Bande dessinée et grand public

L.L. de Mars, Bande dessinée et grand public, Adverse, 2019, 16 pages, ISBN : 979-10-95922-21-6


Recension par Norbert Danysz


Très bref ouvrage paru en 2019, Bande dessinée et grand public est d’abord une simple réaction de l’auteur à un courrier qui le taxe de mépris pour le « grand public ». Il s’agit alors pour L.L. de Mars, à la fois auteur et critique de bande dessinée, de remettre en question l’existence de ce « grand public », de se défendre de toute considération méprisante envers quelque public que ce soit, et finalement de répondre à son accusateur (anonymisé) en dévoilant tout ce qu’implique réellement cette accusation, sur les plans esthétique, poétique, mais aussi éthique, éditorial et politique.

Ce texte s’inscrit dans le catalogue d’une maison récente fondée en 2016, les éditions Adverse, qui accueille de plus en plus de textes sur la bande dessinée, outre les œuvres de création qu’elle publie depuis quelques années, selon les principes de l’auto-édition. Ce petit ouvrage fait donc partie d’une entreprise plus grande, constituée d’autres courts écrits, principalement du même auteur (L.L. de Mars 2017, 2019a, 2019b, 2020), qui sont loin d’être indépendants les uns envers les autres, et qui déploient peu à peu une pensée singulière sur la bande dessinée. Ces textes entrent également en résonance avec d’autres publications des éditions Adverse, depuis le manifeste inaugural (Balcaen 2016) jusqu’au récent livret sur l’édition face à la pandémie (Balcaen & LeGlatin 2020), tandis que se construit progressivement la nouvelle revue théorique À partir de (deux numéros parus depuis 2019)1. Enfin, en plus de faire paraître régulièrement des textes de critique sur l’art et sur la bande dessinée (notamment dans la revue Pré Carré qu’il a cofondée en 2013), L.L. de Mars est lui-même auteur de bandes dessinées, et ses œuvres écrites, dessinées, mixtes ou autres forment « un réseau d’activités2 » qui gagne à être abordé dans son ensemble.

Les prémisses de l’ouvrage Bande dessinée et grand public consistent avant tout à réévaluer l’appellation « grand public » en mettant en évidence son caractère peu probant voire totalement fictif, et à retourner l’accusation de mépris portée à l’encontre des créateur·rices de bande dessinée dite « alternative » et forcément obscure.

C’est par une avalanche de questions visant à cerner cette expression de « grand public » que l’auteur veut démontrer par l’absurde la non-pertinence de ce concept. Cette propriété est-elle innée ou acquise, durable ou temporaire, définie selon quels critères, quels types de récit ? « L’être grand public, c’est dedans les livres ? C’est dedans l’auteur ? Dedans l’éditeur ? Dedans le nombre d’exemplaires vendus ?3 » (p. 4) Le paramètre du succès public, qui aurait pu éventuellement se superposer au concept de « grand public », s’avère pour l’auteur trop souvent déterminé par les capacités d’occupation médiatique, publicitaire et physique des grandes maisons d’édition ; il peut donc, à son sens, difficilement s’appliquer à l’essence d’une œuvre. De plus, le « grand public », s’il désigne la masse du lectorat dans son ensemble, est constitué en vérité d’une multitude de lecteurs et lectrices qui projettent leurs propres désirs et leurs propres goûts de lecture sur les bandes dessinées : il paraîtrait alors insensé, voire dangereux, de vouloir unifier cette diversité d’approches face à la création en une simple catégorie nivelante. Finalement, la bande dessinée que critique l’auteur, quel que soit son public, est surtout celle qui produit des œuvres consensuelles, des œuvres engluées dans les réappropriations passéistes des vieilles recettes, lesquelles ont pu se distinguer pendant un temps mais ne présentent plus aujourd’hui ni sens ni intérêt. Dans le cas de la BD franco-belge classique, ce seraient par exemple les auteurs·rices actuel·les de personnages au gros nez qui se rendraient coupables de « rogner toutes les aspérités de [leurs] modèles pour en faire des versions consensuelles » (p. 6), et qui s’approprieraient cet héritage lucratif sans chercher à s’en émanciper — les gros nez sont d’ailleurs visibles dans le livre de L.L. de Mars, piochés dans des œuvres ici et là et exhibés dans de classiques gaufriers, cadrés si serré qu’ils semblent de simples formes circulaires et abstraites : 36 appendices au total qui inondent le texte de l’auteur et illustrent cette reprise du même qu’il dénonce.

Si l’auteur adresse de lourds reproches à certain·es auteur·rices sur des critères esthétiques, il se défend de tout mépris envers le « grand public » : « Comment trouver chez moi un mépris général pour une catégorie d’auteurs dont je nie complètement qu’elle existe ? Je ne sais pas. » (p. 8) L.L. de Mars dénonce cependant le mépris de ses accusateur·rices, qui prétendent unifier la multitude, la pluralité d’esprits en « une masse homogène à domestiquer, à abreuver de camelote » (p. 9) : c’est bien le paternalisme des grandes maisons d’édition qui est ici en cause, elles qui prétendraient pouvoir décider de ce qu’il faut lire et acheter. Pour l’auteur, le mépris n’est donc pas là où l’on croit, d’autant qu’il refuse également l’excès inverse consistant à créer des œuvres obscures et difficiles sans autre raison que de paraître un auteur obscur et difficile. « Je fais mon travail tel qu’il s’impose à moi. » (p. 14) En s’adonnant absolument à l’activité créatrice, l’auteur adopte même une position de grande humilité, loin du mépris dont il est accusé, puisqu’il refuse toute prétention à la renommée, se moque de toucher le plus grand nombre, depuis sa position « artistiquement opiniâtre, intransigeante, hantée, folle, mais socialement modeste. » (p. 14)

Mais la critique de L.L. de Mars s’accompagne surtout d’une dimension militante en défense des expressions minoritaires, trop souvent réappropriées et dénaturées par les maisons d’éditions industrielles et commerciales alors qu’elles étaient nées parfois difficilement et contre ce système qui les rattrape : « quand une machine éditoriale présente dans toutes les librairies trouve inspirant un travail dont une poignée de spéléologues de festivals indépendants savent qu’il existe, à votre avis, quel avenir a le second ? » N’y voyant qu’un gain potentiel, permettant aussi de se donner un genre avant-gardiste à peu de frais, ces récupérations trahiraient les œuvres en leur ôtant leur dimension viscérale, authentique. Selon l’auteur, ces actes de récupération par les grandes maisons d’éditions, assorties de marketing et de plagiat, aseptiseraient les œuvres tout en les annexant au champ qu’elles appellent « grand public », en réalité un champ de leur invention. Cette critique de l’édition vorace est aussi critique de la marchandisation de l’œuvre d’art, de la réification des créations, qui transforment en chose banale et finie une expression censée sortir des entrailles de l’artiste. L.L. de Mars rejoint alors la critique du capitalisme exprimée dès la Société du spectacle : « il prévoit que la culture [devenue intégralement marchandise] doit tenir dans la seconde moitié de ce siècle le rôle moteur dans le développement de l’économie ». (Debord 1992 : thèse 193)

Enfin, Bande dessinée et grand public s’inscrit résolument dans le genre du pamphlet, et constitue à ce titre un ouvrage radical, engagé, qui polarise, qui propose une réaction à chaud (à la fois dans l’immédiat et dans l’agacement), et qui par sa radicalité impose un questionnement fécond. L.L. de Mars semble aussi poursuivre certaines réflexions entamées dans Plates-bandes par Jean-Christophe Menu en 2005, qui déjà dénonçait l’appropriation de formes minoritaires de la bande dessinée par les puissant·es du marché : « faire en sorte que l’“extrapolation du champ des possibles” opérée depuis une quinzaine d’années dans le domaine de la Bande Dessinée francophone, ne soit pas irrémédiablement digérée par les forces mercantiles à l’œuvre et par un corporatisme en pleine offensive. » (Menu 2005) S’il cède par endroit à la formule assassine propre au genre pamphlétaire, Bande dessinée et grand public est cependant loin d’être la diatribe amère d’un auteur jaloux, car les accusations portées à l’encontre de certain·es auteur·rices et surtout de certaines maisons d’édition n’empêchent pas de défendre d’autres propositions : « Le grand public comme horizon, je vais le dire tout bêtement […], on peut trouver cette question, à titre personnel, comme artiste, complètement sans intérêt. Il est possible de travailler pour de tous autres horizons… » (p. 12) Par exemple, pour des œuvres « insoupçonnables, déstabilisantes, qui ne se donnent pas à nous du premier coup4 », plutôt que pour des œuvres trop claires et dont le sens se déroule sans inquiétude.

Malgré (ou peut-être en vertu de) sa brièveté et sa radicalité, Bande dessinée et grand public ouvre ainsi de nombreuses pistes fondamentales pour la bande dessinée aujourd’hui, de la création à l’édition, de la distribution jusqu’à la lecture comme acte militant, avec pour point de départ ce seul concept bien problématique de « grand public ».

Références

Balcaen, Alexandre. 2016. Manifeste. Paris: Adverse.

Balcaen, Alexandre & Jérôme LeGlatin. 2020. Éditer (modestement) dans la tourmente. Paris: Adverse.

Debord, Guy. 1992 [1967]. La Société du spectacle. Paris: Gallimard.

L.L. de Mars. 2017. Communes du livre. Paris: Adverse.

L.L. de Mars. 2019a. Bande dessinée et grand public. Paris: Adverse.

L.L. de Mars. 2019b. Exposer la bande dessinée ?. Paris: Adverse.

L.L. de Mars. 2020. Critique et création. Paris: Adverse.

Menu, Jean-Christophe. 2005. Plates-bandes. Paris: L’Association.

  1. Certains de ces textes sont disponibles gratuitement au format PDF sur le site des éditions Adverse : https://www.adverse.fr/livres/ []
  2. L.L. de Mars, « Comment j’ai écrit certains de mes textes (1) », du9, l’autre bande dessinée, 4 juillet 2016, consulté le 05/11/20, disponible sur : https://www.du9.org/entretien/preambule/ []
  3. Sauf mention contraire, les citations sont extraites de Bande dessinée et grand public. []
  4. L.L. de Mars, « Comment j’ai écrit certains de mes textes (2) », du9, l’autre bande dessinée, 4 juillet 2016, consulté le 05/11/20, disponible sur : https://www.du9.org/dossier/comment-jai-ecrit-certains-de-mes-livres/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.