EC Comics. Race, Shock and Social Protest

Qiana Whitted, EC Comics. Race, Shock and Social Protest, Rutgers University Press, 2019, 184 pages, ISBN 978-0-8135-6631-3

Les comics d’horreurs EC de 1950-1956 (de The Vault of Horror n°12 et The Crypt of Terror n°17 jusqu’à Terror Illustrated n°3) fonctionnent comme de puissants révélateurs des évolutions de l’historiographie de la bande dessinée aux Etats-Unis. Célébrés par le premier fandom, érigés en symboles de la myopie des mouvements de censure et d’auto-censure dans les années 50, objets d’hommages directs moins d’une décennie après leur parution, réédités massivement bien avant le développement d’une patrimonialisation des comic books,  célébrés rétrospectivement comme une critique presciente de la société américaine des années 50 (Riche et Eizykman 1976; Wright 2001), ils ont par la suite fait l’objet d’une entreprise tardive de démythification, contestant leur importance historique (Watt-Evans 2010; Wandtke 2018) autant que leurs mérites esthétiques (Ng 2003).

L’ouvrage de Qiana Whitted s’inscrit dans cette longue histoire critique et prend acte de cette trajectoire. Si elle refuse le jugement d’ensemble très négatif de Ng, elle l’utilise ainsi pour présenter avec clarté son propre projet de réévaluation critique du rôle de l’éditeur : « les chercheurs doivent se livrer à un examen critique du contenu de ces histoires tel qu’il se présente, et refuser d’accorder un caractère d’évidence aux célébrations, même les plus sincères, du génie de la maison d’édition1 » (19-20).

L’autrice se défend toutefois de vouloir porter un propos général sur l’éditeur (6) et choisit de s’intéresser spécifiquement à l’une des formes des récits EC, les « preachies ». Ces courts récits, qualifiés par l’éditeur lui-même avec autodérision de petits « prêches », prenaient la forme de contes moraux avec une portée sociale, mettant en garde contre le racisme ou violence des foules, par exemple. La forme du conte morale est en réalité celle de la plupart des récits de l’éditeur – rappelons que ces comic books contenaient des histoires courtes, d’environ huit pages, sans héros récurrent – mais dans les preachies, le sous-texte politique récurrent chez l’éditeur devenait plus visible et plus explicitement pédagogique. L’ambition de Whitted est d’analyser les comics ainsi produits, en tenant compte des intentions de ses créateurs – l’éditeur William Gaines et le scénariste Al Feldstein en particulier – sans pour autant s’y limiter, dans le contexte historique précis de leur diffusion et de leur réception.

L’introduction de l’ouvrage présente à la fois la maison d’édition, ce contexte social et l’état de l’art, en une vingtaine de pages. Écrites avec verve, humilité et rigueur, celles-ci sont efficaces, parfois éclairantes – quand Whitted rapproche le « prosélytisme » des comics d’horreurs des récits bibliques et historiques pédagogiques publiés auparavant par le père de Gaines (9-12) – mais nécessairement rapides. Une solide connaissance préalable de la bande dessinée des années cinquante semble donc nécessaire pour aborder la lecture de l’ouvrage.

Le reste du livre est ensuite divisé en quatre chapitres thématiques et cumulatifs, pour offrir une analyse de plus en plus complètes de ces preachies, avec en point d’orgue l’étude détaillée d’un des plus fameux de ces récits, « Judgement Day », écrit par Al Feldstein et dessinée par Joe Orlando.

Le premier chapitre revient sur un épisode confondant : pendant les auditions de 1954 devant le Sénat des Etats-Unis, un des récits édifiants d’EC (« The Whipping ») avait été accusé de racisme, provoquant la colère de Gaines, fier de son plaidoyer contre l’intolérance. Whitted explique ce paradoxe en s’intéressant au pacte de lecture des comics EC. Elle fait ainsi sienne une observation d’Amy Kyste Nyberg (Nyberg 1998) sur la tension entre l’image et le texte, très abondant dans « The Whipping ». Le message antiraciste de l’histoire est rendu explicite par la voix du narrateur dans ces récitatifs, mais le récit visuel peut sembler autosuffisant, et propose un récit autrement plus ambigu. De façon plus nouvelle, l’autrice met en avant la compétence générique acquise par les lecteurs réguliers des comics EC (29), qui non seulement attire l’attention sur la nécessité de lire ces récitatifs (des instructions en ce sens figurent dans plusieurs numéros) mais de surcroit les alerte sur la faillibilité des figures d’autorité avant même le début du récit. En s’intéressant notamment aux autres histoires contenues dans le même numéro, Whitted parvient à montrer l’écart existant entre la lecture d’un récit isolé et la compréhension de ce même récit à la lumière des conventions en vigueur chez l’éditeur. Le corollaire de cette affirmation est que les comics EC doivent en effet être lus d’abord comme les produits d’une maison d’édition, plutôt que comme des œuvres individuelles : le rappel est d’autant plus utile que l’éditeur combinait une forte identité institutionnelle à une célébration nominative de ses dessinateurs vedettes.

Le second chapitre s’intéresse plus spécifiquement à la question de la représentation et de la visibilité des corps noirs dans ces récits. Whitted note tout d’abord la tension entre la représentation réaliste des personnages noirs – à une époque où des caricatures raciales grossières avaient encore cours – et leur fréquent mutisme (53). Ces personnages sont donc nettement humanisés, mais sont en réalité rarement les protagonistes principaux des histoires qui les mettent en scène. Cette critique avait été formulée dans l’article de Ng cité plus haut, mais là où le critique du Comics Journal voyait une « paresse intellectuelle », Whitted parle plutôt de risque calculé pour des comics destinés à un lectorat « jeune, essentiellement blanc et animé par un esprit de contestation » (62-63). Elle montre aussi comment certains récits interrogent directement la question de la visibilité de l’identité raciale, notamment par une mise en couleur conventionnelle effaçant la couleur de peau (tous les personnages sont bleus dans une scène de nuit), et n’hésitent pas à pointer du doigt les contradictions entre la doctrine géopolitique des Etats-Unis et la ségrégation raciale sur leur sol. Ici et ailleurs, Whitted fait appel au courrier des lecteurs pour souligner les lignes de fracture apparentes parmi les lecteurs de ces comics. Elle contextualise également avec soin les représentations des personnages noirs en les comparant non seulement aux autres revues de bande dessinée, mais encore aux formes de discours progressistes présentes dans les publications noires ou dans certains films hollywoodiens, plaçant donc les preachies dans un continuum de postures disponibles à l’époque, en même temps qu’elle les évalue à l’aide d’outils contemporains.

 Le troisième chapitre s’intéresse plus précisément à la destinée des figures d’autorités blanches dans ces prêches dessinés. Les amateurs savent que la justice poétique dans les comics EC passe souvent par la mutilation des corps. Dans les preachies, cependant, la faute est souvent punie par la honte plutôt que par le démembrement (78). S’appuyant sur les travaux de la psychologue Melissa Harris-Perry, Whitted distingue deux types de honte – celle qui mène à la réintégration (reintegrative shaming) et celle qui relève de la stigmatisation (stigmatizing shaming) d’une marginalisation irréversible – pour montrer comment les récits jouent de ces registres, en transférant par exemple le stigmate sur un personnage blanc ou sur les foules. Pour Whitted, ce choix récurrent obéit à un objectif pédagogique, qui aurait effectivement été quelque peu brouillé par un recours à l’horreur graphique. Elle montre également comment Gaines et Feldstein tiennent un propos à portée général en mettant en scène des foules, dans des lieux parfois génériques, faisant émerger un corps blanc collectif, parfois ouvertement monstrueux, toléré par des figures d’autorités laxistes ou corrompues, contre lequel la honte est le seul recours : « scénaristes et dessinateurs utilisent la charge émotionnelle de l’affect pour accomplir ce à quoi la loi se refuse » (103).

Le dernier chapitre du texte, enfin, rassemble ces différentes perspectives pour les appliquer à « Judgement Day », sans doute le plus célèbre des récits à thèses de l’éditeur((Cette histoire peut être lue en ligne ici : http://www.comicscube.com/2017/09/ec-comics-judgment-day-simultaneously.html)). Dans cette histoire, un émissaire d’une civilisation galactique avancée visite une planète peuplée de robots jaunes et orange, pratiquant une discrimination tout à fait arbitraire, puisqu’ils sont tous du même modèle. L’émissaire les encourage à réformer leurs mœurs, indique que sa planète est passée par une époque similaire, et n’enlève son casque que dans la dernière case, pour révéler sa peau noire. Le récit est une cause célèbre, puisqu’au moment de sa réédition en 1956, il avait fait l’objet de demandes de modification insistante de la part de la Comics Code Authority, l’organisme chargé d’appliquer le code d’autocensure élaboré deux ans plus tôt : il fut d’abord demandé à Gaines de changer la couleur de peau de l’émissaire (« You can’t have a negro. » [105]) puis face à son refus, on lui demanda de retirer les gouttelettes de sueur sur son front, ce qu’il refusa également. Dans ce chapitre, Whitted examine dans le détail les choix de représentation et le traitement du corps par Orlando, la décision de retarder ici encore au maximum la révélation de l’identité raciale, et les ambiguïtés politiques de la situation présentée. Elle démontre aussi l’impact de cette histoire spécifique avait eu sur les lecteurs noirs lors de sa première publication, lui valant un éditorial laudatif dans le Chicago Defender en 1953, où il voisinait l’annonce d’un prix majeur pour Ralph Ellison et Invisible Man, jalon autrement plus célébré de l’émancipation raciale aux Etats-Unis.

L’ouvrage de Qiana Whitted évite avec brio les écueils habituels des discours visant à faire correspondre étroitement comics et évolutions sociales (tel ce discours habituel sur les X-Men comme allégorie des droits civiques, dont Martin Lund a montré toutes les approximations (Lund 2015)). Cette réussite tient à une prise en compte précise du contexte social, mais aussi de tous les éléments connus sur la réception de ces comics : le va-et-vient entre texte et contexte ne se réduit donc pas à une spéculation ou aux bonnes intentions des auteurs. Elle situe ensuite son analyse des comics eux-mêmes à un niveau particulièrement convaincant, en attribuant un rôle auctorial fort la maison d’édition, mais en s’intéressant aussi aux choix des créateurs individuels au fil de ses nombreuses micro-lectures. En ce sens, elle réussit parfaitement à positionner ces preachies comme des compromis, des risques calculés, mais aussi des messages sincères, reçus, appréciés, et peut-être efficaces. Le livre lui-même est par ailleurs de très bonne facture, avec une couverture des plus réussies, une maquette agréable et de nombreuses illustrations en couleur.

La seule limite de cette entreprise tient sans doute à la relative modestie du propos. Whitted mène une démonstration limpide, mais sur un petit périmètre, et à destination de lecteurs nécessairement familiers des grandes lignes ou des grands mythes de l’histoire de la bande dessinée aux Etats-Unis. Sa méthode même l’empêche de généraliser son propos – même si le chapitre 2 lance quelques pistes plus vastes sur la culture de guerre froide – et fait regretter que ces 136 pages (plus annexes et notes) ne fassent pas partie d’un ensemble plus vaste, élargissant l’analyse à d’autres productions contemporaines, par exemple.


Travaux cités

Lund, Martin. 2015. « The Mutant Problem: X-Men, Confirmation Bias, and the Methodology of Comics and Identity ». European Journal of American Studies 10 (2). https://doi.org/10.4000/ejas.10890.

Ng, Suat Tong. 2003. « EC Comics and the Chimera of Memory ». The Comics Journal, février 2003.

Nyberg, Amy Kiste. 1998. Seal of Approval, the History of the Comics Code. Jackson,: Mississippi University Press.

Riche, Daniel, et Boris Eizykman. 1976. La Bande Dessinée de Science-Fiction Américaine. Paris,: Albin Michel.

Wandtke, Terrence R. 2018. The comics scare returns: the contemporary resurgence of horror comics. Comics studies monograph series. Rochester, New York: RIT Press.

Watt-Evans, Lawrence. 2010. « The Other Guys: Pre-Code Horror Comics ». Alter Ego, 1997 2010.

Wright, Bradford W. 2001. Comic Book Nation. Baltimore: John Hopkins University Press.

  1. “I agree with Ng that scholars need to apply critical scrutiny to the actual content of these stories and refuse to treat even the most sincere celebrations of the company’s genius as self-evident.” [ma traduction] []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.