The Comics of Alison Bechdel: From the Outside In

Janine Utell (dir.), The Comics of Alison Bechdel : From the Outside In, University Press of Mississippi, Décembre 2019, 282 pages, 30$ (paperback), ISBN 9781496825780.

Ce nouveau volume de la série Critical Approaches to Comics Artists bénéficie d’une réalisation soignée et d’une mise en page lisible. Il contient de nombreuses illustrations, reproduisant non seulement des passages des strips de Bechdel, mais également divers documents d’archive plus difficiles d’accès; la qualité de la reproduction est variable mais plutôt satisfaisante dans l’ensemble.

L’ouvrage s’attache à couvrir l’ensemble de l’oeuvre de Bechdel, Fun Home et Are you My Mother bien entendu, mais également la série de presse Dykes to Watch out For, et même, dans l’article de Margaret Galvan, les 19 strips du bref et méconnu Servants to the Cause, strip paru dans le journal gay et lesbien The Advocate (dont Galvan montre qu’elle reflète métatextuellement les débats et les divergences d’opinions au sein de la presse LGBT et de ses acteurs, dans une perspective intersectionnelle). En cela, le livre propose une approche assez complète de l’œuvre de Bechdel.

L’ouvrage se compose de 15 articles organisés en trois grandes parties : « queer theory, lesbian comics and the mainstream » ; « family, subjectivity, memory » ; et enfin « place, space and community ».  Cette division ne rend que partiellement compte de la dynamique de l’ouvrage. En effet, du point de vue méthodologique, l’apport des queer studies est nettement dominant (on remarque d’ailleurs qu’une majorité des contributeurs et contributrices sont issus des gender studies ou queer studies, que ce soit dans la première partie du livre ou dans les deux suivantes). En cela, l’ouvrage pourra peut-être dérouter un lectorat francophone peu familier de l’approche critique « queer theory » et des outils qu’elle mobilise. Cependant, ce choix est évidemment cohérent étant donné la familiarité de Bechdel elle-même avec ces discours (c’est l’objet de l’article de Parker-Hay, qui examine la façon dont les concepts fondateurs de la queer theory sont transmis par Bechdel elle-même). Dans l’ensemble, le livre se concentre sur l’analyse formelle et idéologique du livre, avec des excursions occasionnelles vers le contexte de rédaction et l’histoire des mouvements gays et lesbiens aux Etats-Unis.

Plusieurs des contributions sont très accessibles, notamment les travaux de Thalmeier et Kegan Gardiner sur la masculinité ou ceux de Howard et Kelp-Stebbins sur la relation entre espace physique et identité queer; d’autre adoptent des angles théoriques beaucoup plus spécifiques, comme l’esthétique relationnelle (Bourriaud), la psychanalyse du trauma (Chestopalova), ou la représentation de la ruralité états-unienne (Hogan). Cette prépondérance d’un courant méthodologique a le mérite de composer un volume au discours très cohérent, qui est plus que la somme d’articles disparates (par exemple, on retrouve fréquemment les mêmes pages ou les mêmes exemples sous la plume de différents auteurs). La contrepartie en est une certaine redondance, qui apparaît d’autant plus dommage que la richesse du travail de Bechdel se prêterait à une analyse plus nettement interdisciplinaire. On aurait aimé trouver, par exemple, des discussions du statut culturel canonique de Fun Home et de l’impact qu’a eu le livre sur le champ des comics studies dans leur ensemble, ou encore un entretien avec Alison Bechdel (même s’il est vrai que l’autrice est assez locace par ailleurs). De ce point de vue, les quelques articles qui fondent leur approche sur d’autres méthodologies apparaissent d’autant plus précieux. 

En effet, certains articles proposent des angles d’approche inattendus (mention spéciale à l’article d’Abate qui compare DTWOF et Peanuts de Charles M. Schultz ! ); j’ai été particulièrement sensible au travail de Susan R. Van Dyne, qui, dans « Inside the archives of Fun Home », propose un compte-rendu de son étude du fonds the Alison Bechdel Papers (Smith College), mettant en lumière le processus créatif de l’autrice et analysant les étapes successives de l’élaboration du récit, par exemple la façon dont certains personnages sont occultés au fil du temps, tandis que d’autres prennent une place centrale dans le récit. En permettant d’aller au-delà des quelques éléments bien connus de la critique sur Bechdel (le fait que l’autrice travaille souvent d’après des photos d’elle-même, par exemple) l’article s’impose comme un texte indispensable à tout commentateur de Fun Home.

L’article de Leah Anderst, sur l’adaptation de Fun Home sous forme de comédie musicale, s’appuie sur une compréhension fine de la musique et du théâtre afin de rendre compte de ce qui est à l’œuvre dans cette transposition. Ses remarques sur la transposition de la voix narrative de l’autrice à travers trois différentes actrices sur scène posent des questions cruciales sur la façon dont le « je » autobiographique se donne à voir dans Fun Home, et comment il peut être transposé d’un média à l’autre, interrogeant aussi les spécificités médiatiques de l’une et l’autre forme.  Cet article résonne efficacement avec celui de Bourbonnais, qui aborde Fun Home à travers l’œil d’une spécialiste des arts performatifs et aborde le travail de Bechdel sous l’angle de la chorégraphie, permettant une analyse de la corporéité et de son traitement au sein du livre.

Dans son ensemble, l’ouvrage offre un éclairage approfondi sur l’une des autrices les plus importantes de sa génération. Il s’adresse à un lectorat principalement universitaire, et malgré son ancrage très états-unien, sera profitable aux chercheurs et chercheuses de tous horizons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.