La bande dessinée en classe de français, Un objet disciplinaire non identifié

La-bande-dessinee-en-classe-de-francais-couvertureHélène Raux, La bande dessinée en classe de français, Un objet disciplinaire non identifié, 242p., Presses universitaires de Rennes, ISBN : 2753586462


Recension par Justine Favre


La bande dessinée est un objet qui, depuis plus de deux décennies, intéresse fortement le monde de l’éducation au sens large, comme en témoigne le long article « Enseigner avec la bande dessinée » de Nicolas Rouvière dans Le bouquin de la bande dessinée (2020, 244-253). Cet ouvrage d’Hélène Raux, tiré de sa thèse de doctorat, apporte une nouvelle pièce à ce domaine de recherche florissant. Son étude a pour visée de décrire et analyser la place de la bande dessinée dans le champ disciplinaire du français depuis les années 1970, où elle apparaît officiellement dans les programmes, jusqu’à aujourd’hui où sa présence, si elle est bien réelle, reste timide, souvent teintée d’a priori, et surtout trop peu étayée par la recherche en didactique. L’objectif principal de l’autrice est ainsi d’éclairer le « statut que la discipline français donne à la bande dessinée » (215), ce qui lui permet de mettre au jour toute une série de « représentations, présupposés et tensions qui sous-tendent le traitement de la bande dessinée » (218) dans le monde de l’éducation.

Hélène Raux, aujourd’hui Maîtresse de conférences en langue et littérature française à l’INSPÉ de Paris-Sorbonne Université, est avant tout une chercheuse en didactique. Elle approche donc la bande dessinée par le prisme éducatif, en partant de l’idée que l’absence ou la présence de celle-ci dans les classes peut être problématisée et analysée, et que la manière dont elle est abordée répond non seulement à des questions d’ordre pédagogique, mais aussi idéologique. L’autrice relève en effet avec justesse que toute pratique d’enseignement s’ancre dans des mécanismes politiques, sociaux ou géopolitiques qu’il s’agit d’éclairer par une démarche appartenant à la didactique historique, « en apportant des éléments pour comprendre comment ont été scolarisés et réformés des objets d’enseignement » (28), ici la bande dessinée. Pour cette raison, elle propose un parcours en deux parties, l’une théorique, et l’autre tournée vers les pratiques scolaires.

La première moitié de l’ouvrage reconstitue donc le processus de scolarisation de la bande dessinée dans la discipline français, à l’aide de plusieurs corpus pertinents pour son analyse : programmes nationaux, revues de didactiques et recension de séquences pédagogiques. Elle retrace ainsi l’histoire de la bande dessinée en classe de français, sous trois angles complémentaires que sont les discours officiels, la recherche et les témoignages d’expériences.

Le premier chapitre, consacré à l’analyse des discours sur la bande dessinée dans les programmes officiels, révèle une disciplinarisation progressive, mais non linéaire, qui passe en grande partie par l’assimilation de la bande dessinée à la littérature.

L’examen que fait Raux des listes de lectures recommandées du ministère de l’Éducation est particulièrement éclairant. Il permet, en mettant en évidence les incohérences et les fluctuations, à la fois dans la présence de la bande dessinée dans les programmes et dans les fonctions éducatives qui lui sont attribuées, de montrer à quel point le médium reste difficile à classer et à appréhender dans un contexte scolaire, s’il n’est pas saisi au regard d’autres types de livres, en particulier les romans. De fait, quand bien même, dès 1990, des bandes dessinées intègrent ces listes de lectures avec un même statut que les autres œuvres au programme, la bande dessinée n’est pas présente à tous les degrés et dans toutes les filières de façon égale. Ainsi, une grande disparité est à relever entre les lycées généraux, où elle peine à intégrer les programmes, et les lycées professionnels, où elle occupe une place de choix. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette différence, parmi lesquelles, souligne Raux, « une forte préoccupation de remédiation » (58) chez les enseignants qui permettent de pallier des compétences en lectures fragiles avec un objet réputé à la fois plus accessible et plus motivant.

Dans le deuxième chapitre de sa première partie, Raux fait l’inventaire de toutes les mentions de la bande dessinée dans trois revues de didactique du français : Repères, Le Français aujourd’hui et Pratiques depuis le début des années 70 (qui voit naître ces revues) jusqu’à aujourd’hui. La bande dessinée y est globalement peu représentée, et plus souvent pour interroger sa situation dans la classe et légitimer, ou non, sa présence, que dans le but de réfléchir à sa didactisation. Ses mentions suivent les tendances observées dans les programmes officiels, passant ainsi du statut de « mauvais genre », dont il faut se méfier ou qu’il s’agit d’instrumentaliser, au statut de « paralittérature » valorisée au regard de la littérature dite classique. De manière générale, même si la bande dessinée entre dans les classes avec la rénovation des programmes, Raux relève bien, par l’examen de la littérature spécialisée, que sa place reste secondaire, même par rapport aux autres médias qui font leur apparition en classe dans les années 1970. Lorsqu’elle est citée, c’est souvent pour insister sur son statut de lecture plaisir et sur son potentiel en tant que tremplin vers des lectures sérieuses.

Enfin, dans un dernier chapitre, Hélène Raux compile et analyse toutes les propositions d’activités pédagogiques avec la bande dessinée de la Nouvelle Revue Pédagogique entre 1969 et 2018, ce qui permet, sinon d’avoir une vision exacte des pratiques en classe – objectif idéal, mais impossible à réaliser dans les faits – du moins d’entrevoir des tendances d’exploitations, que ce soient des corpus de bande dessinée, ou des grilles de lectures privilégiées. L’autrice y relève que les œuvres choisies sont « de haute ambition » (93), éloignées des pratiques privées des élèves, et « moulé[es] dans les logiques disciplinaires », influencées en ces deux points par l’habitus littéraire des enseignants. Les adaptations sont ainsi particulièrement représentées, en particulier celles d’un auteur renommé comme Tardi. Quant aux grilles de lectures, elles dépendent des tendances disciplinaires, apparaissant puis coexistant au fur et à mesure de leur émergence : lecture narratologique, sémiologie de l’image, découverte d’un « genre » original sont autant de modèles de lectures proposés par la Nouvelle Revue pédagogique, ce qui montre non seulement que la bande dessinée est disciplinarisée selon des logiques littéraires, mais aussi que l’objet reste peu stabilisé à l’école, ce qui pousse Hélène Raux à conclure que « la bande dessinée n’en finit manifestement pas d’être un genre nouveau dans la discipline » (128).

Ces trois premiers chapitres offrent une cartographie très complète de la bande dessinée dans le paysage disciplinaire du français de son apparition à aujourd’hui, et rendent compte à la fois de sa présence et de son instabilité. Mais ils ne permettent pas encore de savoir comment ces discours théoriques trouvent un prolongement dans les classes, comment les enseignants exploitent réellement le médium et quelles difficultés ils rencontrent.

Dans la deuxième partie, Hélène Raux montre comment la bande dessinée, en tant qu’objet scolaire, est perçue et utilisée par les praticiens, d’abord en analysant leurs discours – dont la rareté témoigne également du faible ancrage du médium dans les classes, ces discours oscillant entre une attirance marquée pour et un embarras teinté de méfiance et de craintes. Les deux derniers chapitres proposent l’étude de plusieurs activités qu’Hélène Raux a pu observer dans le cadre de différents projets de recherche : d’abord la production de bandes dessinées au collège dans le cadre d’un projet plus global, et enfin des exercices de lecture et d’interprétation de bande dessinée au cycle 3.

Le chapitre quatre, consacré aux discours des enseignants sur la bande dessinée, comprend à la fois des retours d’entretiens et l’étude de blogs de praticiens ; de nature qualitative, ces analyses ne cherchent donc pas nécessairement à être représentatives d’un point de vue statistique, mais bien à mettre en évidence la manière dont l’expérience de la bande dessinée en classe de français se déploie. Il est très intéressant de constater que la vision des enseignants interrogés est plutôt homogène. Pour eux, ce médium constitue un support attrayant, motivant, qui favorisera l’attention et l’implication des élèves. Non seulement elle permettrait selon eux de raccrocher les lecteurs fragiles, mais aussi de se rapprocher des centres d’intérêt naturels des apprenants en général. Hélène Raux met en outre en évidence un phénomène d’association de la bande dessinée à ce qu’on nomme des « démarches de projet », c’est-à-dire des activités qui débordent du cadre scolaire. Visite d’expositions, invitations d’auteurs ou encore ateliers de production de bande dessinée sont très souvent plébiscités, ce qui montre d’une certaine manière le caractère toujours exceptionnel de la présence de la bande dessinée en classe de français. Du point de vue des enseignants, si le médium suscite parfois l’intérêt, il est aussi perçu comme délicat à mobiliser, ce qui engendre un certain embarras : le fait que même les lecteurs réguliers de bande dessinée témoignent d’un malaise à l’enseigner dans leur classe est révélateur, pour Raux, non seulement du manque de propositions didactiques sur le sujet, mais également des difficultés de l’école à s’emparer d’objets de nature pluridisciplinaire.

Les deux derniers chapitres de l’ouvrage, qui font le compte rendu de situations de classes, permettent de mieux envisager le déroulement concret de deux types d’activités autour de la bande dessinée : la production individuelle, et la lecture d’une œuvre intégrale. Ces différentes expériences, complétées par des entretiens des enseignants et des retours d’élèves, montrent encore une fois que la bande dessinée cause généralement de l’inconfort chez ceux qui s’en saisissent et suscite un engagement contrasté des apprenants : si certains s’engagent avec enthousiasme dans ces activités, un nombre tout aussi important se retrouve désinvesti. On peut même constater que les travaux de production ne marchent pas dans les « classes difficiles », ce qui déjoue quelque peu l’hypothèse selon laquelle le médium permettrait de raccrocher des élèves démotivés ou petits lecteurs. Ces deux chapitres posent surtout la question de savoir quelles formations mettre en place pour soulager les enseignants de l’embarras que provoque un objet multimodal comme la bande dessinée et esquisse en guise de réponse l’idée que ce n’est pas tant l’outillage théorique qui leur manque, qu’un espace de partage d’expériences effectives des pratiques.

Enfin, en conclusion sont définis et décrits ce que l’autrice appelle des axes de disciplinarisation du médium, qui eux-mêmes permettent d’expliquer pourquoi le processus de scolarisation rencontre des difficultés qui ne peuvent pas s’expliquer uniquement par des facteurs culturels ou disciplinaires.

Le premier axe, relatif à la nature médiatique de la bande dessinée, montre que la bande dessinée est introduite à l’école soit en tant qu’appartenant au domaine de la littérature, soit au nom de l’ouverture de la discipline français à d’autres médias (au même titre que le cinéma, par exemple). Cette hésitation, qui la met à cheval entre deux disciplines (le français et les arts visuels) ne permet pas aux enseignants de s’approprier la bande dessinée en classe de façon pleinement assumée. Elle donne à la bande dessinée un statut indéfini qui empêche également, dans une certaine mesure, son intégration claire dans les programmes.

Le second axe de disciplinarisation concerne les corpus, et pointe cette fois deux tendances qui font écho à la polarisation de la production éditoriale. Les œuvres sélectionnées par les praticiens de français appartiennent ainsi le plus souvent au corpus salué par la critique, avec une prédilection évidente pour les adaptations littéraires. À côté de ces bandes dessinées considérées comme plus « sérieuses », sont également retenues des œuvres choisies spécifiquement pour leur facilité supposée, et valorisées pour leur accessibilité, en particulier auprès des élèves ayant des difficultés de lecture. Cette polarisation, que l’on retrouve par ailleurs dans l’imaginaire culturel général de la bande dessinée, enferme quelque peu les enseignants dans des corpus restreints et dans une vision partielle du médium, et qui ne reflète pas forcément les intérêts des élèves, quand bien même c’est souvent un des facteurs qui poussent à travailler avec la bande dessinée en classe.

Enfin, le troisième axe de disciplinarisation porte sur la didactisation du médium, c’est-à-dire sur les moyens mis en place pour introduire la bande dessinée à l’école, et sur les fins pédagogiques qui lui sont attribuées. Hélène Raux montre que la manière dont la bande dessinée est y intégrée oscille entre hypervisibilité et invisibilisation. Le phénomène d’invisibilisation est évident : il s’agit notamment des cas où la bande dessinée a une fonction essentiellement illustrative, par exemple dans le cas où des éditeurs de manuels intègrent des cases de bande dessinée dans les manuels scolaires. Le phénomène d’hypervisibilité est moins intuitif, mais tout aussi représentatif. Hélène Raux constate en effet que le plus souvent, lorsqu’une œuvre est approchée de façon intégrale en « classe, tout se passe comme si [elle] était toujours la première rencontrée par les élèves en contexte scolaire » (218), ce qui amène à se focaliser presque exclusivement sur les éléments structurels de la bande dessinée (sur son lexique par exemple), aux dépens de l’œuvre en tant que telle.

Si la démarche d’Hélène Raux n’est ni à proprement parler réflexive, dans la mesure où elle n’aborde pas sa propre pratique, ni pédagogique, puisqu’elle ne propose pas d’activités concrètes autour de la bande dessinée, elle présente un intérêt à la fois pour les enseignants, les didacticiens et pour les chercheurs en bande dessinée. En approchant le sujet de la place du médium dans le monde scolaire, celle-ci touche tout autant des problèmes de patrimonialisation, en posant la question de savoir quels corpus sont représentés, que de transmission, en se demandant comment et à quelles fins la bande dessinée est utilisée et étudiée, et d’acculturation et de légitimation, en interrogeant ce que change, pour nos représentations, l’entrée de la bande dessinée dans la culture scolaire.

La force du travail d’Hélène Raux est aussi de parvenir à articuler des ressources venant à la fois de la didactique et de la recherche en bande dessinée. Cela lui offre la possibilité de mettre en évidence des tendances éducationnelles rattachées d’une part aux caractéristiques médiatiques, structurelles, voire économiques, de la bande dessinée, et des influences plutôt liées aux modèles en vigueur. En appliquant par exemple le concept de « périodisation didactique » – qui permet de retracer le parcours d’un objet dans une perspective didactique – à la bande dessinée, Hélène Raux montre bien que celle-ci est avant tout marquée en contexte éducatif par des moments didactiques distincts, et non pas forcément par les représentations que l’on se fait de la bande dessinée en général. L’entrée de la bande dessinée à l’école est en effet d’abord une conséquence de la rénovation de l’enseignement dans les années 1970, qui ouvre les établissements scolaires à des objets médiatiques contemporains et à des pratiques tirées des pédagogies nouvelles. Elle est donc, à ses débuts, noyée dans un ensemble d’approches inédites, et dans ce cadre, rarement abordée de façon intégrale. Elle est alors plutôt utilisée pour « accrocher » les élèves à la lecture ou pour illustrer des phénomènes narratifs ­propres non pas à la bande dessinée, mais aux romans.

Il est vrai que, même si l’autrice rappelle bien que l’ambition de son travail n’est pas de « définir ou de promouvoir une manière de travailler avec la bande dessinée en classe de français, mais de décrire et de comprendre le statut donné à l’objet dans la discipline » (219), les praticiens et praticiennes risquent de ressortir frustrés de la lecture du livre, qui ne permet pas vraiment d’envisager des solutions aux hésitations ou aux malentendus liés à l’usage de la bande dessinée en classe de français. De même, si la voix de ces praticiens pédagogues est bien représentée dans la deuxième partie de l’ouvrage, le point de vue des élèves l’est beaucoup moins. La question de savoir comment les apprenants perçoivent les activités autour de la bande dessinée en classe de français, ce qu’ils en retirent et quel est son véritable impact motivationnel – puisque c’est là l’argument principal que l’on retrouve dans les discours sur les qualités pédagogiques du médium – restent à explorer.

Enfin, La bande dessinée en classe de français, même s’il s’adresse plutôt aux didacticiens et éventuellement aux enseignants qui souhaitent approfondir leur réflexion sur le sujet, présente également un intérêt pour tout chercheur qui s’intéresse à la bande dessinée, en particulier dans une démarche historique et/ou didactique. L’ouvrage d’Hélène Raux, en effet, en offrant une cartographie très complète de la disciplinarisation du médium, permet à la fois de faire un retour sur des pratiques et d’envisager des perspectives d’avenir pour la bande dessinée à l’école.

 

Bibliographie

Groensteen, Thierry, 2021, Le bouquin de la bande dessinée, Paris : Robert Laffont.

 

 

 

 



Citer ce billet
Admin (2023, 7 mars). La bande dessinée en classe de français, Un objet disciplinaire non identifié. La Brèche - Lectures. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4rl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.