A Concise Dictionary of Comics

Pedri - A Concise Dictionary of Comics (cover)Nancy Pedri, A Concise Dictionary of Comics, Jackson, University Press of Mississippi, 2022, 232 p. ISBN : 9781496838056.


Recension rédigée par Olivier Stucky


Depuis plusieurs années déjà, les travaux de recherche de Nancy Pedri s’orientent en direction des études sur la bande dessinée, avec une attention particulière portée sur le graphic novel contemporain. Sans en faire l’inventaire, ses nombreux travaux scientifiques portant sur ce thème comprennent notamment la contribution à plusieurs ouvrages collectifs, ainsi que la publication d’articles dans des revues scientifiques de référence, à l’instar de Narrative, ImageText ou encore Image [&] Narrative. Pour ces deux dernières, elle a, en outre, dirigé deux numéros thématiques : « Mixing Visual Media in Comics » (vol. 9, no 2, 2017) pour l’une et « The Narrative Functions of Photography in Comics » (vol. 16, no 2, 2015), pour l’autre. Elle prépare également la publication prochaine, en collaboration avec Silke Horstkotte, du prometteur Focalization in Action : Visual Analysis of Graphic Narrative chez Ohio State University Press[1]. Loin de se limiter à l’étude des récits graphiques, les travaux de Pedri traitent plus généralement de l’image (aussi bien photographique que dessinée) ainsi que de la représentation du corps, en empruntant des orientations théoriques et méthodologiques provenant des gender studies et des études narratives, avec un accent particulièrement marqué sur les problématiques impliquées par la focalisation. La publication au premier trimestre 2022 de A Concise Dictionary of Comics aux presses universitaires du Mississippi s’inscrit presque en rupture dans le contexte d’une recherche aussi pointue que celle menée par Pedri. L’autrice l’annonce d’ailleurs en introduction (p. xi-xii), composer un dictionnaire ne faisait pas partie, a priori, des projets qu’elle aurait imaginé conduire. C’est pourtant bel et bien à cet exercice que s’est finalement livrée Pedri, aboutissant à un résultat qui ne se détourne en rien des fonctions attendues par cette forme particulière d’ouvrage.

Comme elle le précise d’ailleurs, la production de ce dictionnaire prend place parmi une somme non négligeable d’autres glossaires et lexiques dont il s’agit, certes, de prendre acte, mais également, pour elle, de se distinguer. Ainsi, ce dictionnaire ambitionne d’assumer un rôle utilitaire, à l’instar des ouvrages de ce genre, mais surtout pratique, ce qui lui permet de se singulariser à au moins deux égards. D’une part, parce que les différents travaux analogues mis en évidence par Pedri prennent souvent la forme d’articles, d’annexes ou de pages web et non celle d’un livre complet et cohérent, spécialement destiné à remplir la fonction d’un outil d’accompagnement à l’étude de la bande dessinée. D’autre part, lorsque, justement, ils revêtent une forme éditoriale similaire (le livre imprimé), les dictionnaires auxquels elle se réfère ne visent pas nécessairement, voire pas du tout, cet usage « savant » qu’elle revendique. À titre d’exemple, l’autrice rappelle que le célèbre Lexicon of Comicana de Mort Walker (iUniverse, 2000 [1980]) se positionne avant tout à l’intersection du manuel pratique de bande dessinée et du dictionnaire, qu’il présente une part non négligeable des termes qui ont par ailleurs été inventés pour l’occasion et que le tout est composé dans une tonalité plus divertissante qu’instructive. Autrement dit, A Concise Dictionnary of Comics prétend combler un manque, celui d’un dictionnaire autonome, utile et pratique à destination des étudiant·es, enseignant·es et chercheur·euses qui s’intéressent, dans leur travail, à la bande dessinée.

Comme le laisse entendre le titre, les définitions données aux différentes notions déclinées au fil de l’ouvrage se veulent concises et synthétiques et renvoient systématiquement à une série de références incluses au sein d’une riche bibliographie. Toutefois, concis et synthétique ne sont pas synonymes de maigre et insuffisant. Car si les définitions ne dépassent en effet que très rarement les trois ou quatre lignes, c’est principalement sur ce jeu de renvoi vers une littérature spécialisée que repose toute l’intelligence du travail de synthèse auquel s’est livrée l’autrice. Le dictionnaire comprend ainsi, sur un relativement petit nombre de pages (ce n’est pas un désavantage), une liste de plus d’un millier d’entrées dont la variété fait honneur à la diversité des approches possibles, dans le domaine de plus en plus vaste des études sur la bande dessinée. En ouvrant l’ouvrage (pas tout à fait au hasard) à la lettre O (l’une des lettres qui présentent, en fait, le moins d’entrées), on trouve déployée une série de quatorze notions qui renvoient à différentes thématiques que l’on pourrait intuitivement trier comme suit : approche du récit (observer ; omniscient narration), genres ou types de production (ongoing series ; origin story ; one shot ; original graphic novel), formes et éléments visuels (off-panel ; off-panel balloon ; onomatopoeia ; over-the-shoulder shot), aspects éditoriaux (omnibus ; 100-Page Superspectacular) ou encore vocabulaire lié à la collection ou, dans une certaine mesure, à la conservation (over guide ; oxidation shadow). Ce petit exercice montre bien que si le dictionnaire prétend s’adresser à un public de « savant·e·s » (scholars), il n’en reste pas moins un outil destiné à un échantillon relativement vaste de celui-ci, en ne s’adressant pas exclusivement aux spécialistes du médium, ni à une branche spécifique du monde de la recherche (si ce n’est celle des humanités).

Une telle diversité des approches est ouvertement assumée par Pedri qui propose d’ailleurs, en fin d’ouvrage (p. 205-218), un index thématique des entrées selon neuf axes plus ou moins directement associés à l’étude de la bande dessinée. Parmi les plus évidents, on trouvera ainsi des axes associés à une approche « culturelle » (comics culture, p. 205-206), « formelle » (comics form, p. 206-208), « générique » (comics genres, p. 208-210) ou encore des regroupements ayant trait à la production auctoriale et éditoriale (drawing terms, p. 210-211, publishing terms, p. 212-214). Plus étonnant de prime abord, on trouvera également une liste de termes associés aux pratiques de la « collection » (comics collecting, p. 205) dont la terminologie n’est de loin pas sans intérêt pour les approches axées sur la matérialité du médium dans les pratiques aussi bien historiennes que théoriciennes. Par ailleurs, parce que la bande dessinée s’est invitée assez naturellement dans le vaste domaine des approches transmédiales ces dernières années, il n’est pas non plus étonnant de voir une entrée de l’index spécifiquement consacrée aux genres et médiums entretenant des liens avec les récits graphiques (related genres and mediums, p. 214). Très logiquement, au vu de la carrière de l’autrice et de son intérêt marqué pour les approches narratologiques, une série de notions est, par ailleurs, spécifiquement associée à la terminologie des études narratives (story terms, p. 214-216). Enfin, et c’est là un autre aspect donnant une couleur particulière à ce volume, une dernière entrée réunit également les termes provenant des études visuelles (visual elements, p. 216-218).

Comme je l’ai déjà suggéré, la concision des définitions du dictionnaire repose sur une bibliographie de grande ampleur. Revers de la médaille de l’esprit de synthèse, derrière 105 pages de définitions, se cache une liste de références déployées sur pas moins de 95 pages. Ce vertigineux inventaire comprend des auteur·ices issu·es d’horizons assez diversifiés. On regrettera cependant, devant une aussi vaste bibliographie, de ne retrouver aucune segmentation qui puisse faciliter son parcours autrement que par relation avec les entrées du dictionnaire. Ce sont là, il faut bien le dire, les limitations qu’impose la forme. En effet, si la navigation dans un tel inventaire avait été facilitée par un classement, par exemple thématique, une telle organisation aurait dès lors péjoré le liage hypertextuel avec les notions du dictionnaire – celles-ci étant signalées selon la forme « auteur-date », ce qui entraîne un classement alphabétique linéaire des références. Néanmoins, il aurait tout de même été possible et appréciable de segmenter la bibliographie par sections alphabétiques, dans l’esprit de ce qui a été produit pour le dictionnaire. Ce travail de mise en forme aurait sans aucun doute assuré une meilleure fluidité dans le parcours de ce très riche travail de référencement.

Ce point de détail éditorial ne remet aucunement en cause les qualités de l’ouvrage. De fait, dans la droite lignée des ambitions annoncées par Pedri en introduction, ce dictionnaire se présente bel et bien comme un petit livre (petit n’a, de loin, rien de péjoratif dans ce cas de figure) fort utile et, surtout, pratique, ne serait-ce que du point de vue matériel. En effet, la concision du volume en fait un objet aisément manipulable – en particulier dans la version brochée que j’ai eu l’occasion de parcourir (l’éditeur propose également une version reliée avec cartonnage). La mise en page sobre de la maquette renforce cette efficacité, tout en laissant une bonne place aux 28 illustrations originales de Chuck Howitt, qui viennent rythmer et aérer la lourdeur typographique, malheureusement nécessaire, qu’implique le déploiement d’une longue succession de définitions. Au sujet de ces illustration, s’il n’est pas ici question de s’exprimer sur leurs qualités esthétiques (c’est une question de goût – il se trouve que ce n’est pas le mien) on notera tout de même avec regret que le caractère fonctionnel et didactique que l’on attendrait de leur part cède trop souvent le pas à un projet essentiellement décoratif qui ne fait pas forcément honneur au rôle que l’on voudrait pouvoir attribuer à l’image dans ce genre d’ouvrage. Ceci mis à part, force est de constater que le pari auctorial et éditorial de A Concise Dictionnary of Comics de Pedri est bel et bien réussi. Cet ouvrage trouvera sans aucun doute une place de choix dans les bibliothèques, certes, mais également, sur les tables de travail des étudiant·es, chercheur·euses et enseignant·es intéressé·es ou spécialisé·es dans l’étude de la bande dessinée. Et si, comme je l’ai signalé, l’autrice admet elle-même s’inscrire dans une production importante d’autres travaux comparables, il est plus que souhaitable que celui-ci gagne son public car il présente toutes les qualités requises pour constituer un jalon incontournable du genre.

[1] Pour une bibliographie détaillée de l’autrice, je renvoie vers sa page professionnelle, tenue à jour sur le site de la Memorial University of Newfoundland and Labrador : https://www.mun.ca/english/people/nancy-pedri/.



Citer ce billet
Admin (2022, 29 avril). A Concise Dictionary of Comics. La Brèche - Lectures. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.