Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée

Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, Genève, Slatkine, collection « Erudition », 2017

Recension de Côme Martin

Les Rouages de l’intrigue, paru en 2017, est le dernier ouvrage du narratologue suisse Raphaël Baroni. S’il s’inscrit dans la droite lignée de ses ouvrages précédents, La Tension narrative (2007) et L’Œuvre du temps (2009), et peut en être considéré comme une récapitulation partielle, il s’agit surtout d’un ouvrage de vulgarisation, comme l’indique sa préface, écrit dans un effort de redynamiser l’enseignement littéraire en y faisant la part belle à l’intrigue, domaine de recherche de Baroni depuis plus de quinze ans. Cet ouvrage, qui ne traite pas explicitement ni exclusivement de bande dessinée, est pourtant une lecture importante pour tout chercheur s’intéressant à la narrativité graphique, tant l’une de ses affirmations récurrentes – l’intrigue est présente dans tout récit, même le plus apparemment intellectuel et détaché de toute considération narrative – peut s’appliquer à nos propres sujets d’étude.

C’est que l’intrigue, comme l’indique Baroni dans le premier chapitre de l’ouvrage, est un terme polysémique, qu’il est plus aisé de définir par la mécanique de nouement et de dénouement d’une tension narrative. L’auteur définit en détail ces termes et leurs implications dans ce chapitre inaugural, mais c’est surtout une métaphore physique de l’intrigue que l’on retiendra : « On pourrait ainsi affirmer que la force de l’intrigue consiste en la conversion de l’énergie potentielle de l’histoire en l’énergie cinétique de la lecture, cette dernière étant conçue comme un processus qui fait passer l’histoire d’un état virtuel à un état actuel » (41). En effet, c’est bien la lecture qui est considérée ici comme processus indispensable à l’actualisation de l’intrigue ; sans lecteur, et donc sans lecture, le récit et l’œuvre même n’existent pour ainsi dire pas. Nous pouvons ici faire un premier pont avec la bande dessinée (par ailleurs citée sporadiquement par Baroni au fil de l’ouvrage), tant celle-ci a longtemps reposé sur des lectures feuilletonnantes et s’adressant au plus large lectorat possible, souvent sous l’angle du ludique et de la coconstruction narrative.

Baroni plaide d’ailleurs pour une lecture de l’émotion et de l’immersion, à contre-courant d’une lecture intellectualisante qui consisterait simplement à lire pour « savoir comment ce qui se passe a été raconté » comme l’écrit Umberto Eco (cité page 47). Il ne s’agit pas de désavouer tout à fait l’une ou l’autre, mais plutôt de chercher à réconcilier un point de vue qui peut être celui du chercheur avec une émotion qui serait celle du lecteur passionné : « La réflexion tourne à vide sans les passions qui fondent notre rapport aux mondes réels ou fictionnels, et ces passions demeurent stériles si elles ne se prolongent pas par une mise en dialogue aiguisé par notre sens critique » (62).

Une fois posés ces principes définitoires et un rien revendicatifs, Les Rouages de l’intrigue se tourne vers un détail des principes mécaniques de l’intrigue : ainsi une explication de la différence entre le suspense, qui va de la cause à l’effet (« Que va-t-il se passer ? ») et la curiosité, qui va de l’effet à la cause (« Comment en est-on arrivé là ? »), ou des très nombreuses articulations possibles du couple nouement/dénouement. Baroni insiste sur ces dernières dans le troisième chapitre de son ouvrage, rappelant que l’intrigue feuilletonesque, en bande dessinée ou ailleurs, repose quasiment exclusivement sur la présence de nouement(s) du récit sans dénouement immédiat (voire sans dénouement du tout dans le cas de séries interrompues).

Le couple tension-détente, présent dans de nombreux types d’œuvres et d’objets non nécessairement artistiques, est activement mobilisé dans le cadre d’un récit fictionnel par les éléments qu’il occulte ou l’ordinaire qu’il bouleverse. Dans le premier cas, ne pas immédiatement dévoiler au lecteur où et quand se déroule une action ou l’identité de son auteur, l’occulter de façon volontaire et saillante, c’est créer de la curiosité ; dans le second, suggérer ou mettre en scène le bouleversement d’une action habituelle ou routinière, c’est faire naître du suspense, d’autant plus fort lorsqu’il dépend d’un jeu avec les codes du genre où le récit s’insère (cela est particulièrement visible dans les récits policiers). Enfin, Baroni mentionne également l’effet plus ponctuel de la surprise, né le plus souvent d’un « décalage entre nos attentes et ce que nous lisons effectivement dans le récit » (80).

Le quatrième chapitre des Rouages constitue un plaidoyer pour une analyse croisée des formes et des fonctions du récit : « Il serait absurde de ne pas reconnaître qu’une restriction dans la focalisation peut induire de la curiosité, alors qu’un changement de rythme, par exemple un ralentissement dans une scène, est généralement corrélé à l’intensité du suspense » écrit ainsi Baroni (82). Après avoir rappelé que l’investissement du lecteur envers un personnage, même dénué de sympathie, est primordial et que la focalisation et la temporalité du récit ont leur rôle à jouer dans la construction de l’intensité de l’intrigue, Baroni s’attarde sur l’importance du chapitrage[1], articulation autrefois réservée à la sphère littéraire mais qui concerne de plus en plus la bande dessinée depuis l’avènement du roman graphique. On peut penser ici au chapitrage de Fun Home d’Alison Bechdel, qui est signifiant dans l’intrigue et participe activement des effets de tension et de curiosité par rapport aux révélations et secrets qui parsèment l’ouvrage, tout en créant des effets d’appels ou de rappels constants (voir Martin 2016).  L’auteur distingue deux fonctions du chapitrage : une fonction pratique, visant à baliser le livre et rythmer le récit, et une fonction esthétique qui permet des effets de cliffhanger ou de « respiration haletante » (Baroni 2017, 109), d’inventaire ou de balisage d’un parcours multi-linéaire. En somme, ce que révèle l’usage du chapitrage, c’est l’importance de la discontinuité, que ce soit avec l’espace inter-chapitral ou avec des unités plus discrètes : le changement de chapitre permet de changer de lieu, de temps, de point de vue… L’organisation chapitrale est alors aussi celle des nouements et dénouements, tout comme peut l’être, sur un plan plus réduit, l’espace inter-pictural en bande dessinée, ou la transition d’un strip à un autre, par exemple.

Après un cinquième chapitre entièrement dédié aux modes narratifs et à l’importance des temps grammaticaux dans la construction d’une intrigue, considérations moins directement transposables pour notre domaine, Baroni conclut Les Rouages de l’intrigue par l’analyse de trois romans : Derborence de Charles-Ferdinand Ramuz (1934), Le Roi Cophueta de Julien Gracq (1970) et Les Gommes d’Alain Robbe-Grillet (1953). Cette triple analyse souligne la pertinence du concept de l’intrigue y compris dans des romans qui jouent sur la variation de points de vue et l’usage de prolepse (Derborence), qui reposent principalement sur des effets contemplatifs (Le Roi Cophueta) ou qui jouent avec les codes plutôt que les rejeter tout à fait (Les Gommes) ; dans ce dernier cas, Baroni souligne également le plaisir de trouver de l’innovation dans des structures très contraintes, par leur forme ou par les standards industriels auxquels elles doivent obéir, ce qui semble particulièrement vrai pour le média ultra-codifié qu’est la bande dessinée.

En guise de conclusion, Baroni rappelle que l’intrigue est « au cœur de l’interaction entre le texte et le lecteur » (181) : c’est l’énergie, l’imagination de ce dernier qui donne sa force au récit. On peut dès lors lui prêter une dimension éthique, « liée à une décentration de soi » (184) : la rencontre avec d’autres individus, d’autres points de vue, fussent-ils fictifs, nourrissent nos propres expériences. Si Les Rouages de l’intrigue ne fait pas de la bande dessinée un objet d’étude direct (comme La Tension narrative a pu le faire), il n’en reste pas moins un volume indispensable pour comprendre les enjeux et les ressources d’une étude de l’intrigue aujourd’hui, quel qu’en soit le support ; la plus grande partie de ses apports peut s’appliquer stricto sensu aux formes de narrations visuelles, ce qui en rend la lecture très précieuse pour la recherche en bande dessinée.

Citer ce billet: comemartin, « Les Rouages de l’intrigue, une lecture appliquée à la bande dessinée », La Brèche - Lectures, 03/12/2018, https://brechebiblio.hypotheses.org/1065.

 

Pour prolonger: dans l’ouvrage de Greice Schneider, What happens when nothing happens, l’autrice applique à la lecture de bande dessinée ces outils de la narratologie post-classique et les concepts de Raphaël Baroni. Pour en apprécier les effets, lire ici la note critique sur l’ouvrage, rédigée pour le carnet de La Brèche.

Références

Baroni, Raphaël. 2007. La Tension narrative. Paris : Éditions du Seuil.

Baroni, Raphaël. 2009. L’Œuvre du temps. Paris : Éditions du Seuil.

Baroni, Raphaël. 2017. Les Rouages de l’intrigue. Genève : Éditions Slatkine.

Martin, Côme. 2016. « “Escape was impossible” : le fantôme du père dans Fun Home ». In Paroles de livres, dir. Sylvie Ducas, 93-112. Paris : Éditions Nicolas Malais.


[1] L’intérêt de Baroni pour la mécanique du chapitrage s’est également illustrée par l’organisation d’un colloque, « Les avatars du chapitre en bande dessinée », en mai 2017 à Lausanne. Les actes de ce colloque devraient être publiés début 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.