Entretiens avec Lewis Trondheim

Thierry Groensteen, Entretiens avec Lewis Trondheim, L’Association, 2020, 302 pages, ISBN 978-2844147691


Recension par Louise Jambou


A l’occasion de l’exposition « Lewis Trondheim fait des histoires » présentée au Musée de la bande dessinée d’Angoulême et dont il est le commissaire, Thierry Groensteen publie à L’Association un livre d’entretiens avec cet auteur, qui ne s’était jamais prêté aussi sérieusement à ce jeu. C’est apparemment par amitié, au moins en partie, que Trondheim a accepté cette fois deux longues séries d’entretiens, enregistrés en avril et juillet 2019, chez lui : Thierry Groensteen n’est en effet pas étranger au démarrage de sa carrière, notamment parce qu’il est l’organisateur du colloque de Cerisy en 1987, qui permit la rencontre fructueuse de Lewis Trondheim et de Jean-Christophe Menu.

L’ouvrage suit une organisation par chapitres, à la fois thématique et chronologique : le récit de ses années de formation est par exemple l’occasion de l’interroger sur ses différentes influences et sur les rencontres qui ont marqué ses débuts comme dessinateur. Cet aperçu de la jeunesse de l’auteur, linéaire et relativement exhaustif, se différencie très nettement des diverses interviews où ce dernier biaise souvent, se contredit parfois et ironise beaucoup.

La plupart des douze chapitres est clôturée par un à trois témoignages d’auteurs avec qui il a collaboré : Joann Sfar, Brigitte Findakly, Kéramidas ou Matthieu Bonhomme, pour n’en citer que quelques-uns. Malgré leur caractère légèrement hagiographique, imposé sans doute par la nature de l’exercice, ces interventions permettent de compléter le tableau dressé par l’auteur lui-même et de ponctuer les étapes de son parcours.

L’ouvrage est abondamment illustré : on y trouve des dessins issus de livres déjà publiés, mais aussi des inédits nombreux, tirés des carnets personnels de Lewis Trondheim ou dessinés spécialement pour l’occasion. Chaque chapitre est ainsi introduit par un dessin circulaire, en noir et blanc, dans lequel l’auteur représente les thèmes principaux du chapitre : ils en retracent efficacement tout le parcours et rappellent au passage l’importance de la contrainte chez Trondheim.

Dessin introductif de chapitre par Lewis Trondheim

Thierry Groensteen se montre un interrogateur méthodique, lecteur précis des ouvrages de son ami, rigoureux dans son respect de la chronologie mais ne s’interdisant pas, à l’occasion, une petite digression : tout cela permet de répertorier de manière aussi complète que possible les très nombreuses publications de Trondheim, en s’arrêtant sur les plus populaires, mais aussi sur les plus expérimentales ou les plus méconnues, sans oublier sa production destinée à la jeunesse. On croise aussi quelques « scoops » : Trondheim avoue enfin avoir inventé Frantico, révèle le probable prénom de Lapinot et quelques contraintes dissimulées çà et là dans ses albums.

Outre cette dimension récapitulative, les entretiens éclairent également la carrière de Lewis Trondheim d’un jour plus personnel, avec des questions parfois très directes. L’évocation de la mort de Lapinot est par exemple l’occasion pour Thierry Groensteen de lui demander s’il redoute la sienne. Dans l’ensemble, les réponses de l’auteur donnent au lecteur une vision claire et cohérente de sa carrière, sur laquelle il porte un regard très lucide : malgré des affirmations de légèreté – « Je fais des livres pour moi et les copains » au chapitre 10, les Petits riens sont « une lecture idéale pour les toilettes » au chapitre 4  – il se révèle très conscient de l’évolution de son travail. Ce recul sur son propre statut dans le monde de la bande dessinée esquisse également un tableau de la situation des auteurs depuis une quarantaine d’années, aspect qui intéressera les spécialistes du sujet.

Dans les derniers chapitres, Lewis Trondheim détaille ses « secrets d’écriture », fournissant par endroits de véritables leçons de scénario : ses méthodes – que l’auteur lui-même présente le plus souvent comme une absence de méthode – sont expliquées en détail. Il explique également avec précision ses relations aux éditeurs, notamment avec Frédéric Niffle, qu’il fréquente depuis longtemps. Son propre travail éditorial fait l’objet de nombreuses questions : la fondation de L’Association, bien sûr, mais aussi sa démarche personnelle à la tête de la collection « Shampooing », chez Delcourt, sont replacées dans le contexte éditorial des dernières décennies. L’ajout de l’édition de livres à sa palette d’activités répond au départ à un besoin lié à ses propres livres, souvent inclassables et de ce fait refusés par beaucoup d’éditeurs avant que le nom de Trondheim ne devienne une valeur sûre. C’est ensuite un moyen d’acquérir une liberté par rapport aux critères parfois sévères de L’Association : « Shampooing », collection dirigée par Trondheim chez Delcourt, devient ainsi « la collection de ce qu[‘il] aurai[t] pu publier comme éditeur à L’Association ». Ici encore, l’auteur montre lucidité et recul par rapport à sa pratique : sa démarche n’est pas la même à L’Association et chez Delcourt du fait des différences importantes dans le fonctionnement et le public des deux maisons, et les questions financières sont abordées avec pragmatisme, qu’il s’agisse de ses propres revenus, de ceux des auteurs qu’il publie ou de ceux des maisons d’éditions. Sa prédilection pour la structure de L’Association est assez nette, à la fois parce qu’elle offre une grande liberté, pour son « rôle patrimonial » et pour son caractère quasi unique d’éditeur « fait par des auteurs pour des auteurs » – formule qui exclut curieusement les lecteurs du tableau.

S’éloignant peu à peu des problématiques de la création artistique, les questions explorent finalement les divers engagements de Lewis Trondheim dans la sphère culturelle : son grand prix à Angoulême et la présidence de l’année suivante, avec les débuts des « 24h de la BD » et la création du Fauve ; son implication plus politique au SNAC BD ; ses refus aussi, comme celui d’être exposé à l’occasion de son Grand Prix, ou d’adapter ses livres au cinéma ; son activité d’enseignant.

Le volume se termine par une double bibliographie : celle, partielle, de Thierry Groensteen, mais surtout une bibliographie complète de Lewis Trondheim, fort utile pour se repérer dans son œuvre à l’abondance bien connue.

En définitive, ces entretiens font d’abord office de synthèse, réunissant dans un seul volume des réflexions et des informations accessibles jusqu’ici de manière très fragmentée. La sincérité des échanges permet aussi d’atténuer la suspicion qui plane souvent sur les affirmations de cet auteur, réputé pour son sens de l’ironie parfois ambigu. Donnent-ils accès au « vrai » Lewis Trondheim ? Du moins, ils en offrent une image complète et une biographie professionnelle exhaustive qui intéressera ses fans, et une contextualisation de sa carrière dans le monde des auteurs et des éditeurs qui pourra nourrir la recherche en bande dessinée. L’un des intérêts de ce livre est en effet de pouvoir se lire par extraits thématiques, selon qu’on souhaite se pencher sur la question de l’écriture, celle du dessin, celle de l’autobiographie ou de l’édition par exemple, mais aussi de manière linéaire, comme le tracé somme toute assez narratif d’un parcours artistique singulier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.