La Balade nationale

Sylvain Venayre, Etienne Davodeau, La Balade nationale. Paris, La Découverte / La Revue dessinée, « Histoire dessinée de la France », t. 1, « Les Origines », 2017, 168 pages, ISBN 979-1092530407

Recension de Sylvain Lesage 

Il n’est pas besoin de chercher bien loin pour trouver des marques de l’intérêt grandissant pour les formes d’hybridation entre histoire et bande dessinée. Pour n’en prendre qu’un exemple récent, la collaboration d’historien·ne·s de premier plan à la collection « Ils ont fait l’histoire » des éditions Glénat (Hervé Leuwers sur Robespierre (Gabella 2017), Vincent Duclert sur Jaurès (Morvan 2014), Florence Alazard sur François Ier…) témoigne d’une capacité des historien·ne·s à s’emparer de formes visuelles d’écriture de l’histoire. Cet abaissement des frontières entre histoire et bande dessinée tient assurément, pour partie, à la vogue de la bande dessinée de non-fiction, portée notamment par l’œuvre de Joe Sacco, ainsi que par des entreprises éditoriales réussies telles que « La Petite Bédéthèque des savoirs » (Le Lombard) et La Revue dessinée. Ces formes dessinées de l’investigation journalistique et scientifique, des sociologues s’en sont déjà emparées – par exemple à travers la collection « Sociorama » (Casterman).

La collection Histoire dessinée de la France, co-éditée par La Découverte et la Revue dessinée, s’inscrit assurément dans le prolongement de ces initiatives avec son ambition didactique assumée, offerte ici par la bibliographie (p. 166-167) et le dossier documentaire (p. 114-165). L’apprenti-historien ou le lecteur curieux s’y verra donc orienté vers les travaux de Philippe Joutard sur l’invention du Mont Blanc (Joutard 1986), d’Anne Lehoërff sur la Préhistoire (Lehoërff 2016), de Philippe Hamon sur les usages de l’image au XIXe siècle (Hamon 2007)…

Dans sa formulation, le projet pourrait rappeler L’Histoire de France en BD publiée par Larousse dans la deuxième moitié des années 1970, qui reprenait les grandes figures du roman national dans un récit épique plein de bruit et de fureur. L’objet que proposent Sylvain Venayre et Etienne Davodeau en est pourtant très éloigné. Plus exactement, il en prend le contre-pied, à la fois dans le ton, décalé et humoristique, et dans la conception d’ensemble, qui déconstruit les évidences du roman national, non sans une dose appuyée d’irrévérence vis-à-vis des grands hommes. En cela, l’ouvrage – et la collection dans son ensemble, pour ce qu’on peut en apercevoir à présent – s’inscrit bien dans le prolongement des Lieux de mémoire (Nora 1984) et de L’Histoire mondiale de la France (Boucheron 2017). Au premier, il emprunte sa déconstruction des mythes nationaux (Vercingétorix, le soldat inconnu) et la démarche d’analyser la manière dont ces mythes éclairent nos sociétés. Au deuxième, il répond par une même volonté de s’engager sur le terrain d’une historiographie accessible au public le plus large, et de répondre aux manipulations et mésusages du passé national, tant « pour comprendre l’histoire, il faut connaître aussi bien le passé que les interprétations qui en ont été proposées » (p. 59).

Le recours à la bande dessinée, de ce point de vue, constitue une vraie réussite. Comme l’explique Sylvain Venayre, les « images d’Épinal » qui scandent une certaine mémoire du passé national – le baptême de Clovis, la reddition de Vercingétorix… « contribuent à faire du récit de l’histoire nationale une succession de moments symboliques […] figeant les personnages dans des poses exemplaires » (p. 161). Autrement dit : le roman national, ce sont d’abord des images. Plutôt que de prendre le parti de traquer ou de corriger les inexactitudes du dessin, Sylvain Venayre opère donc ce pas de côté bienvenu : « donner à voir ce que l’image fait au savoir historique », en abandonnant l’idée que le dessin doit se subordonner à un texte académique qui lui serait supérieur. Au contraire, l’historien se fait ici co-auteur du livre – il est à cet égard significatif que ce ne soit pas la première incursion de l’historien du côté de la bande dessinée, à la fois comme scénariste (Venayre et Stassen, 2012) et comme historien de la forme d’expression (Ory et al., 2012).

Un exemple d’image d’Épinal à vocation historique : Jeanne d’Arc, libératrice de la France, lithographie, Épinal, Pellerin, imagerie d’Epinal n°762, 1909 [édition originale ca 1886-1890], 29×40 cm

Commencer une collection d’histoire dessinée de la France pose inévitablement la question des origines : quand commence l’histoire de France – et donc, qu’est-ce que l’identité française ? Sylvain Venayre s’était déjà, dans Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation (Venayre, 2013) frotté à cette question sur un registre historiographique classique. Ici, la gageure, en une centaine de pages de bande dessinée, est évidemment énorme. Plutôt que d’y apporter une réponse univoque et définitive – et risquer ainsi de tomber dans l’essentialisme national – les auteurs entreprennent de déconstruire les lieux de mémoire attachés aux origines de la nation, par l’image donc, en reprenant aussi un trope du roman national : le tour de France. Ainsi, les personnages cheminent de Carnac au Puy de Dôme, en passant par les bourgeois de Calais, la tombe du soldat inconnu, la cathédrale de Reims, la ligne Maginot, Massilia, Carcassonne, Lascaux… Cette forme ultra-chargée et codifiée des tours et tableaux de la France[1], qui brossent par la géographie une identité nationale, les auteurs s’en emparent pour une relecture totalement décalée, très loin du didactisme simpliste de L’Histoire de France en BD de Larousse.

Cette volonté de laisser le lecteur s’interroger sur les connaissances qu’il croit maîtriser passe par le dialogue. En effet, ces personnages qui entreprennent le tour de France des lieux de mémoire, ce sont six figures emblématiques d’aspects différents de l’histoire nationale : Jules Michelet, Jeanne d’Arc, Alexandre Dumas père – le général de la Révolution – Marie Curie et Molière, ainsi que Pétain, qui passe l’ensemble du trajet à bougonner depuis son cercueil. Le télescopage des temporalités est total, et l’anachronisme assumé : les personnages déambulent dans la France d’aujourd’hui dans un Renault Trafic dont Michelet et Marie Curie se disputent les clés.

Venayre et Davodeau proposent donc une histoire de France qui ouvre ses portes aux femmes, aux minorités – Dumas étant métis – et qui relègue le dirigeant politique au second plan : là aussi, la déconstruction du roman national joue à plein. On reste loin, cependant, d’une histoire populaire telle que Michelle Zancarini-Fournel l’a proposée dans Les Luttes et des rêves (Zancaraini-Fournel 2016) malgré la belle affirmation que « c’est à ça que servent les historiens : raconter l’histoire de ceux qui n’ont rien écrit ». Mais un Pinagot (Corbin 1998) serait-il envisageable en bande dessinée ? Le besoin d’incarnation par l’image se prête-t-il aux incertitudes d’une histoire par le bas ?

Quoi qu’il en soit, la présence de Pétain, belle trouvaille historiographico-scénaristique, permet de porter la voix du discours réactionnaire : défense des « frontières naturelles » (p. 62, p. 77), refus des immigrés (p. 25), nostalgie du bon vieux temps (p. 35). Cette volonté de dynamiser le récit se heurte, cependant, à la mise en scène de questions historiographiques complexes. Bien souvent en effet, l’autorité du discours repose, in fine, sur Michelet, grand pourvoyeur de mises en perspective et de déconstructions : le serment de Strasbourg (p. 62), la roche de Solutré (p. 69), les tableaux du paysage français (p. 79), les vacances (p. 80), les reconstitutions architecturales de Viollet-le-Duc (p. 90), le rapport au temps (p. 93) … Si ce Michelet-là est très présent, les autres personnages, en revanche, sont largement cantonnés à un rôle de faire-valoir. Marie Curie, par exemple, passé son moment d’agacement contre les gauloiseries de ses compagnons (p. 52), reste fort en retrait (jusqu’au moment où elle explique… la radioactivité, p. 94) ; Dumas, de son côté, passe l’essentiel de son temps à relancer Michelet par ses questions. Le tout donne une tonalité professorale à l’ouvrage, certes nuancée par l’épopée burlesque en camionnette et les saillies des uns et des autres, mais cela vient amoindrir, à mes yeux, l’efficacité d’un projet qui se présente comme ouvert aux interprétations divergentes (ainsi p. 65, lorsque Jeanne prend conscience que « nos origines sont aussi constituées du récit que nous en faisons », relativisant l’importance d’un hypothétique « début » de l’histoire de France).

Ce tour de France loufoque, au rythme effréné – trop, sans doute, mais comment faire tenir autant de questions complexes en une centaine de pages ? – offre l’occasion de procéder à des analyses d’images qui font tout l’intérêt du recours à la bande dessinée dans ce projet historiographique. L’ouvrage est scandé par des analyses d’images convaincantes : les bourgeois de Calais de Rodin (p. 29-32), la statue de la République de Dalou, place de la République (p. 38-41), le mémorial de Gergovie (p. 99-102). Comme le déclare Michelet, « si on veut comprendre l’histoire de France, il faut d’abord savoir ce qui se cache derrière des images telles que celle[s]-ci » (p. 32). Car l’ouvrage affronte cette question redoutable : « comprendre ce que les images ont fait à la connaissance du passé » (p. 165), en interrogeant les apparences : Jeanne d’Arc se regarde dans le miroir, p. 9 : « tout de même… je ne ressemblais pas vraiment à ça », déclare-t-elle ; de même, Michelet, déçu de ne pas avoir aperçu Vercingétorix à Gergovie, dit à Jeanne d’Arc « personne ne saura jamais à quoi ressemblait Vercingétorix » (p. 103).

Planche d’Etienne Davodeau (© Etienne Davodeau, 2017)

Plus largement, Sylvain Venayre et Etienne Davodeau interrogent la manière dont l’image peut être mise au service de la transmission historique – et pourquoi pas, à terme, de la production d’un savoir historique ? Ils montrent bien en tout cas le potentiel formidable de la bande dessinée pour interroger, par l’image, le poids des représentations, en décortiquant ces images issues du roman national et qui font écran à une compréhension d’un passé problématisé. L’une des plus belles trouvailles graphiques de l’ouvrage repose d’ailleurs précisément sur cette assignation des représentations à des identités, lorsqu’au petit matin, sur la ligne Maginot, le soldat inconnu – sorti de son caveau au son de la voix de Pétain – croise un individu qu’il croit être le soldat inconnu de la Seconde Guerre mondiale… et qui s’avère être Kevin, informaticien à Mulhouse, figurant sur une reconstitution de bataille (p. 66). Cette allusion aux enjeux de l’histoire publique est une manière de rappeler, visuellement, à quel point l’histoire s’écrit toujours au présent.

Reste qu’on est bien ici dans un ouvrage de vulgarisation – au sens noble – du savoir historique, et que la démonstration de la capacité de l’image à construire un savoir historique ne me paraît pas ici assurée. D’autres, sans doute, s’en empareront. Le champ est ouvert, et la collection a, entre autres, l’immense mérite d’inviter historiennes et historiens à se pencher de près sur le pouvoir des images et les formes d’écriture visuelle de l’histoire.

Citer ce billet: Sylvain Lesage, « La Balade nationale », La Brèche - Lectures, 19/02/2018, https://brechebiblio.hypotheses.org/122.

Références

Boucheron, Patrick, Nicolas Delalande, Florian Mazel, Yann Potin et Pierre Singaravélou, dir. 2017. Histoire mondiale de la France. Paris : Seuil.

Corbin, Alain. 1998. Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876. Paris : Flammarion.

Gabella, Mathieu, Dakar Meli Roberto, Leuwers Hervé et Zeppegno Chiara. 2017. Robespierre. Grenoble : Glénat.

Hamon, Philippe. 2007. Imageries : littérature et image au XIXe siècle. Paris : José Corti.

Joutard, Philippe, dir. 1986. L’invention du Mont Blanc. Paris : Gallimard.

Lehoërff, Anne. 2016. Préhistoires d’Europe : de Néandertal à Vercingétorix : 40 000-52 avant notre ère. Paris : Belin.

Morvan, Jean-David, Voulyzé Frédérique, Duclert Vincent et Macutay Rey. 2014. Jaurès. Grenoble : Glénat : 2014.

Nora, Pierre, dir. 1984-1992. Les Lieux de mémoire. 7 vol. Bibliothèque illustrée des histoires. Paris : Gallimard.

Ory, Pascal, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier et Sylvain Venayre (dir.). 2012. L’Art de la bande dessinée. Paris: Citadelles & Mazenod.

Venayre, Sylvain, Jean-Philippe Stassen et Robert Louis Stevenson. 2012. L’Île au trésor. Paris : Futuropolis.

Venayre, Sylvain. 2013. Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation. Paris : Seuil.

Zancarini-Fournel, Michelle. 2016. « Les luttes et les rêves » : une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours. Paris : Zones.

Notes

[1] La référence au Tour de France de deux enfants de Jacqueline Fouillée, écrit sous le pseudonyme de G. Bruno, véritable best-seller de l’école républicaine, est transparente, et mise en perspective dans le dossier documentaire qui clôt l’ouvrage.


1 réflexion sur « La Balade nationale »

  1. Ping : Une bande dessinée documentaire à Bordeaux Montaigne : L’Histoire de Bordeaux par Charles Higounet (1983) – Le chai des bibs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.