Authorizing Superhero Comics: on the Evolution of a Popular Serial Genre

Daniel Stein, Authorizing Superhero Comics: on the Evolution of a Popular Serial Genre, 334p., Ohio State UP, 2021, ISBN: 978-0814258026.


Recension par Isabelle Licari-Guillaume


Cet ouvrage constitue la somme de plusieurs travaux publiés depuis des années par Daniel Stein (Université de Siegen, Allemagne) sur le genre superhéroïque. L’anglais en est toujours limpide, et les démonstrations étayées par une vingtaine d’illustrations bien choisies. Il est d’usage, sur ce carnet bibliographique, de commenter la maquette de couverture ; celle-ci réemploie de façon assez satisfaisante les stéréotypes visuels de la BD de superhéros – bulles de parole, cases, quadrichromie, Ben Day dots.

Plus spécifiquement, Stein s’intéresse aux tensions liées au concept d’autorisation (authorizing). Cette question recoupe non seulement la question de la posture auctoriale (qui est en position d’auteur, et comment celle-ci est-elle établie, confirmée, contestée ?), mais aussi celle du jugement et de la valeur d’une œuvre (comment le canon se forme-t-il ? Quel est l’impact sur les pratiques de collection et d’archivage ?). On voit donc que le terme d’autorisation est compris de façon assez lâche, afin de permettre d’aborder plusieurs sujets fondamentaux des comics studies (genre, style, parodie, canon, archive, auteur, légitimité, etc.).

Par ailleurs, le livre se fonde sur les postulats de la théorie de l’acteur-réseau (actor network theory) développée notamment par Bruno Latour. Pour résumer rapidement, cette théorie considère que les objets peuvent, au même titre que les personnes, constituer des acteurs d’un champ. Il s’ensuit que la faculté d’autorisation n’est pas réservée aux individus : les textes eux-mêmes autorisent certaines pratiques et doivent en quelque sorte s’autoriser eux-mêmes au regard des numéros qui précèdent, des conventions génériques, et des attentes de divers lectorats (19). L’argumentation de Stein est convaincante, et compose une histoire des objets et des pratiques, qui se défie des figures héroïques du genre pour demander ce que font les textes.

J’ai lu ce livre juste après avoir terminé celui de Shawna Kidman (recensé ici par Nicolas Labarre : https://brechebiblio.hypotheses.org/1553), qui concerne également le genre superhéroïque tout en en adoptant un postulat radicalement distinct. Tandis que Kidman propose une relecture magistrale de l’histoire des superhéros au prisme des dynamiques commerciales de l’industrie culturelle, Stein est tout aussi convaincant en faisant des comics eux-mêmes les principaux acteurs de la construction historique du genre. Il est d’ailleurs intéressant de voir que leurs conclusions convergent parfois (par exemple sur la nécessité de déconstruire les figures auctoriales de Siegel et Shuster [9-10] ou l’intérêt de cultiver un lectorat masculin, blanc et éduqué afin d’accroître la valeur symbolique du genre).

Stein fait preuve d’une érudition qui commande le respect : la section bibliographique se révèle particulièrement exhaustive, non seulement en ce qui concerne les sources secondaires, mais aussi pour ce qui est des comics eux-mêmes. Le corpus examiné est celui des aventures de Batman, chez DC Comics, et Spider-Man, chez Marvel, ainsi que leur paratexte, qui fait l’objet d’une attention toute particulière, notamment le courrier des lecteurs. Mais Stein se penche également sur les fanzines et prozines qui accompagnent ces publications (Batmania, FOOM), les rééditions en format Annual, et d’autres textes peu étudiés par la critique comme les séries parodiques publiées par DC et Marvel (The Inferior Five, Not Brand Echh) ou mêmes les « livres-musées » The DC Vault et The Marvel Vault.

Si cette ambition presque encyclopédique rend l’ouvrage très stimulant, elle le rend aussi un peu long. Comme souvent, l’auteur a repris au sein de ce livre des réflexions entamées ailleurs, dans des articles ou des travaux distincts, et même si le lien entre les différents chapitres est clairement établi on a parfois la sensation d’un catalogue d’exemples et d’interrogations pas totalement homogènes. Par exemple, le livre traite surtout de sources datant des années 60 (Spider-Man, les fanzines, MAD), mais il se termine en interrogeant l’impact du numérique sur les pratiques de collection et d’archivage. Ce télescopage d’époques m’a fait penser qu’il y avait peut-être là-dedans un autre livre, qui aurait permis de consacrer autant de pages aux conflits d’autorisation dans les fandoms de l’époque moderne que dans ceux des années 60. C’est là un reproche mineur, et le livre de Stein reste une source fascinante, une excellente introduction aux grandes questions de la recherche actuelle sur la bande dessinée, et une preuve particulièrement convaincante de la valeur de son postulat méthodologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.