Anthologie de la fellation en BD

 

Nicolas Cartelet (dir.), Anthologie de la fellation en BD, Paris, éditions Dynamite, 2018

De la resucée des vieilles recettes

Avec, en guise de mise en bouche, une image de couverture attendue mais ingénieuse, Nicolas Cartelet propose pour une anthologie érotique un angle original et précis : celui du geste fellateur. Ce faisant, il aurait pu renvoyer aux oubliettes de la ringardise les compilations X généralistes faiblement commentées de ces dernières années1, mais il n’en est rien…

Un angle précis

En effet, Nicolas Cartelet a bien compris que l’anthologie ne se confond pas avec une encyclopédie bien illustrée2. Une anthologie est une liste réfléchie et organisée de lectures personnelles. Comme l’étymologie l’indique, elle est une collection de fleurs choisies et non un herbier systématique de feuilles fanées. Marronnier de la publication estivale, la réédition des morceaux choisis de l’érotisme en bande dessinée manque trop souvent d’un accompagnement critique digne de ce nom, au profit d’une paraphrase pleine de béatitude complaisante. On serait donc en droit, avec cette énième anthologie, de se voir proposer de véritables lectures de planches ou bien des trésors cachés. On pourrait s’attendre également à parcourir l’étendue du geste à travers d’autres genres que le seul genre érotique : dans la pornographie excitatrice aussi bien que dans la confession autobiographique intimiste, en passant par l’expérimentation graphique la plus poussée.

A minima, cet opus nous propose donc une entrée originale par la pipe, bien que très attendue dans un domaine où semble toujours régner en maître incontesté le regard masculin. On se prend à rêver d’une anthologie, plus englobante, du sexe oral par exemple… Du reste, ce choix s’explique à bien d’autres égards : perçue comme jouisseuse et légère, renouant avec l’esprit gaulois et viril, cette pratique évite de trop bousculer les stéréotypes de genre et convient parfaitement à une promotion commerciale un peu large, davantage que la sodomie ou le gode-ceinture. Du point de vue du critique de bande dessinée, on pourrait s’attendre aussi à ce que cet ouvrage puisse mettre en perspective la question du geste dans la bande dessinée et ainsi se permettre d’interroger les codes de représentation d’un art où la gestuelle constitue peut-être l’un des degrés minimaux de production du récit.

À cela s’ajoute un autre mérite, celui de proposer une préface historique et esthétique, ainsi que des commentaires de bonne taille aux côtés de chaque extrait reproduit. La logique de l’anthologie semble ici bien amorcée : à l’angle particulier semble répondre une vision de l’auteur qui nous partage ainsi ses lectures. Cependant, malgré cette apparente bonne volonté, qui a au moins le mérite de faire date et pourrait inspirer positivement d’autres candidat·e·s à une nouvelle anthologie de l’eros, on ne peut qu’être déçu·e par la préface, les commentaires, le choix des œuvres ainsi que la composition générale de l’ouvrage.

Des préliminaires sans odeur ni saveur

Si la préface s’attarde sur quelques points intéressants, prenons par exemple la condamnation sévère de la fellation en Occident, elle ne situe jamais ses commentaires dans le contexte plus large d’une économie sexuelle. L’histoire de la sexualité a pourtant  été bien balisée par des historiens depuis Michel Foucault et plus récemment chez Thomas Laqueur3 ou encore Robert Muchembled4 et Alain Corbin5. L’organisation de la pratique sexuelle en Occident depuis l’époque moderne est en effet soumise aux lois de la génitalité et écarte donc le plaisir de la pure dépense, celui des libertins par exemple. Ainsi s’explique plus profondément le rejet de toute pratique purement jouissive et l’absence d’un ars erotica en Occident, qu’avaient pourtant développé les époques antiques, au profit d’une scientia sexualis6.

De même, quelques formulations peuvent paraître arbitraires car elles ne semblent s’appuyer que sur une parole commune dont on ne saisit pas l’origine : « Au-delà des avis dictés par la morale, la fellation divise car elle est le lieu d’une lutte symbolique, entre sexes et entre conceptions contraires de la sexualité, comme si d’une fellation devaient nécessairement se dégager un gagnant et un perdant […]. » (p. 7). Or, on le sait, en ce qui concerne le vécu amoureux et charnel, si intime et pourtant si collectif, il est difficile de tenir des propos sans définir clairement la situation particulière des acteur.trice.s de cette antique parade. Que l’on s’appuie sur le recueil de témoignages7 ou bien les enquêtes8, cela permet de sortir des propos convenus fondés sur un air du temps. Enfin, il est étonnant que l’auteur ne se soit appuyé que sur une seule source pour alimenter son propos sur la fellation : Thierry Leguay et sa Fabuleuse histoire de la fellation, publiée à la Musardine en 2014. Il existe d’autres ouvrages sur la question : De la fellation comme idéal dans le rapport amoureux (La Musardine, 2003) de Gérard Lenne ou encore les articles éclairants de Franck Evrard9. Ce dernier convoque les analyses de Jean Baudrillard et de Patrick Baudry qui ont contribué à poser les premières bases des études de la pornographie et de ses lieux.

Plus loin, si l’auteur fait mine de rejouer une querelle fellatrice en mettant aux prises Pauline Réage (autrice de l’Histoire d’O) et Emmanuelle Arsan (autrice du roman Emmanuelle), ce n’est que pour désamorcer le préjugé négatif féminin sur ce préliminaire, puisque dans les deux cas, dans des tonalités certes différentes, l’héroïne, enthousiaste ou soumise, semble prendre beaucoup de plaisir à en donner. Il n’est jamais cité de point de vue explicitement critique sur la question. Ainsi, quand l’auteur convoque le débat sur « l’égalité homme-femme » (p. 8), il serait tentant qu’à un moment il laisse place à des écrits féministes sur la question, pour appuyer son propos.

Plus étonnant encore, dans la troisième partie, lorsque le préfacier remarque que dans les grandes séries classiques les fellations ne sont représentées que sous forme contrainte, et pour certaines de viols, il tire comme conclusion que s’y joue une forme de pudibonderie : « Peut-être pour « sauver » la vertu de leurs héroïnes, les auteurs ont tendance à les placer dans des scènes de fellation non désirées » (p. 19). Alléguant cette tendance à l’antique condamnation de la fellation, l’auteur semble marri de cet opprobre buccal. Or, jamais il ne s’interroge sur cette emprise du viol sur la représentation de la fellation. Arguant que selon les points de vue on voit la fellation comme soumission ou jeu, il ne semble pas voir la manière dont elle se trouve massivement revisitée à l’époque contemporaine sous la forme d’une soumission volontaire ou manipulatrice chez les héroïnes fellatrices. De manière tout à fait significative les planches reproduites dans l’anthologie sont des extraits de récits mettant en scène massivement des femmes violées, soumises par une situation de chantage, par un renversement temporaire des hiérarchies ou dans un schéma érotique de type BDSM qui esthétise et érotise la soumission consentie. Ce choix d’une érotisation stricte de la soumission fellatrice répond à une autre requête, implicite : «la fellation en BD» se doit d’être exclusivement glamour ou à tout le moins excitante.

C’est un choix qui étonne et chagrine si l’entreprise était de proposer une vision exhaustive et critique de la fellation en bande dessinée. En effet, il ne sera pas question de s’interroger à nouveaux frais sur la fellation, mais plutôt de valoriser et de promouvoir une pratique « mal-aimée » (p. 7). Ici gît sans aucun doute la faiblesse majeure de l’ouvrage qui entraîne toutes les autres. Si le postulat de départ pouvait être alléchant en se présentant comme une forme d’enquête sur un geste dans un art mineur par opposition à un « art classique » (p. 15), la réalisation n’est pas à la hauteur de cette promesse.

Ceci n’est pas une anthologie

On pourrait, à tout le moins dans un ouvrage grand public, pardonner à la préface un manque de rigueur et d’exhaustivité au profit d’une plume, qui, il est vrai, est agréable à lire et riche d’anecdotes historiques, en revanche, on ne peut que puissamment déplorer le caractère particulièrement malhonnête de la démarche anthologique. On pense ouvrir un recueil d’extraits choisis pour leurs qualités singulières. On pourrait s’attendre à parcourir un choix des perles cachées, parfois inédites. On ne trouve en réalité, sous ce déguisement, que le catalogue promotionnel des éditions Dynamite, parcouru au prisme de la pipe.

Sur les 59 œuvres citées, seules 15 viennent d’une autre maison que La Musardine/Dynamite10. Peu de place est donc faite aux collections originales qui ont vu le jour depuis ces 15 dernières années et qui contribuent à l’enrichissement d’un patrimoine érotique (BD Cul chez Les Requins Marteaux, Erotix chez Delcourt, par exemple). Pire encore, le concurrent direct de Dynamite, les éditions Tabou, est carrément passé sous silence. Enfin, on peut encore attendre longtemps pour les bandes érotiques qui s’étalent sur la toile (Forbidden Flora par exemple ou encore les comics sex-friendly et féministes du site Slutist11 qui ont permis de découvrir les fellations extraterrestres de Katie Skelly) n’apparaissent un jour sur papier glacé. Une citation d’une illustratrice, Suzie Q, venue d’Instagram a droit aux honneurs en préface, toutefois. Une maison d’édition gay est citée une fois, H&O, et c’est la seule occurrence d’une planche spécifiquement gay. Il est inutile de dire, le lecteur l’aura compris, que l’anthologie semble également oublier qu’un ars erotica s’est développé en Asie, par exemple, et que le hentai du plus commercial au plus raffiné à la Maruo, en passant par le plus spécifique comme porno gay-bear de Gengoroh Tagame, contribue à fournir de nombreuses bonnes pages érotiques. À lire cette triste anthologie, il n’est de fellation qu’occidentale. La démarche est cependant moins mystérieuse qu’il n’y paraît, plus qu’un choix concerté il s’agit sans doute là d’un manque cruel de moyens de la part des éditeur·trice·s. Ce faisant, ils n’ont sans doute pas eu à payer de droits à des maisons concurrentes. Le point de départ comme le résultat est pauvre.

Sous les atours d’un recueil des fellations de la bande dessinée se cache donc une autre anthologie de la bd pornographique. Loin de décloisonner le geste et sa représentation, l’auteur ne fait que proposer un biais incitatif pour l’achat des bd des éditions Dynamite. À la malhonnêteté s’ajoute le tort que l’auteur fait au 9ème art dans son ensemble. La représentation érotique apparaît comme soumise à des codes appartenant strictement à un sous-genre éditorial. Sans minorer l’inventivité et les qualités plastiques des auteur·e·s spécialisé·e·s dans l’érotisme, il existe bien d’autres fellations dans la BD, qui ne sont pas nécessairement excitatrices. On aurait aimé trouver des fellations maladroites ou d’apprentissage comme celle que le narrateur d’Extases (Jean-Louis Tripp) procure à un de ses amis pour essayer et apprendre. De ce tâtonnement un peu hésitant ressort l’émotion des premières fois, purement expérimentatrices. On aurait aimé retrouver les fellations minimalistes, ou à peine esquissées dans le chaos des lignes et des formes chez Baudoin, dont l’érotisme sous-tend toute l’œuvre. Quid des fellations désirées et jamais réalisées, celles dont on parle, que l’on regarde et qui obsèdent le narrateur dépendant à la pornographie dans Epuisé de Joe Matt ? Fouillant un peu plus dans la collection BD Cul l’auteur aurait eu tout le loisir de donner à voir les fellations laides et animalières d’Anouk Ricard (Plan plan Cucul) dont le ressort est le comique mécanique davantage que l’excitation. Enfin, la fellation restituée par la dérision chez Lewis Trondheim est l’objet d’un jeu de point de vue et de mise en scène graphique très humoristique dans Nouvelle pornographie, si bien qu’on a du mal à la reconnaître.

Occulter le caractère maladroit, décevant ou purement mélancolique de la fellation au profit d’une stricte promotion tapageuse c’est oublier la critique profonde qui en a été faite, celle de la figure du sucé en « Narcisse déçu »12, cet égocentrique paresseux revenu des utopies sexuelles, qu’elles relèvent de la libération sexuelle ou de l’émancipation féministe.

Ce n’est donc pas un hasard si le choix des fellations dans le catalogue de la Musardine ne cesse de rejouer sans cesse la structure des dominant·e·s et des dominé·e·s qui, malgré mon effort pour l’écriture inclusive, je dois l’admettre, met en scène principalement des dominées. La grande majorité des extraits met en scène la fellation comme soumission à un ordre extérieur. On peut noter quelques extraits intéressants qui sortent du lot, notamment Le Carnet de Solange de Soxkal, qui nous livre le journal intime d’une prostituée et ainsi ses sensations, ses techniques. On ne peut que déplorer la fascination du préfacier pour Ardem dont le ressort fellateur est tristement identique : mettre en scène des jeunes femmes soumises par des Chantages (p. 49) confinant par-là la représentation de la fellation principalement comme des viols. L’auteur a les honneurs d’apparaître quatre fois, quand la talentueuse Giovanna Casotto n’apparaît qu’une seule fois ! Si l’anthologie, sans doute dans le souci de multiplier les points de vue, semble essayer d’introduire des autrices, elles sont écrasées par la présence majoritaire de citations d’auteurs : sur les 59 citations, seules 6 sont le fruit d’autrices. Au prétexte de revaloriser la fellation l’auteur ne semble que reconduire des schémas si ce n’est dominateurs au moins profondément lassants.

Enfin, l’organisation du volume ne répond en réalité à aucune logique : les citations sont rangées par ordre alphabétique des titres des bandes dessinées ! Un classement chronologique aurait permis de saisir une évolution. Un classement thématique aurait permis de distinguer les différents enjeux politiques et esthétiques de la fellation et aurait sans doute permis de sortir de l’image d’une fellation stéréotypée et écœurante.

Pour conclure, sur une note d’espoir, je dois cependant faire remarquer que le choix des modalités de citation des extraits est judicieux : plutôt que de se limiter à une planche de fellation qui ferait image, l’auteur a laissé voir en de nombreuses occurrences le déroulement de l’acte, de son amorce à sa réalisation et ce sur plusieurs planches. Il signale ainsi la manière dont la sexualité et le plaisir plus qu’une représentation iconique – un soudain dénudement ou le jaillissement orgasmique – se complaît dans les lacis de la narration, la fragmentation des angles et des cases tournant autour de l’impossible représentation de la jouissance. Il est dommage que la problématisation du geste érotique ne soit pas davantage creusée, et que visiblement des ressorts commerciaux ou peut-être relatifs au droit d’auteur compriment la démarche jusqu’à l’étouffement de toute originalité.

Citer ce billet: Irène Le Roy Ladurie, « Anthologie de la fellation en BD », La Brèche - Lectures, 12/03/2019, https://brechebiblio.hypotheses.org/1320.
  1. Vincent Bernière (dir.), Anthologie de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2012 ; Vincent Bernière (dir.) Les 100 plus belles planches de la bande dessinée érotique, Paris, Beaux-Arts éditions, 2015 []
  2. Henri Filippini, Encyclopédie de la BD érotique, Paris, La Musardine, 2011 []
  3. Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, Folio « Essais », 1992, traduction  de l’américain par Michel Gautier []
  4. Robert Muchembled, L’Orgasme et l’occident. Une histoire du plaisir du XVIe siècle à nos jours, Le Seuil, 2005 []
  5. Alain Corbin, L’Harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Perrin, 2007 []
  6. Voir Michel Foucault, Histoire de la sexualité, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 76 []
  7. Marie-France Hans et Gilles Lapouge (dir.) Les femmes, la pornographie, l’érotisme [témoignages], Paris, Seuil, 1980 []
  8. Lisa Mandel, La fabrique pornographique, Paris, Sociorama, Casterman, 2016, p. 116-121 []
  9. « Fellation » et « Sexe oral » dans Philippe Di Folco (dir.) Dictionnaire de la pornographie, Paris, PUF, 2005 []
  10. Voir la critique en ligne sur le site Krinein, qui restitue également ce problème éditorial: http://bd.krinein.com/anthologie-de-la-fellation-en-bd/ []
  11. Voir le site http://slutist.com/category/art-slut/comic-slut/ []
  12. Franck Evrard, « Fellation » dans Philippe Di Folco, op. cit., p. 177 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.