Le bouquin de la bande dessinée

Sous la dir. de Thierry Groensteen, Le bouquin de la bande dessinée. Laffont, collection Bouquin, 2021, 854p. ISBN : 978-2221247068


Recension par Chris Reyns


J’avoue que j’attendais cet ouvrage avec impatience. Reçu, j’ai passé plusieurs soirées à lire une série d’articles qui m’intéressaient davantage. Conclusion : il est à la fois intéressant et décevant. Il est impossible de parler de tous les articles que j’ai lus, je me concentrerai donc sur l’organisation générale et les entrées autour de quelques problématiques sociales (colonialisme, migrants, etc.) plutôt qu’esthétiques (abstraction, mise en page, etc.) ou thématiques (mer, nuit, etc.). En général le livre est indéniablement intéressant, utile et bien fait. Il est en grande partie la copie du «Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée disponible en ligne ( <http://neuviemeart.citebd.org>). Comme Thierry Groensteen l’écrit dans l’introduction : « ce dictionnaire […] initié en octobre 2012 sur le site de la revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, NeuviemeArt2.0. Au fil des enrichissements une centaine d’articles y ont été prépubliés jusqu’en mars 2019. La version proposée dans le présent ouvrage contient cinquante articles de plus, inédits, tandis que les textes précédemment publiés sur Internet ont tous été revus, actualisés si nécessaire et, pour quelques-uns d’entre eux, substantiellement modifiés ou enrichis » (p.xvi).

Dirigé par l’un des plus grands spécialistes de la BD, spécialement francophone, ce dictionnaire est aussi écrit par une équipe de 50 spécialistes (certains plus que d’autres cependant !), quelques-uns jeunes chercheur.e.s déjà confirmés comme B. Crucifix et E. Caboche, d’autres moins jeunes mais tout aussi brillants comme S. Lesage ou B. Suvilay, et d’autres encore, plus tout jeunes mais tout aussi productifs comme H. Morgan ou A. Miller. Comme tout dictionnaire, alphabétique (mêlant genre, thème, concepts, etc.), il est très facile à consulter, d’autant que les titres des entrées restent en haut des pages pour délimiter le chapitre, ce qui rend la consultation plus aisée encore. De plus, il est complété par deux index dont le 1er porte sur les sujets, et le 2e, sur les auteurs. L’édition matérielle est excellente, papier de qualité et clarté de la mise en page sur deux colonnes, très lisible, comme les autres bouquins de la collection Bouquin d’ailleurs. Et cerise sur le gâteau, les dessins sont de Lewis Trondheim et sont pour la majorité (sauf un—voir ci-dessous) extraordinairement créatifs, spécialement si l’on considère l’espace minimal alloué.

Pour ce qui est des sujets abordés, ils sont très variés, ce qui est une bonne chose. Mais je vais me concentrer sur les entrées « sociales » dont quelques-unes sont problématiques. D’abord remarquons que sur les 51 auteur.e.s il y a 9 femmes. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est peu, d’autant que Groensteen est théoriquement conscient du problème puisqu’il est l’auteur des deux articles sur « les femmes et la BD » où plusieurs fois il met en évidence les carences extraordinaires d’égalité de genres et d’équité dans le monde de la BD. Pourquoi alors n’avoir pas cédé ces deux articles à des auteures ? D’autant que Groensteen est déjà l’auteur de 65 entrées sur 140 ! On aurait ainsi vu le travail qu’il avait commencé aux éditions de L’An 2 (p.306) lorsqu’il en était le directeur se prolonger. N’aurait-il pas mieux valu les confier à des femmes spécialistes pour faire entendre une autre voix et particulièrement à quelqu’une qui est au courant des problématiques féministes et du genre des 20-30 dernières années, autant que Groensteen est au courant des problématiques esthétiques ? Ainsi par exemple la notion d’intersectionnalité est-elle absente alors qu’elle aurait pu permettre d’introduire un thème social fondamental qui est la classe sociale à côté de la race/ethnie, deux catégories ignorées ici, sauf indirectement dans les autres catégories sémantiquement et historiquement connexes (p.ex., diversité, colonialisme). Ainsi, il énumère les femmes-bédéistes mais pas une seule fois il ne les distingue dans leur origine ethnique ou sociale comme si toutes venaient de la classe moyenne blanche. Cela est encore illustré par le fait que Groensteen termine son article sur les femmes par Building Stories de Chris Ware, un chef d’œuvre sans aucun doute, et qui porte avec une extraordinaire empathie sur une femme (oui « Madame Bovary, c’est moi » est possible en BD), mais encore d’un point de vue masculin. Sa bibliographie trahit le même problème avec plus de la moitié d’auteurs masculins et un tiers des auteur.e.s américains.

De même, des 51 collaborateurs/trices, 50 sont blancs (pas d’erreurs typographique ici : 50/51 !). Tous européens, français, belges ou suisses et une nouvellement non-européenne (! J), l’une des grandes spécialistes britanniques, Ann Miller. N’aurait-il pas été possible de trouver au moins quelques spécialistes non-européennes ? Encore une fois, Groensteen est indiscutablement un des meilleurs spécialistes de la BD dans le monde mais des limites apparaissent ici, qui d’ailleurs ne sont pas seulement les siennes mais sont quasi systémiques dans le monde de la BD francophone, et ce livre n’en est qu’un symptôme. Groensteen aurait pu reconnaitre cette limite en délégant davantage, en écrivant 50 au lieu de 65 entrées, par exemple pour donner les 15 autres à des groupes moins bien représentés, spécialement celles qui les concernent davantage. De même, sa connaissance limitée du contexte japonais pour les mangas apparait clairement lorsqu’il présente le phénomène de la « ghettoïsation des créatrices » (p.307) de façon beaucoup trop binaire et statique. Heureusement, l’article de Xavier Guilbert, « manga, » bien qu’un peu bref, donne une représentation non-orientalisante des mangas et de la culture nippone. Guilbert présente un bon résumé évidemment, mais bizarrement le « voir aussi » donne 4 mots qui renvoient exactement à ce qu’il prétendait contrer : dont « érotisme et porno » et « violence ». Inversement, il ne cite pas par exemple « auteur » que pourtant il mettait justement en évidence au début et à la fin de son article pour contrebalancer la production industrielle et commerciale, et qui aurait pu remplacer « jeu vidéo » auquel il est à peine fait allusion dans l’article.

L’entrée « diversité » est révélatrice des limites du monde de la critique esthético-centrée (sémiotique ou autres). D’abord c’est un des textes les plus courts (3p.) par rapport aux nombreux articles sur la forme qui font 5-6-7p. et plus, y compris sur des sujets intéressants comme « la mer » ou « la nuit » mais qui semblent être plus importants que la « diversité » ou le « racisme ». Dans ce livre, ces sujets « sociaux » semblent donc être davantage des articles « token » comme on dit en anglais, pour suivre ce qui est apparemment compris comme une concession à la mode ou au « politiquement correct ». Ce sont des ajouts et non des fondements de la pensée de la BD si l’on suit l’organisation du livre. D’abord l’auteur de cet article « diversité », contrairement à la majorité des auteurs des autres entrées, n’est pas un spécialiste du sujet. Selon sa bio-bibliographie (p.24), il n’a jamais écrit d’études sur le sujet. Sans aucun doute a-t-il des connaissances (il est docteur en histoire de l’art) et une certaine expérience de la diversité (il a vécu en Chine et a écrit un roman intéressant sur la jeunesse chinoise), mais ces connaissances ne sont pas spécialisées sur ce sujet comme celles par exemple de l’auteur de l’entrée « albums » (sur lequel il a écrit une thèse—et quelle thèse !–et des dizaines d’articles !). Disparité donc révélatrice ! D’abord comme c’était un « white male » qui parlait « des femmes et la BD », c’est un « white male » qui parle de « diversité ». Non pas que ce soit interdit (je le suis moi-même) mais n’y a-t-il donc pas un.e spécialiste francophone qui ne le soit pas ? Là encore ressort une occasion manquée de mettre en action des idées généreuses défendues dans les articles. Ensuite, l’auteur de l’entrée ne mentionne aucunement l’extraordinaire pauvreté de la diversité dans la BD francophone sinon en citant quelques noms bien connus (d’ailleurs presque tous américains), et pour se féliciter des actions dans les quartiers populaires par Troubs (homme blanc), Guerse (homme blanc), et Lolmède (homme blanc) (p.215) ! Cela n’enlève rien à la qualité de son article qui est intéressant mais cela révèle un manque d’intérêt réel pour la question de la diversité, y compris au niveau de la supervision éditoriale. Enfin, sa bibliographie contient deux petites erreurs et des manques. Le traducteur de Orientalisme est présenté comme l’auteur alors que celui-ci, Saïd, n’est pas donné, et l’auteur suédois Stromberg a écrit son texte en anglais alors qu’il est présenté comme s’il l’avait écrit en français puisqu’il n’y a pas de traducteur. Les manques sont plus conséquents. Évidemment il est impossible de citer toutes les études, mais certaines seraient en fait plus utiles que des études importantes mais aussi générales que celle de Saïd. Puisqu’il ne semble pas avoir de limite à la bibliographie (d’autres entrées offrent jusqu’à 10 références), pourquoi ne pas citer les études de Mark McKinney ou des pages remarquables d’Ann Miller (2007) ? Il est révélateur que pour cette entrée, sur 7 références bibliographiques, seulement 1,5 sont françaises (Mattelart et les auteurs des « 54 propositions »). Ceci révèle à la fois une vérité qui est qu’il est plus difficile de trouver des études sur le sujet de la diversité en BD en français qu’en anglais, mais aussi que l’auteur n’est pas un spécialiste de ce sujet car les références en français même si elles sont moins nombreuses existent depuis au moins une décennie. Enfin, pour le « voir aussi » on n’a que 4 mots-clés : « colonialisme, femmes, homosexualité, politique ». Cette dernière entrée (« politique ») par Ann Miller est une catégorie très générale, même si son article réussit à être magnifiquement concret et instructif. Les quatre mots-clés sont intéressants mais en ne mentionnant pas ici le mot « racisme » (puisqu’il n’existe pas comme entrée), on a l’impression que cette problématique colonialiste est passée. En bref, pourquoi s’être limité à 4 mots ? Pourquoi pas aussi « Esclavage » ? « Shoah » ? « Migrants » ? qui mettent en évidence la difficulté de cette diversité ou même le manque de diversité dans la réalité bédéique franco-européenne.

Paradoxe franco-européen où ces pays francophones promeuvent très énergiquement et concrètement la diversité à travers par exemple l’UNESCO et les traductions (comme le souligne justement Groensteen : « le pays qui offre le plus large accès aux œuvres étrangères » [p.xv], et pas seulement en BD), mais sans agir pour y contribuer. Sans dialogue sur la diversité, l’étranger risque de devenir étrange et exotique, sujet de nouvel amusement, (tragique) comme l’ont été les romans coloniaux de 1850 à 1950. Et la diversité intérieure nationale est ignorée ou traitée superficiellement. Car amertume sur le gâteau, malheureusement, le dictionnaire ne contient aucun article spécifiquement sur le « racisme » dans la BD franco-belge, pourtant extrêmement présent sous diverses formes et à divers degrés, comme des critiques tels que Delisle (qui a écrit trois beaux articles dans ce livre) et d’autres l’ont mis en évidence.

En contraste avec cet article, « diversité », révélateur d’une question qui touche une trop grande partie du monde de la critique BD, d’autres entrées de spécialistes l’abordent efficacement : « ‘migrants’, ‘esclavage’, ‘politique’ »… Impossible de toutes les commenter dans une recension sinon pour dire qu’elles sont excellentes. C’est certainement le cas de l’entrée « colonialisme » de Gwendal Rannou qui est bien informée par les débats postcoloniaux et enrichie de l’expérience universitaire d’historien de l’« Orient » de son auteur. Il réussit même à éviter une caricature du colonialisme comme étant un phénomène uniquement blanc et occidental en y incluant le Japon, en citant dans sa bibliographie des études sur le colonialisme japonais. Les exemples contemporains qu’il choisit (Chaland, Sfar, Schrauwen, Alagbé, Baladi—bien qu’uniquement masculins) sont remarquablement expliqués en quelques lignes et la bibliographie est à jour (tous d’après 2010) et diverse (française–McKinney, Delisle, Howell ; Italienne—Palma ; britannique—Chapman ; et japonaise—Rosemblum). Un bémol toutefois : l’article est précédé du seul dessin de Trondheim qui n’est pas à la hauteur (lui qui est pourtant l’auteur de Ile Bourbon 1830, il est vrai en collaboration avec Appollo). Sur son dessin, on voit bien un casque colonial mais l’homme qui le porte « brutalise » un animal. Or cette image serait l’équivalent du colonialisme de Tintin au Congo si on le réduisait à la scène du rhinocéros dynamité ou des antilopes tuées s’empilant les unes sur les autres !

Enfin, une dernière critique fondamentale : symptomatique de cette pensée francophone dans le domaine de la BD est le fait que l’index des noms d’auteurs fait 34 pages, révélant que l’autorat est un élément-clé d’interprétation du monde de la BD, à côté des catégories esthétiques, mais pas par exemple l’éditeur qui n’a aucune entrée ! (Pourtant Lesage aurait pu en écrire une bien belle !).

Aucun doute que ce « bouquin » est excellent par beaucoup d’aspects (dont la qualité supérieure de la majorité des entrées) mais il est aussi révélateur d’angles morts extraordinaires que j’ai voulu souligner en indiquant la faiblesse ou l’absence d’au moins deux exemples majeurs, les questions sociales (dont le racisme) et les éditeurs. Mais comme l’écrit Thierry Groensteen, « un ouvrage ne se définit pas par ses manques mais pas le désir qu’il crée chez le lecteur d’aller plus loin » (p.xiv). C’est l’objet de ma recension, le désir d’aller plus loin dans la critique de langue française de la BD, au-delà de la blancheur masculine de l’autorat.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.