Les super-héros au prisme du droit

BASIRE, Yann, CIAUDO, Alexandre et MOSBRUCKER, Anne-Laure, Les super-héros au prisme du droit, Presses universitaires de Franche-Comté, 2020, 227 p., (« Droit, politique et société »).


Recension par Sophie Bonadè


Les super-héros au prisme du droit est un ouvrage collectif dirigé par Yann BASIRE, Alexandre CIAUDO et Anne-Laure MOSBRUCKER. Il rassemble 16 articles de chercheur.se.s en droit répartis équitablement en deux sections : « La place du super-héros dans la société » et « Le rôle attribué aux super-héros par la société ». Les articles sont de longueur variable allant de cinq à dix-huit pages.

L’introduction présente de la façon suivante la raison d’être de cette division :

Les résultats de cette recherche collective ont permis de retenir deux axes majeurs de l’appréhension juridique du super-héros. Certains contributeurs au présent ouvrage se sont efforcés à décrire la place occupée par le super-héros au sein de la société et les difficultés particulières que son existence même pose au fonctionnement de la vie sociale. D’autres se sont attachées au rôle dévolu au super-héros par la société elle-même en recherchant notamment ses interactions avec l’ordre public et la justice.(Ciaudo 2020a, p. 15‑16)

Dans les faits, une distinction nette n’apparait pas clairement entre les deux parties. Les articles de la première partie traitent, pour la plupart, de la façon dont le droit peut encadrer certains aspects de la vie et de la carrière du superhéros ou de la superhéroïne : son identité (Jeoffrey Sabbah, « L’identité des super-héros », p. 25‑36), les discriminations subies (Sophie Rossignol, « Les super-héroïnes », p. 37‑48), sa filiation (Mélanie Jaoul, « La filiation des super-héros ! », p. 49‑57), ses impôts (Frédéric Durand, « Les super-héros, super contribuables », p. 69‑73), son costume et ses inventions (Yann Basire, « Le droit des marques : une nouvelle arme pour les super-héros » p. 75‑87 ; Yann Basire et Amélie Favreau, « Super-héros et brevet : De grands pouvoirs impliquent-ils de grands brevets ? », p. 89‑99). Cependant deux articles se démarquent de cette ligne. Le premier en traitant du rapport des superhéros avec la presse (Jean-Benoist Belda, « Les super-héros et la presse : je t’aime moi non plus » p. 59‑68) qui, en questionnant l’éthique du superhéros reporter, pose la question plus large de la légalité et de la moralité des superhéro.ïne.s. Le second en proposant un panorama analysé des références faites aux superhéros et superhéroïnes dans la jurisprudence étatsunienne (Jean-Christophe Roda, « Les super-héros dans la jurisprudence américaine » p. 101‑110). Ce dernier article démontre que, derrière des clins d’œil ou des hommages, les références de la justice étatsunienne au monde des comic books témoignent de l’importance de ces personnages dans l’imaginaire collectif et de la place centrale du droit dans les récits super-héroïques. Les articles de la seconde partie s’intéressent surtout à la façon dont la justice réelle peut (ou plutôt pourrait, puisque la plupart des cas demeurent hypothétiques) superviser ou non, l’activité super-héroïque et condamner les actions des villains ou des justiciers quand ils provoquent des dégâts ou vont trop loin dans leurs actes (Alexandre Ciaudo, « L’encadrement juridique de l’activité de superhéros », p. 113‑123; Raphaël Maurel, « Les Avengers et les compétences de l’État en droit international », p. 125‑139; Jean-Baptiste Thierry, « Super-héros et droit pénal » p. 155‑163; Michaël Laref, « Preuve et Super-héros : « le procès du siècle » des super-héros à « l’aube de la justice » probatoire », p. 173‑190; Mickaël Benillouche, « Les super-héros et la criminalité organisée » p. 191‑203; Nicolas Bronzo, « Après la bataille : Responsabilité civile et réparation des dommages dans l’univers Marvel » p. 205‑213. Deux articles de cette partie interrogent la mise en scène de la justice dans les récits super héroïques (Karine Favro, « L’idée de justice dans les univers de Daredevil et Batman », p. 141‑154 ; Fabrice Defferrard, « Un inquiétant justicier dans la ville : Le cas de Batman », p. 155‑163).

À l’exception de la contribution sur la place des superhéros dans la jurisprudence étatsunienne, tous les articles proposent des analyses du droit dans la diégèse de l’univers fictionnel. Ainsi des questions variées sont posées. Thor, un extraterrestre, doit-il payer des impôts sur Terre ? (Durand 2020) Un clone d’un superhéros peut-il se faire reconnaitre comme sa filiation ? (Jaoul 2020) Que faire des preuves amenées par un superhéros ou une superhéroïne lors d’un procès ? (Laref 2020) Malgré des axes d’approches variés, l’ensemble souffre de plusieurs répétitions. Ainsi la double identité des personnes super-héroïques, et les problèmes qu’elle peut poser juridiquement, revient dans plusieurs articles. Le statut de non-humain de certains personnages (Superman, Thor, Vision, les X-Men) et les difficultés de penser un droit pour de tels êtres sont aussi souvent mentionnés.

On peut regretter l’absence d’article sur les droits des œuvres super-héroïques. Souvent cité, mais jamais traité, le rapport des superhéros aux droits des marques et à la propriété intellectuelle, et la façon dont ils ont participé à l’évolution de celle-ci aux États-Unis (Foley 2009) auraient mérité de faire l’objet d’au moins un texte. Les contrats des personnes travaillant dans l’industrie des comic books et leurs évolutions au fil du temps auraient aussi pu être traités.

De plus, l’ouvrage regroupe des contributions de chercheurs et chercheuses français.e.s et les références juridiques sont faites à partir du droit français, même si d’autres territoires, tels le Japon ou le droit international, peuvent être mentionnés (Sabbah 2020; Maurel 2020). Ce choix étonne, car la majorité des supehéros.ïne.s sont des ressortissant.e.s des États-Unis, ou agissent sur le sol étatsunien. La plupart des règles de droit présentées ne s’appliquerait pas à leur cas à l’intérieur de leur diégèse. Ce choix se justifie par le public principal que l’ouvrage semble viser et qui est présenté dans la conclusion de l’article « Les superhéros dans la jurisprudence américaine »:

Hormis pour des contentieux relatifs à la propriété intellectuelle, les superhéros ne sont jamais évoqués par les juges français. Du côté de la doctrine, le ton est généralement tout aussi sérieux. Lorsque le sujet ne concerne pas la propriété intellectuelle, rare sont les auteurs qui s’autorisent des références décalées à l’univers des comics. À la rigueur, s’agissant du neuvième art, Tintin a la préférence des juristes français. Les choses sont toutefois en train d’évoluer. Une nouvelle génération d’auteurs s’intéresse de plus en plus aux rapports qu’entretiennent le droit et la pop-culture, dans la lignée des travaux de la doctrine américaine. Le but est parfois récréatif, mais il peut aussi se révéler plus ambitieux, avec une démarche parfaitement scientifique et rigoureuse. Sans trop se prendre au sérieux, mais en faisant sérieusement du droit, l’auteur de ces lignes forme en tout cas le vœu que le présent ouvrage s’inscrira dans cette tendance et permettra de dépasser l’image du juriste français qui serait nécessairement un « classique », plus habitué à s’intéresser à Balzac, Shakespeare ou à l’opéra, plutôt qu’à ce genre de (sous ? contre ?) culture.(Roda 2020, p. 110)

Si l’on peut déplorer un certain mépris pour le sujet de l’étude des superhéros et superhéroïnes, qui est un sujet que l’on peut « prendre au sérieux », l’extrait semble résumer la vocation du livre : offrir des exemples issus de la pop-culture pour réfléchir à des cas de droit. L’ouvrage en s’appuyant sur des œuvres super-héroïques permet de poser des questions juridiques qui dépassent le cadre de ces fictions. Ainsi interroger l’état civil de Vision, un personnage de l’univers Marvel qui est un androïde, amène à une réflexion sur la responsabilité civile des robots et les lois qui encadrent les développements des intelligences artificielles (Maurel 2020). Néanmoins, plusieurs articles butent aussi sur leur question en admettant que le droit réel ne peut pas donner de réponses à des situations qui n’existent pour l’instant pas en dehors de la fiction.

L’ouvrage nous semble donc destiné, avant tout, à des spécialistes du droit, contrairement à ce qu’annonce la quatrième de couverture. L’exercice juridique proposé pourrait ne pas intéresser des fans de récits super-héroïques ou des chercheurs et chercheuses en superhero studies car il repose sur une connaissance souvent imprécise des œuvres. D’ailleurs, si la bibliographie juridique est abondante dans les notes de bas de page, celle concernant les recherches sur les super-héro.ïne.s est assez réduite et cite surtout des ouvrages généraux. Certains de ces ouvrages se trouvent résumés dans une page finale de bibliographie, mais d’autres n’y sont pas et certains semblent apparaitre sans avoir été cités dans aucune note de bas de page.

D’autres aspects du livre pourront déplaire à des fans ou des connaisseur.se.s du genre super-héroïque. Chaque article partant d’un élément (la double identité super-héroïque, la destruction de la Sokovie dans Avengers: Age of Ultron, L’enregistrement des super.ïne.s dans « Civil War », etc.) tiré d’un récit ou d’un film, pour réfléchir à une situation concrète de droit. Cependant, cette réflexion ne repose pas forcément sur une analyse complète d’une, ou de plusieurs œuvres super-héroïques, omettant ainsi que les fictions elles-mêmes questionnent le lectorat sur ces sujets. Par exemple l’arc narratif « Civil War » propose au public de se positionner, ou non, entre le camp des superhéro.ïne.s qui acceptent d’être recensé.e.s et enregistré.e.s par les États-Unis et celles et ceux qui le refusent, articulant les questions de la liberté individuelle et de la protection des citoyen.ne.s par l’état. L’article « Les super-héros et la criminalité organisée » (Benillouche 2020) conclut sur le statut de « super-délinquant » des superhéros, sans mentionner que des récits travaillent cette question depuis les années 1980, The Dark Knight Returns de Frank Miller et Watchmen de Alan Moore et Dave Gibbons étant deux des exemples les plus célèbres. L’amusement dont les auteurs et autrices font preuve face à leur objet peut aussi exaspérer quand, par exemple, un auteur, après avoir expliqué qu’il ne pourrait traiter de toutes les œuvres super-héroïques, mentionne dans celles qu’il laisse de côté les films parodiques pornographiques super-héroïques. Les jeux vidéo, jamais cités dans aucun article, semblent pourtant être un pan des œuvres super-héroïques plus important à mentionner, mais sans doute leur évocation est-elle moins comique.

De même, la plupart de ces cas sont extraits de films ou séries télévisées récents, et les comic books dans lesquels les superhéros et superhéroïnes sont né.e.s et ont vécu la plupart de leur aventure ne sont jamais cités précisément – à l’exception de « Civil War ». Les références à l’histoire des personnages dans les comic books sont souvent faites sur le mode anhistorique, comme si ces personnages n’avaient pas subi de multiples écritures et réécritures au fil des années. Un article sur l’évolution de certaines questions juridiques dans les comic books aurait été un ajout intéressant.

L’ouvrage est donc à recommander aux personnes intéressées par le droit, plus qu’aux personnes cherchant un ouvrage d’analyse sur les superhéros et les superhéroïnes. Ces personnages servent ici de prétexte, de point de départ, pour poser des questions juridiques. Cependant certains articles proposent, aux détours de leur analyse sur les possibilités du droit et de la justice dans un monde super-héroïque, des réflexions philosophiques et politiques sur la nature des superhéros et des superhéroïnes qui pourront faire réfléchir, ou résonner, avec d’autres recherches dans le domaine des superhero studies. Ainsi l’article sur les superhéros travaillant dans la presse (Belda 2020) analyse le parcours des superhéros Le frelon Vert, Superman et Spider-Man, pour proposer une réflexion sur la déontologie de la presse et celle du super-héroïsme. « L’idée de justice dans les univers de Daredevil et Batman » (Favro 2020) traite, à travers ses deux personnages, des interactions entre l’État, la justice et le droit, la justice privée et le terrorisme. C’est dans ces réflexions que l’on trouve matière à développer les études sur les superhéros et superhéroïnes, encore récentes en France, mais qui existent déjà depuis plusieurs décennies dans le monde anglo-saxon.

Merci à Isabelle Licari-Guillaume pour sa relecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.