande dessinée privilégie une histoire des luttes sociales au sein des corporations et puise clairement ses racines dans le mouvement ouvrier catholique. Un dépouillement plus exhaustif aurait permis de mettre au jour d’autres dessinateurs qui ceux traditionnellement cités, et donc de donner un meilleur aperçu de l’ensemble des récits lus par les lecteurs des années 1920 aux années 1960. On peut regretter que les sources indiquées soient souvent des intégrales d’auteur, qui, en ayant été déjà présélectionnés, ne laissent guère de place à la découverte hors des sentiers déjà battus de l’histoire de la bande dessinée.

Il n’en reste pas moins que cet ouvrage est un outil fort pratique et nécessaire pour qui se lance dans l’étude de la bande dessinée belge. En identifiant les thèmes les plus courants dans le milieu catholique social, il donne les clefs pour comprendre l’idéologie conservatrice inscrite dans un terreau maurrassien, nationaliste et colonialiste, qui caractérise alors une partie des dessinateurs. En développant avec intelligence et finesse de nombreuses analyses de cases et de planches, Philippe Delisle montre également qu’il est possible d’utiliser l’image comme source historique et non seulement comme appui du discours scientifique, décrivant avec acuité les différents types racistes, ou analysant la disposition des personnages et des décors dans les planches, ainsi de cette file de paysans représentée par Renaat Demoen dans « Au pays de la grande angoisse » qui, « se déplaçant de gauche à droite vient donner l’impression aux lecteurs d’une intense demande de secours spirituels » (p. 83). À ce titre, il privilégie d’ailleurs les versions les plus anciennes des planches, afin de replacer celles-ci dans leur contexte de publication. De ce point de vue, le dépouillement de Petits Belges paraissait en effet incontournable.

Références

Baratay, Eric et Delisle, Philippe. 2012. Le chien en BD. Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2008. BD franco-belge et imaginaire colonial. Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2010. Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique? Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2011. Le missionnaire, héros de la BD belge. Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2013. La BD franco-belge, une littérature antiesclavagiste. Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2015. BD et religions. Des cases et des dieux. Paris : Karthala.

Delisle, Philippe. 2016. « La BD francophone et le tournant postcolonial », dossier de la revue Outre-mers (392).

Martine, Tristan (dir.). 2016. Le Moyen-Âge en bande dessinée. Paris : Karthala.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *