Rebirth of the English Comic Strip

Kunzle - Rebirth of the English Comic Strip - couvertureDavid Kunzle, Rebirth of the English Comic Strip: A Kaleidoscope 1847-1870, Jackson: University Press of Mississippi, 2021, 472 page. ISBN: 9781496833990,


Recension rédigée par Isabelle Licari-Guillaume


David Kunzle, historien de l’art, a consacré sa carrière à l’étude du récit graphique et de l’illustration en Europe ; il a notamment travaillé sur Rodolphe Töpffer, Gustave Doré et Cham. Il a également produit une History of the Comic Strip en deux volumes, publiés en 1973 et 1990 respectivement, et qui constituent des sources précieuses pour les études sur la bande dessinée. Comme les précédents ouvrages, dont il est le prolongement, Rebirth est marqué par une grande attention aux sources et se montre à la hauteur de l’exhaustivité de son titre. Il s’agit cette fois pour Kunzle de se concentrer sur la production britannique, fréquemment éclipsée, dans la seconde moitié du 19e, par la richesse du travail des dessinateurs francophones. Présenté par l’auteur comme le dernier ouvrage de sa carrière, il a des allures de livre-somme, discutant avec une expertise égale la révolte des Sepoys des Indes Britanniques en 1857 et les techniques de dentisterie en Europe au XIXe siècle. Le tout compose une lecture singulière, aussi érudite qu’éclectique.

Kunzle explore sous l’angle des comics studies une période largement étudiée par les spécialistes de la culture visuelle victorienne – cela lui permet de mettre sous le projecteur le travail narratif parfois mal connu de personnalités par ailleurs célèbres pour leurs dessins de presse : George Cruikshank, Richard Doyle, John Leech, John Tenniel par exemple. Les magazines pour lesquels ils travaillent – Punch, The Man on the Moon, Illustrated London News, Diogenes, Judy – eux aussi des noms familiers des anglicistes, se montrent sous un angle rarement encore étudié. La bande dessinée trouve ainsi sa juste place au sein de l’histoire culturelle de l’imprimé dans la seconde partie du 19ème siècle britannique.

Rebirth of the English comic strip est donc un imposant volume, dans l’ambition mais aussi dans la forme. Avec plus de 450 pages grand format et une reliure en toile qui devrait résister à de fréquentes manipulations, l’ouvrage est composé pour moitié d’illustrations, en noir et blanc ou en couleur. Le très grand nombre d’images reproduites, leur taille et leur définition suffisent à faire de Rebirth un recueil de sources primaires précieuses. On regrette seulement l’absence d’une table des images, compensée en partie par le chapitrage assez précis. Les images étant libres de droits, Kunzle n’a pas rencontré les difficultés qui entravent fréquemment la reproduction iconique dans le champ des comics studies, et cette abondance d’images a quelque chose de grisant. Ces sources sont adjointes de descriptions éclairées de la part de Kunzle, qui les replace dans leur contexte politique et social.

L’ouvrage est parfois un peu compliqué à exploiter, à cause de difficultés pour localiser les sources bibliographiques (il faut d’abord suivre une note de fin d’ouvrage, puis se reporter à la bibliographie) et plus largement du fait des connaissances qui sont attendues du lecteur – le livre est destiné aux spécialistes plus qu’aux novices, et le style parfois allusif de Kunzle pourrait dérouter des lecteurs peu avertis (je pense notamment que le livre serait difficile pour des étudiants de licence).

Dans sa forme, Rebirth est aussi un ouvrage très personnel ; non seulement, dans la dédicace et l’épilogue, qui reviennent sur les connexions familiales qui ont amené Kunzle à consacrer son travail aux dessinateurs du XIXème, mais aussi via certaines originalités dans le style et les choix de rédaction. Kunzle insère, ici, un long aparté sur le Coronavirus et le mouvement Black Lives Matter ; là un développement ironique sur les usages intericoniques de la tapisserie de Bayeux dans le contexte du Brexit.

Il n’en reste pas moins que le travail de Kunzle est utile à quiconque s’intéresse à la culture visuelle britannique ; les bandes dessinées qu’il exploite croisent la plupart des champs de l’histoire politique et sociale du XIXème siècle, en particulier l’histoire impériale (de nombreuses sources concernent l’Inde et les relations entre métropole et colonies), l’histoire sociale (via les représentations de la chasse, des loisirs et du peuple), et l’histoire des identités nationales. Sur ce plan, j’ai trouvé particulièrement éclairantes les discussions sur les échanges franco-britanniques, qui englobent les voyages et influences des dessinateurs et des éditeurs de presse, la perception outre-Manche des événements politiques français de la période, et l’équilibre subtil entre admiration et francophobie qui caractérise les relations entre les deux nations bien au-delà du champ de la bande dessinée.



Citer ce billet
iguillaume (2022, 14 janvier). Rebirth of the English Comic Strip. La Brèche - Lectures. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4rh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.