Charlie Brown’s America. The Popular Politics of Peanuts

Charlie Browns America - cover

Blake Scott Ball, Charlie Brown’s America. The Popular Politics of Peanuts, 239p., Oxford UP, 2021, ISBN : 978-0-19-009046-3


Recension par Nicolas Labarre


En dépit de leur importance historique, les comic strips, les bandes dessinées de presse nord-américaine ont rarement fait l’objet d’études systématiques. Cet angle mort de la recherche résulte pour partie de leur déclin dans la société contemporaine, qui anticipe et accompagne un déclin plus général de la presse. Il découle aussi de la difficulté matérielle et intellectuelle à étudier des corpus aussi vastes : Dick Tracy, pour ne prendre qu’un exemple, a été publié depuis 1931, dans des environnements sociaux, économiques et matériels changeants. Appréhender un tel volume d’œuvres, sans parler de les contextualiser correctement, est donc une tâche herculéenne.

Charlie Brown’s America, de l’historien Blake Scott Ball, étudie pour sa part une bande dessinée à l’histoire un peu plus courte, mais au rôle plus central encore. Peanuts, de Charles Schulz, a été publié de 1950 à 2000 et a donné naissance à un empire commercial qui perdure encore aujourd’hui. L’accueil enthousiaste reçu par le livre aux Etats-Unis depuis sa sortie confirme si nécessaire que la série conserve toute son importance.

Réduisant légèrement son champ d’investigation, Ball se rallie à l’opinion générale sur la bande dessinée, qui suggère que son “incroyable importance culturelle”[1] (5) a fortement décliné dans les années 1980, et il consacre par conséquent la majeure partie de son livre aux trois premières décennies de la bande dessinée, à la recherche de “nouvelles perspectives sur l’Amérique de la guerre froide” (5). S’il est frustrant de constater que l’auteur ne précise pas explicitement s’il a lu toutes les bandes publiées, tout laisse penser que c’est bien le cas. Plusieurs chapitres démontrent également que cette lecture n’a pas eu lieu uniquement dans des recueils, mais aussi dans son contexte d’origine, des journaux venus de l’ensemble des Etats-Unis. En s’appuyant par ailleurs sur la correspondance archivée au musée Charles Schulz, Blake inclut également des exemples de réception réelle et contemporaine des bandes étudiées. Ces différents angles permettent au livre d’aborder Peanuts non seulement comme un texte, mais aussi comme une voix importante – ainsi qu’un test de Rorschach quotidien – dans les controverses sociales de l’époque.

Les sept chapitres du livre suivent une progression thématique et chronologique. Après une brève capsule biographique sur Schulz lui-même, Blake décrit les origines de Peanuts pendant la guerre froide et la façon dont la bande dessinée a exprimé les angoisses profondes de l’époque, dont la bombe atomique. Il étudie en particulier la façon dont Schulz a popularisé l’idée de la ” security blanket ” (le doudou de Linus), un terme qui était à l’origine un jargon militaire pendant la Seconde Guerre mondiale (31), devenu dans le strip une “métaphore d’une société mal à l’aise et peut-être réprimée” (32), avant de faire son chemin dans les manuels de psychologie. En mélangeant “humour et critique sociale” (37), Schulz parvient à exprimer l’anxiété existentielle de l’époque, au point que de grandes entreprises, de Kodak à Ford, commencent à utiliser ses personnages pour promouvoir leurs produits dès 1955.

Blake examine ensuite un thème central de la vie et de l’œuvre de Schulz, le christianisme. À partir de 1958, avec Linus comme porte-parole, Schulz commence à inclure un message chrétien explicite dans la bande dessinée (44-49). Au début des années 1960, grâce notamment aux livres dérivés de ses bandes, tels que Happiness is a Warm Puppy ou The Gospel According to Peanuts, il devient un porte-parole d’une chrétienté bienveillante aux États-Unis (42-43). Blake s’intéresse en particulier aux prises de position les plus controversées de Schulz en matière de religion, avec une bande très ambiguë en 1963, commentant les décisions Engel v Vitale et Abington School District v Schempp de la Cour suprême des États-Unis. Divisant le pays, ces deux décisions interdisent aux écoles d’imposer la prière ou la lecture de la Bible. Grâce aux lettres des lecteurs, Blake montre comment la bande a été interprétée par les deux camps – pro ou anti-prières – comme soutenant leurs arguments. Dans les faits, et en dépit de l’interprétation d’une majorité de ses lecteurs Schulz ne s’opposait pas aux décisions de la Cour (49-54). Deux ans plus tard, Schulz se sert de la télévision pour promouvoir son message chrétien et fait pression pour qu’un passage des Écritures soit inclus dans A Charlie Brown Christmas, une émission spéciale animée diffusée sur CBS en décembre 1965, qui connaît un succès considérable. En associant ses personnages populaires à sa foi et en mobilisant différents médias, Schulz a réussi à “transmettre son message à un public national de millions de personnes sans créer de scandale majeur” (63).

Le chapitre suivant examine la question raciale, souvent considérée comme un angle mort de Peanuts. Blake soutient que l’approche de Schulz était “à la fois révolutionnaire et restrictive” (65). Bien qu’il ait créé le premier personnage afro-américain dans une bande dessinée de presse diffusée nationalement, Schulz n’a pas su donner suite à ce geste audacieux. Restant pendant ceux décennies “blanc comme Levittown” (66), cette banlieue de New York qui interdisait toute installation de résidents noirs, Peanuts reste muet sur la déségrégation ou les mouvements pour les droits civiques tout au long des années 1950 et au début des années 1960. Cependant, en 1968, à une époque de tensions sociales et raciales extrêmes aux États-Unis, Schulz est encouragé et finalement convaincu par l’une de ses lectrices d’utiliser sa notoriété contre les préjugés raciaux. Ball consacre quelques-unes des meilleures pages du livre à un examen minutieux des circonstances dans lesquelles Franklin, un enfant afro-américain bien élevé, a été créé puis délaissé.

Le cinquième chapitre offre un autre exemple de l’ambiguïté productive de la bande dessinée, en examinant la manière dont les soldats américains se sont appropriés Snoopy pendant la guerre du Vietnam. Pendant cette période, Peanuts présente Snoopy comme le “Baron rouge” dans des histoires de plus en plus amères sur la guerre, qui conservent néanmoins une patine d’humour absurde et réconfortant. Ce faisant, Schulz offre aux soldats un “symbole sûr pour exprimer leur désillusion à l’égard de la guerre et du mouvement de protestation anti-guerre” (113) : une fois de plus, la bande dessinée adopte une vision du monde nuancée, qui “ne s’inscrit pas toujours dans le cadre pro-guerre/anti-guerre” (114).

Le chapitre suivant jette un regard un peu plus sévère sur les choix politiques de l’auteur, en décrivant la manière dont ses opinions légèrement progressistes sur l’environnement – une préoccupation croissante dans les années 1960 – ont été récupérées par l’Amérique des affaires, encourageant une éthique de la responsabilité individuelle et des changements superficiels. Peanuts fait référence à Silent Spring de Rachel Carson peu après la publication du livre, en 1962, et aborde plus tard le sujet de la surpopulation et de la pollution atmosphérique, toujours d’un point de vue chrétien. Cependant, Schulz a également contribué à un certain nombre d’initiatives d’entreprises mettant l’accent sur la responsabilité et l’action individuelles, dans ce que Blake décrit comme une “approche environnementale pro-capitaliste” (145). Bien que Blake s’abstienne de porter un jugement explicite (sa thèse de doctorat était plus claire à cet égard, décrivant Peanuts comme “la politique de la tiédeur”), cette réconciliation du mouvement environnemental et des entreprises offre un Illustre de façon glaçante l’occultation de l’effondrement écologique pendant des décennies, qui a conduit au désastre actuel.

Enfin, le chapitre 7 aborde la question des rôles de genre : “Une fois de plus, Peanuts donnne à lire le large spectre des opinions de l’Amérique moyenne [sur ce sujet], et ses lecteurs de tous les horizons répondent avec passion » (151). Sur ce point encore, Schulz cultive l’ambiguïté, comme dans l’exemple d’une bande de 1971 au cours de laquelle Lucy retire le ballon de football de Charlie Brown – comme elle le fait toujours – et prétend que l’idée lui est venue des mouvements féministes. Comme on pouvait s’y attendre, la bande a été lue comme un acte d’accusation ou comme un soutien au mouvement par divers lecteurs, selon leur degré de sympathie. Tout au long du chapitre, Blake décrit les nombreuses façons dont Schulz a servi de “porte-parole imparfait” (183) de l’égalité des sexes dans la bande dessinée, mais aussi la façon dont ses personnages ont été utilisés par les militants, avec ou sans son consentement.

L’épilogue doux-amer porte sur la perte de pertinence de Peanuts après les années 1970. Blake avance que les Simpson, lancés en 1989, symbolisent la fin de la culture du consensus, dont Schulz avait été le porte-étendard (191). Pourtant, “aucun critique ou fan qui a lu Peanuts dans ses dernières années n’a prétendu en être venu à détester Charles Schulz. Ils avaient simplement commencé à s’en désintéresser” (192). Lorsque Schulz est mort, en 2000, la bande dessinée avait perdu depuis longtemps sa place centrale dans la culture américaine.

Blake Scott Ball parvient à décrire l’influence de la bande dessinée à son apogée grâce à une contextualisation minutieuse et à une reconnaissance constante de l’ambiguïté des discours politiques dans une forme aussi compacte. Son utilisation qualitative et quantitative du courrier des lecteurs, et ses analyses des déclarations de Schulz sur son travail permettent de mesurer le type de débats politiques que Peanuts a suscités. L’influence de la série au-delà de la bande dessinée est également traitée avec intelligence, Blake abordant les différentes façons dont les bandes et les personnages sont apparus dans les médias, tout en faisant de la bande dessinée l’objet central de sa discussion.

Charlie Brown’s America est un livre bien édité. La couverture est évocatrice, intrigante et abstraite, associant le pull de Charlie Brown et les étoiles du drapeau américain, et le livre reproduit la totalité des bandes qu’il commente. Ce point est crucial, car il évite de longues descriptions et permet d’observer l’art graphique et narratif de Schulz, en complément de l’approche thématique privilégiée par l’auteur.

Dans l’ensemble, il s’agit d’un livre brillant. Bien que court (195 pages plus les notes, la bibliographie et un index trop concis), il parvient à expliquer non seulement l’œuvre de Schulz, mais aussi le contexte dans lequel elle a été produite et reçue pendant plus de trois décennies. Il n’épuise pas toutes les lectures possibles de la bande, mais fournit suffisamment d’études de cas compactes – un excellent passage décrit la façon dont les secrétaires des États-Unis ont réagi à une série de bandes de 1971 mettant en scène Snoopy et sa secrétaire (169-172), par exemple – pour éviter les généralités insipides. Il n’est pas certain que d’autres bandes dessinées puissent être étudiées à l’aide des mêmes types d’archives, mais on imagine aisément ce qu’il y aurait à apprendre d’un travail similaire sur le Doonesbury de Gary Trudeau (1970 – ) ou The Boondocks d’Aaron McGruder (1996-2006).

[1] Ici et ailleurs, je traduis toutes les citations de l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.